Des ingénieurs de la Silicon Valley veulent "accélérer la colonisation de la Lune"

Benoît Théry Contributeur
09 septembre 2019 à 20h44
0
Lune Espace

L'Open Lunar Foundation, une organisation à but non lucratif basée à San Francisco, veut investir dans du matériel « pour accélérer l'exploration et la colonisation de la Lune ».

Pourtant, l'organisation, qui regroupe des personnes liées à la NASA et à la Silicon Valley, entend ne dépendre d'aucun pays : elle compte sur l'effort collaboratif.

Une colonisation pacifique

C'est ce que doit suggérer le nom de ce nouvel acteur : « Notre plus grande ambition est de catalyser et de permettre une colonisation pacifique et coopérative de la Lune », souligne Chelsea Robinson, cheffe des opérations d'Open Lunar. « À un moment où il y a tant d'acteurs gouvernementaux et commerciaux qui progressent dans leurs efforts vers la Lune, nous sommes excités à l'idée de démontrer une participation à l'approche civique ».

Jessy Kate Schingler, ingénieure logiciel qui a aidé à la formation de l'Open Lunar, poursuit : « Si nous ne relevons pas nos manches et que nous n'agissons pas, le futur de la colonisation humaine dans l'espace reflétera le statu quo de ceux qui sont actuellement au pouvoir. Pour que les choses soient faites différemment sur la Lune, nous devons commencer à expérimenter dès maintenant ».


La Lune pour quelques milliards

Reste la question des moyens. L'Open Lunar Foundation a été créée il y a quelques années, à un moment où ses fondateurs, tous amis dans la Silicon Valley, ont compris que, selon eux, une expédition de colonisation sur la Lune ne demanderait « que » 2 à 3 milliards de dollars.

Pour Steve Jurvetson, un investisseur en capital-risque qui a fourni l'argent nécessaire au lancement de l'Open Lunar (et qui a également investi dans SpaceX), « le constat qui est ressorti de nos réunions était que l'on pouvait créer, pour quelques milliards de dollars, une présence permanente et indépendante financièrement sur la Lune ». Actuellement, la fondation a rapporté disposer de 5 millions de dollars, et souhaite commencer par des missions plus « modestes », comme le lancement de sondes ou de systèmes robotiques sur la Lune.

Techniciens et astronautes semblent aussi intéressés par le projet. L'Open Lunar Foundation compte l'astronaute Chris Hadfield, qui a déjà été sur l'ISS, parmi ses membres. On y trouve également les deux co-fondateurs du fabricant de satellites Planet Labs, Will Marshall et Robbie Schingler, ou Simon « Pete » Worden, le directeur du centre de recherches Ames de la NASA.


Les améliorations de l'aérospatiale, comme celles des entreprises de Peter Beck ou d'Elon Musk, rendent les lancements d'engins spatiaux moins chers, et rendent possibles ce type d'initiative collaborative. En d'autres termes : la course à la Lune continue et de nouveaux challengers entrent dans la danse.

Source : Engadget
4 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Porn : Macron veut
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top