Adoption de la loi sur le droit voisin : qu'est-ce que cela signifie pour la presse en ligne ?

Mathieu Grumiaux Contributeur
25 juillet 2019 à 17h07
0
journal plié.jpg

La France est le premier pays à transposer une partie de la directive européenne sur le droit d'auteur. Reste désormais à trouver un terrain d'entente entre les différents sites d'informations et les GAFAM.

Le Parlement a définitivement adopté ce mardi la proposition de loi sur le droit voisin pour les éditeurs et les agences de presse, à 81 voix pour, et une voix contre. Ce texte permet de transposer une partie de la directive européenne sur le droit d'auteur, un texte voté fin mars par les députés européens après des mois de discussion et de controverses.

Une rémunération juste et équitable de la part des plateformes comme Google Actualités


Le droit voisin permettra de rééquilibrer les rapports de force entre les éditeurs de presse et les GAFAM, qui reprennent la plupart des articles publiés sur leurs propres plateformes, sans verser un seul centime de rémunération aux organes de presse.

Google, Facebook ou encore Apple seront désormais dans l'obligation de négocier des accords individuels avec chaque titre de presse, en fonction de leurs moyens humains et financiers, mais également de leur importance dans le débat démocratique.

La partie est pourtant loin d'être gagnée tant les GAFAM rechignent à s'acquitter d'une rémunération pour reprendre les articles publiés par les nombreux sites d'information.

Un texte qui pourrait favoriser les grands groupes de presse au détriment des petits sites d'actualité


Les éditeurs doivent également s'organiser et s'accorder entre eux, comme l'explique Pierre Louette, P.-D.G. du groupe Les Echos-Le Parisien et chargé d'une mission spécifique sur les droits voisins au sein de l'Alliance de la presse d'information générale : « Il faut identifier l'assiette de ces droits, quels sont les éditeurs qui peuvent prétendre au droit voisin, déterminer un taux de rémunération et un organisme de collecte ».

Les sites internet sont également méfiants vis-à-vis de la mise en application du droit voisin et craignent que les discussions s'orientent en faveur de quelques éditeurs bien installés, au détriment des plus petits sites d'actualités pour lesquels Facebook ou Google ne s'embarrasseraient pas de multiples et fastidieuses négociations.

« Les contenus de la presse ne sont pas clés pour les plateformes, et elles ne sont pas prêtes à payer des sommes folles, voire pas prêtes à payer tout court pour les avoir, et elles peuvent trouver, avec des éditeurs, des accords individuels qui bénéficieront à tout le monde », indique aux Echos Giuseppe de Martino, président de l'Association des services internet communautaires.

Dans le pire des scénarios, ce texte pourrait signifier la valorisation de seulement plusieurs grands noms de la presse nationale et la fin de la pluralité de la presse indépendante sur des plateformes populaires comme Google Actualités.

Source : Les Echos
4 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top