Japon : des caméras dotées d'IA capables d'anticiper le vol à l'étalage

Alexandre Boero Contributeur
09 mars 2019 à 17h36
0
caméra sécurité local surveillance.jpg

Une start-up japonaise, Vaak, a mis au point un logiciel capable de détecter un comportement suspect et de prédire la survenance d'un délit.

L'intelligence artificielle est de plus en plus utilisée et sollicitée par les forces de police pour mener des opérations de surveillance et ainsi aider l'Homme à voir ce qui pourrait lui échapper en temps normal. Vaak, une start-up japonaise, a développé un logiciel basé sur l'IA destiné à appréhender les voleurs à l'étalage.

Un véritable détecteur de délits


Le logiciel, qui a déjà prouvé son utilité, se base sur les images captées par des caméras de surveillance pour étudier le comportement des sujets qu'il découvre. Tremblement, agitation, autres mouvements... L'IA scrute tout élément de langage corporel potentiellement suspect. L'intelligence artificielle agit donc en véritable détecteur de comportements répréhensibles. Si cela vous fait penser aux aventures de l'agent Anderton dans Minority Report, c'est normal.

« Nous avons fait un important pas en avant vers une société où le crime peut être prévenu grâce à l'IA », indique Ryo Tanaka, le fondateur tout juste trentenaire de l'entreprise nippone. Le vol à l'étalage a coûté la bagatelle de 34 milliards de dollars au secteur mondial de la vente en 2017. Si cela ne représente que 2 % du chiffre d'affaires global du secteur, les pertes restent considérables.

Un marché en pleine expansion


Le marché de la surveillance et de la prévention des délits et crimes par l'IA n'est pas si récent. Il y a quelques mois, Clubic vous informait d'une initiative similaire au Royaume-Uni, où la police britannique pourrait bientôt tester le National Data Analytics Solution (NDAS), lui aussi basé sur l'intelligence artificielle.

Les détaillants devraient investir pas moins de 200 milliards de dollars dans les nouvelles technologies cette année. On imagine bien qu'une part de cette somme colossale sera dédiée à la surveillance. Selon Tanaka, sa start-up Vaak discute avec de grands groupes japonais, notamment issus du secteur pharmaceutique. Le logiciel japonais est actuellement testé dans plusieurs dizaines de magasins de la région de Tokyo. La société est épaulée par la holding nippone SoftBank, qui lui a offert un financement de l'ordre de 400 000 euros.

Les possibilités ne se limitent en tout cas pas à la surveillance et à la prédiction de crimes, mais servent aussi la sécurité de façon plus globale et des causes comme la prévention du suicide. Le progrès, ce n'est pas que du mauvais.

9 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Une étude montre que les cyclistes
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Ecosia : le moteur de recherche plante désormais un arbre toutes les 0,8 s

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top