Droit voisin : Google accepterait finalement de négocier avec les éditeurs de presse français

0
Google Entreprise

Après avoir longtemps fait preuve d'intransigeance, Google serait finalement disposée à ouvrir les discussions. L'entreprise aurait ainsi entamé des négociations avec des médias européens, en particulier français, pour se conformer au nouveau droit voisin de la presse.

La filiale d'Alphabet se serait-elle décidée à assouplir sa position ? C'est en tout cas ce que semble indiquer une information révélée par le Wall Street Journal.


Une nouvelle forme de collaboration

Ainsi, Google aurait amorcé des discussions avec plusieurs éditeurs de presse européens, notamment français, en vue d'un accord au sujet du « droit voisin ». Celui-ci contraint en effet les grandes plateformes du web à rémunérer les médias pour pouvoir afficher des extraits de leurs articles.

Cependant, le moteur de recherche refuserait toujours de se plier à cette obligation. Les négociations en cours porteraient plutôt sur les contours d'une nouvelle collaboration entre la firme américaine et les organes de presse. L'accord pourrait, par exemple, prendre la forme de contenus « premium », produits par les médias européens et financés, totalement ou partiellement, par Google. Les échanges ne feraient toutefois que débuter, il est donc difficile de s'avancer sur les accords qui pourraient en découler.


Fin du dialogue de sourds ?

Mais il s'agirait d'un signe encourageant envoyé par l'entreprise de Mountain View. Car jusqu'à présent, cette dernière s'était plutôt fait remarquer par sa fermeté. Refusant de payer pour des aperçus d'articles, elle avait affirmé son intention de réduire les extraits aux seuls titres et URL. Une menace qui avait contraint de nombreux sites français d'actualité à accepter les conditions imposées par la plateforme.

Néanmoins, la France n'était pas résolue à courber l'échine face au géant américain. Après avoir notamment reçu le soutien du chef de l'État, trois grands éditeurs de presse ont porté plainte contre Google : l'AGIP, le SEPM et l'AFP. Des manifestations d'hostilité qui ont peut-être conduit le moteur de recherche à revoir sa position et à envisager une nouvelle façon de coopérer avec la presse, afin d'apaiser les tensions.

Source : Les Echos
Modifié le 18/02/2020 à 10h55
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le mode Battle royale de Call of Duty sortirait début mars
Orange nous présente Viktor, le coussin intelligent qui fait office de télécommande
Jeff Bezos lance un fonds de 10 milliards de dollars pour lutter contre le dérèglement climatique
Motorola Razr : décidément, le pliable n'est pas le design le plus durable
Le Pixel 5 mentionné dans le code de la version open source d'Android
Assassin's Creed Syndicate sera bientôt offert sur l'Epic Games Store
Les exposants chinois ne se rendront pas à la GDC 2020
Realme certifie un smartphone entrée de gamme avec triple capteur photo et batterie 5000 mAh
NVIDIA habille la GeForce RTX 2080 Ti aux couleurs de Cyberpunk 2077
Le Galaxy Fold 2 pourrait être annoncé en juillet avec une caméra frontale sous l'écran
Haut de page