La police britannique travaille sur une IA qui sera capable de devancer votre crime

Alexandre Boero Contributeur
02 décembre 2018 à 20h42
0
Intelligence Artificielle

L'intelligence artificielle pourrait bien venir en aide à la police britannique qui, selon un scientifique, voudrait l'utiliser pour prédire les crimes les plus graves.

Celles et ceux qui ont déjà vu les aventures de l'agent John Anderton dans Minority Report ne seront peut-être pas si surpris. Selon un scientifique dont la parole a été relayée dans le magazine New Scientist, la police britannique voudrait prédire les crimes les plus violents en se servant de l'intelligence artificielle. Les individus identifiés comme pouvant passer à l'acte par le système seront pris en charge par les autorités, afin d'éviter tout comportement criminel potentiel.

Plus un service de conseil qu'un service répressif ?

Ce système, appelé le National Data Analytics Solution (Solution nationale d'analyse de données ou NDAS), est basé sur une IA et des statistiques pour tenter d'évaluer le risque qu'une personne puisse passer du côté obscur et commette un crime, ou bien qu'elle soit elle-même victime d'un crime commis par arme à feu ou au couteau. C'est la police de West Midlands (qui englobe notamment la ville de Birmingham) qui développe cela actuellement, avec un prototype en production peut-être à partir de la fin du mois de mars 2019. Les polices de Londres et de Manchester participent également au projet.

Le NDAS est conçu pour être utilisable, à terme, par toutes les forces de police britanniques. Iain Donnelly, qui est en charge du projet, indique que l'intention n'est pas d'arrêter de manière préventive qui que ce soit. En réalité, le système serait plutôt utilisé pour soutenir le personnel de santé et les services sociaux locaux. Ces derniers pourraient, par exemple, offrir des services de conseil aux personnes ayant des antécédents ou des problèmes mentaux, et qui seraient susceptibles de commettre un crime. Alors, les services sociaux pourraient anticiper et contacter les victimes potentielles.

Des questions de confidentialité et de fiabilité soulevées

Pour constituer cette prévention qui a tout l'air d'être une première mondiale, les forces de l'ordre font appel aux données de la police locale et également de la Police nationale (registres des personnes interpellées, fouillées ou emprisonnées précédemment). La police compte bien collaborer avec les services de surveillance des données du Royaume-Uni, ainsi que le bureau du commissaire à l'information, pour éviter certaines dérives sur le plan de la confidentialité des données.

Avec la possible mise en place d'un tel projet, les problèmes éthiques ne manqueraient pas, c'est certain. Outre la protection de la vie privée, les scientifiques craignent aussi un manque de fiabilité de l'outil, qui pourrait faire des prédictions inexactes et en louper d'autres.

6 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top