Résultats T4 2019 : malgré plusieurs vagues de licenciements, Uber reste dans le rouge

10 février 2020 à 13h55
0
Uber
© BigTunaOnline / Shutterstock.com

Tailler dans les effectifs n'aura évidemment pas suffi. Le service de VTC continue à perdre de l'argent, mais croit pourtant en une rentabilité plus rapide que prévu.

Ces derniers jours, Uber connaît une embellie après la publication de ses résultats du quatrième trimestre 2019, marquant la fin d'une année où la compagnie aura perdu beaucoup d'argent. La croissance des revenus de l'entreprise a rassuré les investisseurs et la société. Son cours de Bourse a, en conséquence, repassé la barre des 40 dollars pour la première fois depuis l'été 2019.

Uber Eats flambe...

Au quatrième trimestre 2019, Uber indique avoir généré 4,07 milliards de dollars de chiffre d'affaires, un résultat légèrement supérieur à celui sur lequel misaient les analystes (4,06 milliards). Surtout, il marque une croissance de 37 % des revenus par rapport au quatrième trimestre 2018.


Uber a occasionné 18,1 milliards de dollars de réservations bruts, montant duquel il doit déduire les frais courants, comme la rémunération des chauffeurs. Mais cette statistique progresse de 28 % par rapport à l'année dernière.

L'activité la plus en vogue chez la firme américaine est, sans surprise, Uber Eats. Le service de livraison de repas a vu son chiffre d'affaires bondir de 65 % sur un an, à 461 millions de dollars. Il devrait néanmoins ralentir au premier trimestre 2020, après la vente de son service de livraison en Inde au concurrent local Zomato.

...la maison-mère, elle, perd de l'argent mais conserve la confiance des investisseurs

Malgré ces beaux résultats, Uber n'est pas encore rentable et perd toujours énormément d'argent, et ce malgré le licenciement de plusieurs centaines de ses salariés, notamment issus de sa division marketing.


Au quatrième trimestre, Uber annonce avoir perdu 1,1 milliard de dollars, portant ses pertes nettes à 8,51 milliards de dollars en 2019. Si la société n'a toujours pas enregistré de bénéfices, qu'elle fait face à des réglementations contraignantes (Californie, New-York, Londres, etc.) et à la contestation du statut de ses conducteurs, la société garde la confiance des investisseurs.

Et le discours de Dara Khosrowshahi, le patron du groupe, y est sans doute pour quelque chose, puisque celui-ci a avancé la rentabilité attendue en 2021 au quatrième trimestre 2020. « Le dialogue avec les régulateurs continue, c'est bien normal. Au moins, nous avons dépassé le débat sur le droit ou non à exister des VTC, pour se poser des questions plus fines sur les impôts, les tarifs et le statut des chauffeurs », faisant référence à la récente décision de justice rendue au Brésil, ne reconnaissant pas de lien de subordination entre les conducteurs et la plateforme. Bienvenue dans le joyeux monde d'Uber.

Source : CNBC
Modifié le 10/02/2020 à 14h17
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Facebook Messenger et WhatsApp bientôt réunis ?
scroll top