Résultats T4 2019 : malgré plusieurs vagues de licenciements, Uber reste dans le rouge

10 février 2020 à 13h55
2
Uber
© BigTunaOnline / Shutterstock.com

Tailler dans les effectifs n'aura évidemment pas suffi. Le service de VTC continue à perdre de l'argent, mais croit pourtant en une rentabilité plus rapide que prévu.

Ces derniers jours, Uber connaît une embellie après la publication de ses résultats du quatrième trimestre 2019, marquant la fin d'une année où la compagnie aura perdu beaucoup d'argent. La croissance des revenus de l'entreprise a rassuré les investisseurs et la société. Son cours de Bourse a, en conséquence, repassé la barre des 40 dollars pour la première fois depuis l'été 2019.

Uber Eats flambe...

Au quatrième trimestre 2019, Uber indique avoir généré 4,07 milliards de dollars de chiffre d'affaires, un résultat légèrement supérieur à celui sur lequel misaient les analystes (4,06 milliards). Surtout, il marque une croissance de 37 % des revenus par rapport au quatrième trimestre 2018.


Uber a occasionné 18,1 milliards de dollars de réservations bruts, montant duquel il doit déduire les frais courants, comme la rémunération des chauffeurs. Mais cette statistique progresse de 28 % par rapport à l'année dernière.

L'activité la plus en vogue chez la firme américaine est, sans surprise, Uber Eats. Le service de livraison de repas a vu son chiffre d'affaires bondir de 65 % sur un an, à 461 millions de dollars. Il devrait néanmoins ralentir au premier trimestre 2020, après la vente de son service de livraison en Inde au concurrent local Zomato.

...la maison-mère, elle, perd de l'argent mais conserve la confiance des investisseurs

Malgré ces beaux résultats, Uber n'est pas encore rentable et perd toujours énormément d'argent, et ce malgré le licenciement de plusieurs centaines de ses salariés, notamment issus de sa division marketing.


Au quatrième trimestre, Uber annonce avoir perdu 1,1 milliard de dollars, portant ses pertes nettes à 8,51 milliards de dollars en 2019. Si la société n'a toujours pas enregistré de bénéfices, qu'elle fait face à des réglementations contraignantes (Californie, New-York, Londres, etc.) et à la contestation du statut de ses conducteurs, la société garde la confiance des investisseurs.

Et le discours de Dara Khosrowshahi, le patron du groupe, y est sans doute pour quelque chose, puisque celui-ci a avancé la rentabilité attendue en 2021 au quatrième trimestre 2020. « Le dialogue avec les régulateurs continue, c'est bien normal. Au moins, nous avons dépassé le débat sur le droit ou non à exister des VTC, pour se poser des questions plus fines sur les impôts, les tarifs et le statut des chauffeurs », faisant référence à la récente décision de justice rendue au Brésil, ne reconnaissant pas de lien de subordination entre les conducteurs et la plateforme. Bienvenue dans le joyeux monde d'Uber.

Source : CNBC
Modifié le 10/02/2020 à 14h17
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

BlueFrag : une nouvelle faille Bluetooth découverte dans Android 8 et 9
Brave tacle Google Chrome concernant ses avancées sur la vie privée
Le menu Démarrer de Windows 10 suggère aux utilisateurs de Firefox de passer au nouveau Edge
À New York, tous les véhicules municipaux épouseront l'électrique d'ici 2040
C'est sur smartphone que le jeu vidéo rapporte le plus... pour grande partie grace aux achats in-app
Après les smartphones renforcés, Crosscall se lance sur le marché des tablettes
Flore Berlingen, de Zero Waste France :
La batterie externe Samsung 10 000 mAh est à moins de 20€ sur Cdiscount
Nouvelle Freebox V8
Haut de page