DeepMind et Google capables de prédire les vents un jour à l’avance grâce à une IA

le 03 mars 2019
 0
Eoliennes implantées dans le sud Aveyron_cropped_0x0

Prédire d'ou viendra le vent pour améliorer, notamment, le rendement des éoliennes. C'est l'idée qui se cache derrière une IA conçue conjointement par Google et DeepMind (une filiale britannique du géant californien). Cette dernière vise à prédire, avec un peu plus d'une journée d'avance, la direction précise du vent.

On ne peut pas contrôler le vent, mais Google veut nous aider à savoir d'où il viendra. La firme de Mountain View et DeepMind commençaient ainsi, en cours d'année dernière, à alimenter une IA en données météorologiques. L'objectif était, à terme, de lui permettre d'estimer avec suffisamment de précision la direction future des vents. Après des mois de recherche, les deux groupes touchent au but.

Quand Google s'investit en matière de développement durable


Cette initiative s'inscrit dans l'effort de Google pour les technologies aidant au développement durable. Preuve s'il en faut, l'IA de DeepMind a été alimentée par des données météo, certes, mais aussi par des données récoltées à l'aide des propres éoliennes de Google, posées ces dernières années pour réduire l'impact carbone de la firme.

On apprend d'Engadget que le dispositif mis au point par DeepMind, avec le soutien de Google, permet en l'état de prédire la direction des vents avec 36 heures d'avance. Des performances sur lesquelles Google peut désormais s'appuyer pour améliorer de manière notable le rendement de ses éoliennes.

Le machine learning au service de l'environnement


D'ailleurs, cette avancée permet à la firme d'annoncer, la veille pour le lendemain, à ses partenaires quelle quantité d'énergie elle sera en mesure de livrer. Une mesure qui a d'ores et déjà contribué à augmenter de 20% la valeur de l'électricité produite par le groupe, est-il précisé dans son communiqué.

DeepMind, de son côté, peut se targuer d'avoir grandement contribué à mettre au point une IA dont l'utilité n'est clairement plus à démontrer. Cette initiative pourrait en outre donner au grand public une meilleure image des recherches en Machine Learning.

Comme le note Engadget, la filiale anglaise de Google peut aussi profiter de l'occasion pour clamer haut et fort que sa technologie n'est pas seulement utile lorsqu'il s'agit de mettre une raclée à des joueurs professionnels sur StarCraft II.
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les iPhone 2020 seraient pourvus de modems 5G provenant de chez Qualcomm... et Samsung
#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
scroll top