Décollage réussi pour le lanceur de SpaceX, qui a tout de même perdu sa partie centrale

Matthieu Legouge Contributeur
25 juin 2019 à 15h42
0
Falcon Heavy sur son pas de tir, le 24 juin 2019
Falcon Heavy sur son pas de tir, le 24 juin 2019 © SpaceX

Tôt ce matin, SpaceX a fait décoller sa fusée Falcon Heavy emportant avec elle 24 satellites pour sa troisième mission STP-2. Cette mission, qui consistait à déposer ses satellites sur trois orbites différentes, a été qualifiée par Elon Musk lui-même de « lancement le plus difficile » de l'histoire de la société.

Ce matin à 6 h 30 GMT (8 h 30 heure de Paris), Space X est parvenu sans encombre à faire décoller pour la 3e fois son lanceur lourd Falcon Heavy depuis le centre spatial Kennedy, dans le cadre du programme STP-2 (Space Test Program 2).

Décollage réussi pour Falcon Heavy


Qualifiée de « lancement le plus difficile de tous les temps » par Elon Musk, cette mission est en effet très délicate puisqu'elle consiste à déployer un total de 24 satellites sur trois orbites différentes en allumant à plusieurs reprises l'étage supérieur de la fusée.

Parmi ces satellites, on retrouve bien évidemment plusieurs engins de l'US Air Force, Deepspace, la nouvelle horloge atomique de la NASA, mais aussi LightSail-2, la voile solaire, sorte « d'engin à photons » inspiré par Carl Sagan. En outre, Falcon Heavy emporte ici une charge un peu particulière confiée par l'entreprise Celestis Memorial Spaceflights : les cendres de 152 « participants » décédés.

Bien que la mission ne soit pas encore terminée à l'heure où nous écrivons cet article, il s'agit là de la plus longue mission de Falcon Heavy, d'une durée totale de six heures. Le décollage s'est parfaitement déroulé, malgré ses trois heures de retard. Les premiers satellites ont pu être libérés sur les coups de 9 heures, heure française.

SpaceX échoue à récupérer le booster central


Après un décollage réussi en douceur et la séparation des deux boosters latéraux qui ont effectué avec succès leur retour automatique sur la base de Cap Canaveral, montrant ainsi les capacités de SpaceX à réutiliser ses boosters (ceux-ci avaient déjà été utilisés lors du lancement de l'Arabsat-6A), le propulseur central de Falcon Heavy a échoué à réaliser son retour sur la plateforme de récupération « Of Course I Still Love You », situé à 1 200 km du Cap Canaveral, dans l'océan Atlantique.

À l'heure actuelle, SpaceX n'a toujours pas réussi à récupérer son propulseur central lors d'un lancement de Falcon Heavy. La première fois, il a disparu dans l'océan en raison d'un manque de carburant. La seconde fois, la mission paraissait accomplie puisque le propulseur était parvenu à atterrir sur la plateforme, mais la mer agitée par les vents avait finalement eu raison de lui. Cette fois-ci, le propulseur a simplement manqué sa cible, 11 minutes après le décollage de Falcon Heavy. Comme nous pouvons le voir sur les images ci-dessous, le center core a tristement fini sa course dans l'océan.



Toutefois, la priorité de SpaceX est ici de réaliser correctement sa mission en mettant en orbite les 24 satellites. La récupération du booster peut donc ne pas être considérée comme un véritable échec, bien que cette troisième déconvenue doit certainement être vécue comme telle au sein de l'entreprise.

Source : The Verge

Les Soldes d'Été c'est maintenant ! Retrouvez les meilleurs bons plans et promos High-Tech avec Clubic.

Découvrez tous nos bons plans

11 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top