Voici EVA, le taxi aérien français qui séduit les États-Unis

Alexandre Boero Contributeur
03 février 2019 à 13h25
0
Eva Valkyr b.png
EVA

Basée à Toulouse, la société Electric Visionary Aircrafts (EVA) travaille sur un prototype d'aéronef électrique qui pourrait bien devenir le taxi du futur.

Il y a quelques semaines, la start-up EVA fut récompensée à Los Angeles à l'occasion du Global Forum 2019, le concours du réseau international du Cleantech Open, qui épaule les start-up lauréates chaque année. La société toulousaine, co-fondée par Olivier Le Lann, un ancien de Tesla, travaille à créer des avions électriques autonomes. Plus qu'en France, c'est aux États-Unis que se dessinerait son avenir proche.

EVA se dirigerait vers le transport de marchandises


Le fer de lance d'EVA, c'est le Valkyr. Le petit aéronef tout électrique de deux mètres sur un, autonome, peut atteindre une vitesse de croisière de 300 km/h. Équipé d'ailes rétractables, il décolle et atterrit de façon verticale. Outre la livraison, celui-ci pourrait être exploité pour ses capacités de surveillance d'endroits sensibles comme les ports ou le transport de matériel médical en urgence. Équipé de 26 ventilateurs gainés, il serait plus stable qu'un drone classique et pourrait assurer un transport sécurisé.

EVA pensait d'abord développer son concept de transporteur de personnes, mais c'est finalement le transport de marchandises qui devrait être privilégié. Du côté des USA, on s'intéresse de plus en plus à la livraison à domicile au travers de systèmes autonomes comme des véhicules ou des drones, sur lesquels la NASA travaille activement, par exemple. Et si des hôpitaux français auraient pris contact avec la start-up, la réglementation américaine, déjà plus avancée, lui tend les bras. L'appareil volant viserait une centaine de commandes à la fin de l'année 2019.

Eva Valkyr.jpg
EVA

L'énergie électrique aurait-elle atteint ses limites ?


Pour se développer, la société EVA, qui lèvera 4 millions d'euros en 2019, est accompagnée par l'association Cleantech Open France, comme nos confrères de Tourmag l'indiquent. Si celle-ci octroie une prime (insuffisante) de 50 000 euros à ses partenaires, « elle permet de faire le buzz et d'attirer l'œil de géants du marché ».

« De nombreux transporteurs, mais aussi des start-up, se posent la question de l'avenir de l'électrique », tempère toutefois Paul Foucher, le responsable de l'association Cleantech Open France. « Si un industriel se lance, il faut que l'avenir de cette source soit assuré et là, nous sommes de moins en moins sûrs de sa propreté », poursuit-il. Selon lui, le transport de demain pourrait ne pas être régi par l'énergie électrique mais par... l'hydrogène. Alors, c'est une question économique qui se poserait, le développement de l'hydrogène étant officiellement beaucoup plus coûteux que l'exploitation des énergies fossiles et des énergies renouvelables actuelles.


Modifié le 01/03/2019 à 15h55
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top