Mars : Perseverance a complété sa réserve de secours d'échantillons

Mathilde Rochefort
Publié le 01 février 2023 à 17h45
© NASA / JPL-Caltech / MSSS
© NASA / JPL-Caltech / MSSS

Le rover Perseverance de la NASA vient de déposer son tout dernier échantillon dans le cratère de Jezero. Les tubes scellés vont désormais attendre de longues années avant de, peut-être, être récupérés.

Le « premier dépôt d'échantillons sur un autre monde » est désormais complété. 

Un dépôt de secours

Il s’agit de l’un des éléments phares de la mission de Perseverance. Depuis de longs mois, le rover collecte des échantillons issus de roches considérées comme « scientifiquement importantes » par les équipes en charge de la mission. Tandis que certains restent à l’intérieur du rover, d’autres sont posés à la surface martienne et constituent désormais un vaste dépôt situé dans le cratère de Jezero. Cette région a abrité une rivière se jetant dans un vaste lac il y a des milliards d’années, soit un environnement propice à l’émergence d’une vie microbienne. L’analyse des échantillons pourrait permettre aux scientifiques de percer ce mystère.

« Les tubes de titane ont été déposés à la surface selon un motif complexe en zigzag, chaque échantillon étant séparé d'environ 5 à 15 mètres les uns des autres afin de pouvoir être récupéré en toute sécurité », explique l’agence spatiale américaine. Le dépôt constitue une solution de secours au cas où Perseverance ne parviendrait pas, en raison d’une panne par exemple, à acheminer les tubes qu’elle transporte à bon port lors de la mission de récupération de ces derniers.

La mission de récupération sera très complexe

En effet, la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) travaillent sur une mission hautement complexe, baptisée Mars Sample Return, afin de récupérer les échantillons pour les apporter jusqu’à notre planète. Celle-ci implique que Perseverance apporte les tubes jusqu’à une plateforme équipée d'une fusée pour les envoyer en orbite, où un vaisseau européen les récupérera pour les conduire sur Terre.

Entre-temps néanmoins, il est possible que le rover ne puisse plus assurer cette étape. Dans ce cas, deux hélicoptères similaires à Ingenuity seront là pour aller récupérer les échantillons que Perseverance vient de placer au sol, l’emplacement de chacun d’entre eux ayant été soigneusement cartographié. La NASA estime actuellement que l'atterrisseur de récupération des échantillons, développé par Lockheed Martin, se posera au plus tôt en 2028 et que ceux-ci n'arriveront pas sur Terre avant au moins 2033.

Sources : The Verge, NASA

Mathilde Rochefort
Par Mathilde Rochefort

Avide de nouvelles technologies et particulièrement férue de la marque à la pomme, j’en fais mon métier depuis près d’une décennie. Réseaux sociaux, IA et autres applications… Je partage mon expertise quotidiennement sur le World Wide Web.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (3)
Pyxis

Dans dix ans ne seront-ils pas recouverts de poussière ? Un défi supplémentaire pour les « déterrer » !

Ccts

Je me posais la même question ! Quand on voit la quantité de poussière qui altère les panneaux solaires des sondes. On va imaginer que les petits helicos vont faire partir la poussière en se posant pour récupérer les échantillons. Ça va être impressionnant comme manip. Les missions sont de plus en plus complexes. Hâte de voir ça.

Space_Boy

Bon, un humain les ramasse en 5 minutes sans soucis. Qui veut y aller? Faut encore trouver le moyen de revenir…