L’ESA envisage l’avenir avec confiance (et 14,4 milliards)

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
29 novembre 2019 à 19h40
8
ESA Space 19+
Les ministres des nations membres de l'ESA à Séville

Les ministres des pays membres de l'Agence spatiale européenne étaient réunis à Séville pour une réunion capitale sur les budgets qui a lieu une fois tous les trois ans.

L'agence dispose d'un portefeuille record et va pouvoir mener des projets passionnants.

Gros chèque(s)

Elle était parfois décrite comme la « ministérielle de tous les dangers », même si elle avait été amplement préparée en amont. Parce que l'ESA souhaitait un budget ambitieux, dépassant de loin les 10,3 milliards promis par les états membres en 2016...

Pari gagné pour son directeur Jan Woerner, qui a réussi à convaincre les nations (qui n'ont, de loin, pas les mêmes intérêts dans le spatial) d'investir 14,4 milliards d'euros sur les cinq prochaines années, dont 12,5 milliards jusqu'à la prochaine ministérielle en 2022. La France investira 2,66 milliards d'euros, se hissant au second rang derrière l'Allemagne et son enveloppe surprise de 3,3 milliards.

Donner c'est donner

Outre une contribution « obligatoire » définie en fonction du PIB des états, l'objectif de ces deux jours de négociations ouvertes les 26 et 27 novembre, était de définir projet par projet, quelle somme pouvait être débloquée, et par quelle nation. Un exercice délicat, d'autant que l'ESA suit une règle (décriée) dite « du retour géographique » : investissez dans un projet, et chaque euro investi sera dépensé dans votre pays.

Traditionnellement impliquée dans les lanceurs, la France a sécurisé ses projets « phares » de développement en plus du support à Ariane 6 : un étage supérieur amélioré, le moteur bas coût réutilisable Prometheus, les démonstrateurs Callisto et Themis et un investissement international dans le Centre Spatial guyanais ont tous été actés.


ESA Space 19+ logo
Le logo de l'événement qui a tenu toutes ses promesses

Une fantastique liste de missions

Grâce à un budget conséquent, l'ESA va pouvoir poursuivre le développement de deux missions à très haut profil scientifique qui pourront travailler ensemble : LISA (détection d'ondes gravitationnelles) et Athena (observatoire de trous noirs). Elles ne seront toutefois une réalité qu'au début de la décennie 2030.

D'ici là, l'agence va pouvoir accélérer sur tous les autres sujets : une mission robotisée vers la Lune, une coopération avec les USA sur le concept de station en orbite lunaire Gateway et une autre avec Mars en ligne de mire pour des retours d'échantillons... Mais aussi, et ce n'est pas exhaustif, la mission Hera pour observer un astéroïde bombardé par la NASA, une mission expérimentale pour enlever des débris en orbite terrestre, la petite navette (non habitée) SpaceRider, et 11 missions pour observer la Terre et son évolution, puisque l'ESA s'occupe de la part scientifique du programme de l'Union européenne Copernicus, aujourd'hui le plus évolué pour observer le changement climatique.

Enfin, l'astronautique a été soutenue via un engagement à soutenir l'ISS jusqu'à 2030, l'assurance que tous les astronautes de la « sélection 2009 » voleraient deux fois et l'officialisation du prochain décollage de Thomas Pesquet en 2021. Nous n'en raterons pas une miette !


Retrouvez les thématiques et investissements par État à cette adresse.

Source : ESA
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
dfinit
Très bien!<br /> Vive l’éducation et la recherche, seuls espoirs de l’être humain.
dapoussin
Génial, c’est clairement un investissement pour l’avenir et cela fait avancer l’humanité ! Question: est-ce que certains pays musulmans ont aussi un programme spatial? J’ai l’impression que non, alors que beaucoup sont très riches, et je me demande pourquoi ce désintérêt pour l’espace…
illuminati
Pourquoi l’Europe veut-elle construire une navette spatiale réutilisable?<br /> C’est stupide. Ils nous ont dit que cela n’était pas rentable.<br /> Pourquoi gaspiller notre argent dans un projet aussi ridicule?
Blues_Blanche
Il me semble qu’il y a eu des spationautes Qatari (?) Mais globalement les pays arabes producteurs de pétrole investissent plutôt dans des projets avec un intérêt essentiellement financier plutôt que de production de connaissance il me semble (peut-être que c’est une impression ) et aussi d’image.
ebottlaender
Il y a un assez gros programme spatial aux Emirats Arabes Unis avec un programme d’astronautique, une sonde qui sera envoyée vers Mars en 2020 et plusieurs satellites. La Turquie, que l’on peut (ça s’argumente) j’imagine définir comme un « pays musulman » a aussi un gros programme de satellites faits maison et quelques accords avec la Russie. L’arabie Saoudite tente de mettre quelque chose en place actuellement, et l’Iran, malgré eux, sont coupés de la scène mondiale pour des raisons politiques (leur programme militaire). Donc globalement, c’est assez varié mais il y a un intérêt pour le spatial.
ebottlaender
L’ESA ne cherche pas que des projets « rentables » mais aussi des recherches scientifiques et des avancées techniques.<br /> D’ailleurs, c’est qui « ils » ?<br /> Et en quoi le projet est ridicule ?
MisterGTO
C’est au contraire très intelligent de vouloir conserver son indépendance spatiale.<br /> Si l’Europe n’a plus de lanceur elle sera totalement à la merci des américains.
playAnth95
L’argent du contribuable, qui a intérêt à être très bien surveillé pour éviter les détournements de fonds et abus. Mais l’ESA est une agence sérieuse.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Sony annonce la création de son département de recherche en intelligence artificielle
Black Friday Amazon et Cdiscount : les dernières promos à saisir avant minuit 🔥
Le Samsung Galaxy S11 aurait un capteur spécialement dédié aux photos de nuit
Black Friday 2019 Amazon : SanDisk Ultra 128Go Dual Drive à 23,49€
Insolite : Pringles invente un système pour le nourrissage des humains en jeu
Amazon : les meilleures offres high-tech de ce Black Friday 2019
Cybertruck, Apple, Baby Yoda, Trump, HyperTek : les actus tech' de la semaine
Black Friday Cdiscount : les meilleurs bons plans high-tech à saisir ce soir !
Black Friday : l'abonnement ExpressVPN 1an + 3 mois offerts à prix cassés !
Haut de page