Huawei Mobile Services, l'alternative aux services de Google, se renforce

17 janvier 2020 à 09h08
0
Huawei

Huawei promet des centaines d'applications afin de se passer des services mobiles de Google. Avec les « Huawei Mobile Services » (HMS), le fabricant chinois pourrait contourner sans problème les sanctions américaines.

Pour rappel, la guerre commerciale qui oppose les États-Unis et la Chine a des répercussions considérables sur Huawei. Si Android est open source, l'OS est habituellement utilisé avec des services de Google (YouTube, Google Play, Chrome, etc.). Les usagers y sont accoutumés, et l'interdiction pèse sur Huawei. Mais cela pourrait changer très prochainement.

Les développeurs, principaux acteurs de la réussite des Huawei Mobile Services

Le géant chinois de la téléphonie mobile s'est exprimé au sujet de son alternative aux services de Google lors d'une conférence à Londres. Plusieurs éléments ont été abordés, notamment la forte croissance du nombre de développeurs inscrits sur la plateforme. HMS 4.0, la dernière version en date, comprend déjà 55 000 applications utilisant le HMS Core. Ce dernier a bien des atouts, puisque l'enregistrement et l'utilisation sont gratuits.

Huawei souhaite proposer un véritable écosystème mobile. L'usager peut y télécharger des applications essentielles, comme une messagerie ou un navigateur Internet. En parallèle, l'AppGallery de Huawei attire chaque mois 400 millions d'utilisateurs actifs. La politique du géant chinois consiste à mettre en lien l'ensemble des services pour une connectivité accrue.

Lors de la conférence à Londres, Huawei a déclaré investir 20 millions de livres sterling, soit 23 millions d'euros, en faveur de l'industrie du développement du pays, promettant en outre jusqu'à 20 000 livres aux développeurs, pour les téléchargements de leurs applications, enregistrés sur la plateforme du groupe d'ici la fin du mois. Huawei a ainsi pour ambition d'inciter les développeurs des 100-150 applications les plus populaires de chaque pays à exporter leurs applications.


Plusieurs alternatives essentielles sont en chantier

Subissant de plein fouet l'embargo américain, et donc de Google, Huawei a tout repris de zéro. Le développement d'une application de GPS pour remplacer Google Maps est en cours. Huawei Browser, Huawei Themes, Huawei Assistant (l'équivalent de Siri), les alternatives fleurissent.

Les kits de développement qui sont proposés s'enrichissent de possibilités : apprentissage automatique, reconnaissance faciale avancée, reconnaissance de texte... Huawei ne prendra d'ailleurs « que » 15 % des revenus générés sur sa plateforme, loin des 30 % que perçoivent Apple ou Google

Pour Huawei, ce processus ne s'inscrit plus uniquement dans la réponse aux sanctions américaines. La stratégie commerciale est claire, et pourrait faire de l'ombre à Google. Les HMS peuvent d'ailleurs fonctionner en parallèle des services de Google. La firme pourrait donc tout à fait envisager de proposer une mise à jour sur les anciens modèles, qui dispose toujours de la suite Google.

Rappelons que Huawei, malgré la crise, devrait voir bondir son chiffre d'affaires et ses ventes de 2019. Une hausse de 18 % des revenus est attendue.

Source : TechRadar.com
Modifié le 17/01/2020 à 11h02
4
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
scroll top