Plus que six semaines avant les trois décollages vers la planète Mars !

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
03 juin 2020 à 15h55
0
Mars2020 Mars Perseverance NASA robot ©NASA JPL/Christian Mangano
Le rover Perseverance, replié dans sa coque de protection, n'attend plus que son lancement. ©NASA

Dernière ligne droite pour la préparation des véhicules des Etats-Unis, de la Chine et des Emirats Arabes Unis. La fenêtre de tir vers Mars s'ouvre le 15 juillet, et durera trois semaines.

Les lanceurs sont déjà à poste, sur les différents sites de décollage.

Fenêtre ouverte !

Lovée dans l'habituel écrin de secret qui entoure son programme spatial, la Chine a tout de même annoncé, au début de la semaine, la dernière phase de ses préparatifs  « pour un décollage en juillet ou en août ». Si on ne connait pas encore la date exacte, on sait qu'elle se rapproche : la fenêtre de tir vers Mars, qui s'ouvre tous les 26 mois et permet d'optimiser le trajet entre la Terre et sa cousine, ne dure que trois semaines.

La fusée CZ-5 chinoise qui emmènera la mission Tianwen-1 vers Mars a déjà pris place dans son portique d'assemblage au centre spatial de Wenchang. Après un premier essai en 2011, qui s'est mal terminé juste après le décollage (en commun avec la sonde russe Phobos-Grunt), la Chine envoie seule sa mission la plus ambitieuse vers Mars.

Cette dernière comprend un orbiteur, un atterrisseur et un petit robot. Ce n'est pas anodin : si elle réussit avec Tianwen-1, la Chine deviendra la cinquième nation (après les USA, l'URSS, l'Europe avec l'ESA et l'Inde) à amener un véhicule en orbite martienne, et la seconde seulement à se poser et opérer un robot à la surface. Toutefois le voyage vers la planète rouge est long, et ce type de mission… Périlleux.

Perseverance en attente

À Cape Canaveral (Floride), la fusée qui emmènera le robot Perseverance et son petit hélicoptère Ingenuity vers la surface de Mars est aussi dans les starting-blocks. Le rover, et les équipements qui vont permettre de le poser sur la planète rouge, ont été testés, équilibrés, mis en place : le programme n'a finalement pas subi de retard.

À noter qu'avant d'entamer ses sept mois de trajet, le véhicule recevra, dans la dernière semaine avant son décollage, sa « pile nucléaire », à savoir un générateur à radio-isotope au plutonium, qui sera mis en place alors que le robot sera déjà sous la coiffe de la fusée. La France participe activement à cette mission avec l'instrument SuperCam.

Hope n'est pas en retard !

Enfin, la sonde émiratie Al-Amal (aussi appelée Hope), qui devrait arriver en orbite de Mars à temps pour célébrer les 50 ans d'indépendance des Emirats Arabes Unis, entre elle aussi dans le dernier stade de ses préparatifs. Les équipes émiraties ont fait le trajet pour se rentre au Japon dès le mois d'avril (la sonde décolle grâce à une fusée H-2A depuis Tanegashima) afin de travailler sur les derniers réglages après une période de quarantaine.

Al-Amal restera en orbite de Mars, et servira autant de démonstrateur technologique pour sa mission de prestige, que de mission scientifique. Ses instruments observeront la planète dans sa globalité pour étudier son atmosphère et les variations saisonnières de climat.

Source : TechCrunch

13
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
Airbus officialise la suppression de 5 000 emplois en France, 15 000 au total
scroll top