Avostart aide les particuliers à accéder facilement à un avocat en ligne (Vidéo)

10 août 2021 à 10h00
2

Alors que l'accès au droit, et accessoirement à un avocat, devient de plus en plus difficile en France, Avostart fait le pari d'une assistance juridique pour toutes et tous, à un tarif très accessible.

Avostart, jeune entreprise française qui a levé 2 millions d’euros en juin dernier, connecte facilement les particuliers au monde juridique, en ligne. La plateforme, qui se veut être un service d’assistance juridique, souhaite démocratiser l’accès au droit pour toutes et tous. Pour cela, elle propose un abonnement avec une gamme de deux offres, allant de 3 à 6 euros par mois, qui garantit dans tous les cas la réponse d’un avocat ou d'une avocate dans les 24 heures après la demande d’assistance. Un pari osé qui est en train de trouver son public, le tout renforcé de partenariats pertinents.

À VivaTech, nous avons rencontré le président-directeur général et co-fondateur d’Avostart, Raphaël Jabol.

Avostart, pour faire entrer les Français dans le 21ème siècle des services juridiques

Aujourd’hui en France, l’accès au droit est devenu très difficile, et ce « encore plus pour tous les besoins juridiques du quotidien », nous dit Raphaël Jabol. Il est vrai que 67 % des Français et Françaises considèrent que l'accès au droit se dégrade. Ils sont aussi 37 % à estimer que là où ils habitent, faire valoir ses droits est devenu trop difficile, selon le dernier baromètre Odoxa pour le Conseil national des barreaux publié en juin dernier. Et c’est à partir de ce constat simple que Raphaël, 33 ans, a décidé de fonder Avostart .

Raphaël Jabol © Alexandre Boero pour Clubic
Raphaël Jabol (© Alexandre Boero pour Clubic)

Que ce soit pour rembourser une caution, pour un problème avec un permis de conduire, avec des contraventions, pour des problèmes de copropriété ou plus largement sur l’immobilier, « c’est-à-dire tous les besoins juridiques pour lesquels il est actuellement difficile d’identifier une solution facile d’accès sur Internet ou parce que le coût d’un avocat (200 euros de l’heure en moyenne) est trop élevé », comme l’explique Raphaël Jabol, Avostart se propose de livrer une réponse à la hauteur, en seulement quelques clics.

Le chiffre à noter 📊

82 % des Français et Françaises pensent que faciliter l'accès aux avocats pourrait améliorer mécaniquement l'accès au droit. Chez les ultra-marins, cette proposition est encore plus forte (88 %).

Raphaël Jabol fait justement le parallèle avec d’autres actions ultra-accessibles sur le Web. « Car en même temps que ce dont nous venons de parler, on peut booker un appartement à Hawaï sur Airbnb en moins de deux minutes ou se commander le meilleur restaurant japonais sur Deliveroo, également en moins de deux minutes. »

« Partant de ce constat-là, on s’est dit qu’il n’est quand même pas normal, que dans la société dans laquelle on vit, il y ait autant de solutions simples d’utilisation en ligne pour les loisirs, et qu’il n’y en ait pas pour ce qui encadre nos vies, à savoir le droit », nous explique celui qui a officié pendant sept ans à la direction marketing de L’Oréal.

Un abonnement raisonnable pour une participation en illimité

Alors, qu’est-ce que propose Avostart de différent et disruptif ? « Nous avons créé un abonnement à usage illimité », nous dit Raphaël Jabol. « Cet abonnement propose une assistance juridique, avec des avocats. L’utilisateur se rend sur notre plateforme, pose sa question directement. Nous, on extrait le besoin juridique, on le met en correspondance avec le bon avocat. Et de son côté, l’utilisateur obtient sa réponse sous 24 heures au plus tard. »

Avostart © Avostart
© Avostart

Dans le cas où des précisions supplémentaires sont nécessaires, il est alors possible de planifier une consultation juridique dans les 30 minutes, avec l’avocat qui a déjà répondu au besoin de l’utilisateur ou utilisatrice. « Et si l’utilisateur veut aller plus loin et ainsi engager des démarches, il pourra continuer avec ce même avocat, l’idée étant que nous sommes capables de pouvoir aider et accompagner l’utilisateur du début jusqu’à la fin. Et surtout, avec un lien de confiance qui s’est installé dès la première question et les premières interrogations, jusqu’à une démarche, si jamais on doit l’engager », ajoute Raphaël Jabol.

Avostart travaille, aujourd’hui, avec des partenaires qui offrent et distribuent leurs services aux utilisateurs et utilisatrices comme Luko, Airbnb, Contentsquare, Lydia, Finfrog ou Wilov et bien d’autres, avec une liste qui s’allonge peu à peu. « Notre but est de continuer à allonger cette liste pour pouvoir permettre au plus grand nombre d’utilisateurs possible d’entrer dans le 21ème siècle des services juridiques », conclut le patron d’Avostart.

Aujourd'hui, Avostart propose deux offres distinctes, dites « simples et sans frais cachés ». La première offre, « Standard » à 3 euros par mois, est sans engagement et annulable à tout moment. Elle se limite toutefois à une assistance juridique en ligne et au service client disponible par SMS, par email ou via WhatsApp . L'offre « Premium » à 6 euros par mois n'est proposée, elle, qu'avec un engagement de 12 mois, ce qui est plus contraignant. En revanche, elle propose, en plus des prestations listées de la première offre, une assistance juridique par téléphone (avec notamment une prise en charge en 15 minutes, promise par la jeune entreprise Avostart) et un numéro dédié pour le service client.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Coincée au Canada depuis 3 ans, la directrice financière de Huawei va enfin rentrer chez elle
Google cherche une porte de sortie à l'amiable pour sa dernière enquête antitrust européenne
Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Sécurité informatique : les entreprises adoptent de plus en plus le stockage en ligne, mais la sauvegarde sur bandes résiste
Amazon bannit plus de 600 marques chinoises de sa plateforme
Haut de page