Gronde des actionnaires Amazon, qui vend son système de reconnaissance faciale à la police

Alexandre Boero Contributeur
22 juin 2018 à 17h51
0
Amazon a développé une technologie de reconnaissance faciale très contestée, Rekognition. La firme a ainsi provoqué la colère de certains de ses actionnaires, qui n'acceptent pas la revente de ce système aux autorités américaines.

Le géant Amazon est-il entré dans le monde de la surveillance ? L'entreprise de Jeff Bezos a récemment mis au point une technologie de reconnaissance faciale, appelée Amazon Rekognition, qui permet d'identifier, de suivre et d'analyser les personnes en temps réel. Pire, elle peut reconnaître jusqu'à 100 individus à partir d'une seule et même image, dans des lieux de grosse fréquentation, comme les aéroports par exemple.

Fotolia Reconnaissance faciale


Une terrible entorse aux libertés et droits civils, qui tombe au moment où l'administration Trump fait des émules au sujet des migrants mexicains séparés de leurs enfants. Et ce qui a provoqué la colère d'actionnaires et employés d'Amazon, c'est la vente de cette technologie aux autorités policières et gouvernementales américaines, à laquelle ils s'opposent.

La reconnaissance faciale au service de la surveillance

Les employés d'Amazon ont été particulièrement touchés par la situation qui a provoqué la séparation de plusieurs milliers d'enfants de leurs parents, causée par la politique de tolérance zéro prônée par l'imprévisible Donald Trump. Et même si ce dernier a depuis signé un décret mettant fin aux séparations, cette fois, ce fut trop.

Au mois de mai, l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) avait soulevé la dangerosité d'Amazon Rekognition. L'association, qui défend les droits de l'homme, s'était procurée plusieurs documents prouvant que le shérif du comté de Washington et la ville d'Orlando étaient devenus des clients de cette technologie, et ce depuis 2017. « Le comté de Washington a construit une base de données d'au moins 300 000 photographies d'identité à utiliser avec Rekognition », affirmait l'ACLU. Une application mobile permettrait même aux adjoints du shérif de relier l'image obtenue à la base de données à l'aide d'un simple scan.

Ce partenariat « privé-public » soulève de majeures questions éthiques, dont les employés d'Amazon ont conscience, puisque « la militarisation historique de la police, le ciblage renouvelé des activistes noirs et la croissance d'une force fédérale d'expulsion dans les violations des droits de l'homme » sont autant de conséquences que cette surveillance peut entraîner.

De nombreuses organisations protectrices des droits civiques mais aussi des membres du Congrès américains, dont ceux du Black Caucaus, critiquent et s'opposent fermement au développement et à la vente du service. Les actionnaires et employés Amazon, eux, espèrent l'arrêt de la vente du service aux autorités américaines.

0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Un démantèlement des GAFA ?
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones
La Renault ZOE 2 se lance (enfin !) officiellement

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top