Airbus étudie le rover qui récupérera des échantillons martiens

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 juin 2020 à 15h15
0
Fetch rover 2 Mars Sample Return ©Airbus DS
Attention, le rover proposé par Airbus est bien celui de droite. Crédits Airbus DS

L'Agence Spatiale Européenne a confié à Airbus le développement de ce grand robot à roues qui devra parcourir plusieurs centaines de mètres chaque jour. Il devrait atterrir sur Mars en 2028.

Un élément clé de la mission « Mars Sample Return ».

Après Perseverance…

Ce n'est encore qu'une étude (« Advanced B2 »), mais le rover de récupération prend forme. Envoyé fin 2026, sa mission démarrera après son atterrissage en 2028 sur une grande plateforme conçue par les américains.

Ce robot est particulier, car son rôle dépend de la réussite des autres éléments du grand projet « Mars Sample Return » qui en réalité commence… Cet été. En effet, la NASA s'apprête à faire décoller, le 20 juillet prochain, son grand rover Perseverance. Or, ce dernier ne fera pas que rouler au sein du cratère Jezero : une partie de sa mission consistera à collecter des échantillons de sol représentatifs de différents milieux et minéraux (de préférence ceux où l'on pourrait retrouver des « briques du vivant ») et à les stocker dans des tubes scellés. Ces tubes seront ensuite déposés sur la surface martienne, seuls ou en groupe, sur ce que l'on pourrait appeler des points de collecte.

Ce sont ces 36 tubes que le robot actuellement en conception chez Airbus devra récupérer.

Le tube de l'été

Pour l'instant, le rover d'Airbus n'a pas de nom, mais tout le monde l'appelle déjà « Fetch », le terme anglais pour « rapporte ». Si l'industriel passe les étapes suivantes, il sera assemblé comme le rover Rosalind Franklin (Mission ExoMars 2022) sur le site de Stevenage en Angleterre… Et si son design ne change pas trop, ce sera un grand véhicule !

Mais sa mission ne sera pas aussi simple qu'on peut l'imaginer, et c'est ce qui va définir son aspect final. D'abord, le rover devra être capable de se déplacer rapidement : environ 200 mètres chaque jour en navigation semi-autonome, sur des terrains variés et difficiles.

Ensuite, il lui faut de bons « yeux », puisqu'il devra repérer et identifier les tubes contenant les échantillons ; et un bras robotisé pour les capturer ; et de quoi les stocker pour les ramener jusqu'à la plateforme…

En plus de tous ces éléments, il faut prévoir des sécurités importantes : en effet, que se passerait-il si, chargé de plus d'une trentaine de tubes, « Fetch » tombe en panne ? Cela mettrait en danger toute la mission Mars Sample Return, dont le budget multi-missions dépassera amplement le milliard de dollars.

Fetch rover Mars Sample Return ©NASA/JPL-Caltech
Dans ce grand véhicule qui servira de plateforme d'atterrissage, se trouvera une petite fusée en plus... Crédits NASA/JPL-Caltech

Un objectif parmi beaucoup d'autres

De fait, réunir et ramener les échantillons jusqu'à la plateforme ne sera que la première étape du retour des échantillons, qui devront ensuite décoller grâce à une petite fusée qui les enverra en orbite de Mars.

De là, ils seront repérés et capturés à nouveau, par une sonde en orbite martienne, qui entamera alors le long voyage de retour jusqu'à les déposer sur Terre, au sein d'une capsule scellée pour leur atterrissage et leur étude tant attendue.

L'ESA et la NASA travaillent de concert pour préparer cette mission, véritable odyssée qui va durer probablement une quinzaine d'années. Il faudra être patients, mais l'attente est à la hauteur du défi…

Source : Airbus

Modifié le 17/06/2020 à 15h15
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
La 5G, une technologie pour
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Tesla continue de faire dans la pseudo-disruption et commercialise désormais des shorts...
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Facebook Messenger et WhatsApp bientôt réunis ?
Au diable AMD ? Apple travaillerait, aussi, sur des GPUs de son cru
scroll top