Droit voisin : 25 des 30 plus gros sites français ont accepté les conditions de Google Actualités

21 octobre 2019 à 11h13
11
Google News

Malgré des protestations, la grande majorité des titres de presse français a déjà intégré les éléments de code nécessaires à une reprise gratuite de leurs articles par le moteur de recherche.

La position de Google concernant l'adoption du droit voisin a suscité la polémique ces dernières semaines. Le moteur de recherche, ne souhaitant pas rémunérer les éditeurs de presse pour la reprise d'une partie de leur contenu dans Google Actualités, a décidé de supprimer par défaut la vignette et les quelques lignes de présentation des articles.

Un droit voisin contourné par Google

Les médias peuvent toujours bénéficier de cette mise en valeur de leur contenu, mais sans contrepartie financière. Cette décision a été vue comme un chantage de la part de Google, qui sait très bien que les médias refusant de se plier à ses règles vont perdre une large partie de leur audience en ligne.

Malgré les protestations jusqu'au plus haut niveau de l'Etat, Google n'entend pas faire machine arrière et on apprend aujourd'hui que les grands groupes de presse sont déjà prêts à être repris par le moteur de recherche à partir du 24 octobre, date d'entrée en vigueur de la loi sur le droit voisin.


Les éditeurs s'estiment pris en otage et dénoncent un chantage à l'audience

Selon nos confrères, qui ont analysé les 30 plus gros sites d'actualité français, 26 ont déjà intégré les nouvelles balises meta dans le code de leur site, qui autorisent Google à reprendre une petite partie de l'article et à la mettre en forme pour un affichage dans son agrégateur d'actualités.

Les différents éditeurs ont hésité quelques jours avant d'opérer la mise à jour, mais ont finalement décidé de se plier aux conditions de Google pour ne pas impacter leur audience quotidienne. « Nous sommes tellement dépendants de Google que ce serait un suicide ! Quand bien même je déplore que la plateforme s'adonne à un tel chantage » explique Francis Gaunand, Président de Publihebdos qui édite le site actu.fr.

« C'est comme si Google nous mettait un flingue sur la tempe », renchérit un éditeur qui souhaite rester anonyme. La presse française veut néanmoins porter l'affaire devant la justice et réfléchit à une action à la fois en France et devant la juridiction européenne.
Modifié le 21/12/2020 à 15h03
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
11
LeToi
Donc en gros à partir du 24, Google recommencera à afficher une partie du texte pour ces sites-là ? Alors qu’il a arrêté depuis quelques jours déjà ?
Elrix
Porter l’affaire en justice avec quelle raison valable ?<br /> Est-ce qu’obliger une entreprise (ici google) à payer afin de fournir un service est juridiquement valable ?<br /> Je doute.
m_enfin
Tellement prévisible… Par contre non, ce n’est pas un chantage à l’audience. Google est votre principale source de votre audience. Et pour vous apporter cette audience, Google a besoin de la vignette et de quelques lignes de l’article. Veuillez excuser Google d’avoir trouvé comment gonfler votre audience… D’ailleurs, vous l’avez bien compris puisque vous vous pliez à ses conditions.<br /> Il faut vraiment remettre les choses à l’endroit en cette époque où chacun raconte tout et n’importe quoi. Il faut rappeler qui apporte quoi, qui permet quoi. Sans Google News (et consort) l’actu n’aurait probablement jamais pris l’importance qu’elle a aujourd’hui sur internet (ce qui aurait peut-être été préférable ceci dit).<br /> La télévision française tente de s’organiser autour de Salto. Que fait la presse française quant à elle ?
trollkien
Je ne vois pas pourquoi Google devrait payer pour mettre en avant un site de presse, pour le coup ca devrait plutot être le contraire, les sites de presse devraient payer pour augmenter leur visibilité. le principe du referencement quoi…<br /> Par contre, ca serai bien pour nous utilisateurs d’avoir un filtre pour zapper les sites à abonnement
nickOh
Vous soumettez un point crucial : google apporte de l’audience, parce que les utilisateurs ne cherchent plus un site d’information en particulier, mais justement un aggrégateur avec un peu toutes les actus (sans lire non plus les articles jusqu’au bout, histoire d’être “au courant” des titres de l’actu.<br /> La presse est autant dépendante aux agrégateurs que les hoteliers avec les gros sites du genre hotel.com et autres, malgré que leurs revenus via ces plates formes soient bas, ils ne peuvent pas s’en priver.<br /> C’est le changement d’usage des utilisateurs qui veulent : la rapidité, simplicité et le moins cher en même temps qui à crée ces situations.<br /> (et un petit peu quand même les réglages par défaut du moteur de recherche, matraquages de pubs, et quoi qu’il en soit les utilisateurs ont fait leur choix, et les professionnels s’adaptent pour garder la maximum de business).
zomurn
Euh…perso je suis toujours sur Google actualités. Je dis ça je dis rien…
Judah
J’utilise Yahoo actu, je n’ai jamais mis les pieds sur Google actu… Il faudra que j’essai un jour, je n’ai rien à perdre.
offset891
Les éditeurs de presse ont pas compris que c’est le site qui recoit la traffic qui doit payer la pub, et pas l’inverse.
mcbenny
Oui, certes, tout à fait, mais…<br /> Pourquoi Google fait ça ? Je veux diure, présenter les actualités en question ? Pour apporter d el’argent aux éditeurs ? J’en doute. Pour lui-même générer de la donnée valorisable (profils des consommateurs) ? Humm, plus probablement.<br /> Donc Google le fait parce que ça lui rapporte de l’argent.<br /> Quand une émission TV invite un chanteur pour son nouvel album, le chanteur ne paie pas, il se fait même payer parfois. Simplement parce que l’émission fait de l’argent en vendant du temps de cerveau disponible, vous vous souvenez ?<br /> Google fait pareil.
trollkien
Oui mais bon… au depart un moteur de recherche, c’est du référencement.<br /> Et le référencement, ca se paye.<br /> Pour l’exemple du chanteur, je me demande, je connais pas du tout.<br /> Mais j’ose imaginer que si c un noob ou un nouvel album, c’est l’editeur qui paye, et si au contraire c’est une plu value pour l’emission (donc annoncé pour avoir de l’audiance, c’est l’emission qui paye
JeXxx
C’est tout à fait normal on est dans une époque où tout doit être accessible le plus rapidement possible, en un clic, pas des sites fait avec zéro ergonomie.<br /> La ou les medias déconnent grave de mon point de vue, c’est :<br /> .Leurs titres racoleurs, ça ne donne pas envie de lire.<br /> .Quand ut commence à lrie un article, ils répètent sans cesses pendant plusieurs pavés la même chose mais sous forme différente. Au final seul 1/3 de l’article est utile et le reste est à mettre à la poubelle.<br /> .J’ai essayer une fois un abonnement à LeMonde.fr Pour résilier l’abonnement faut envoyer un ptn de recommander à une adresse !<br /> .Si je reprends LeMonde.fr comme exemple, au chargement de la page 22 cookies charger et aucun formulaire RGPD de consentement et ce n’est pas le seul.<br /> Ils font tout pour être détestable au final et s’en tapes de l’utilisateur au final.<br /> Google oui apporte de l’audience. Mais sans cet outil gratuit que met Google à disposition, cette audience ils ne l’auraient pas.
Yoonba
N’oubliez pas que nos chères impôts finance la plus part des journaux papier pour les maintenir à flot car sinon ils ferment tous !<br /> Il voudrait en plus que Google, une entreprise privé américaine, leur finance leurs référencement.<br /> Moi je veux la même, l’état paye mon business et Google ma pub <br /> On peut rêver, c’est gratuit
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Les utilisateurs de l'application Mercedes voyaient les données personnelles d'autres propriétaires
Compacte et puissante, l'enceinte Ultimate Ears Wonrderboom 2 est en promotion chez Amazon
Un Intel Core i9-9900KS overclocké atteint les 5,2 GHz
PS4 Pro 1 To à 329,99€ au lieu de 399,99€
Production de la LiveWire d'Harley-Davidson : à peine stoppée, aussitôt relancée
Chrome 77 pour Android protégera contre les piratages tels que Spectre
Giant prévoit de vendre plus d'un demi-million de vélos électriques cette année
Toyota prépare un modèle électrique
Le OnePlus 7T 128 Go est déjà moins cher chez Rakuten !
Galaxy S10 défectueux : Samsung reconnaît le problème du capteur d’empreintes
Haut de page