La NASA enquête avec SpaceX suite à deux nouveaux incidents

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
27 mars 2020 à 09h56
0
SpaceX - Crew Dragon
La capsule Crew Dragon avant son test en mars 2019 © SpaceX

Le premier vol habité de la capsule Crew Dragon pourrait être retardé : deux incidents indépendants ont en effet concerné le lanceur Falcon 9 et le véhicule habité ces derniers jours.

L'entreprise devrait toutefois être blanchie rapidement.

Un moteur s'éteint

Bien sûr, c'est une question de circonstances : le premier étage du lanceur Falcon 9 réalisait son cinquième vol le 18 mars dernier, lorsqu'un de ses moteurs s'est arrêté plusieurs secondes trop tôt. Or pour le décollage des futures capsules Crew Dragon, la NASA a demandé (au moins dans un premier temps) des étages de fusée neufs. En l'occurrence, grâce à l'action des huit moteurs voisins et du second étage, la trajectoire finale des 60 satellites Starlink fut celle qui était prévue...

Il n'empêche que ce type d'incident, extrêmement rare, doit être élucidé pour vérifier qu'il ne générera pas de risque supplémentaire pour les occupants de la capsule Crew Dragon à l'avenir. SpaceX, qui n'avait rencontré qu'une seule panne du genre en 2012 (sur plus de 500 moteurs Merlin qui ont réussi leur mission), a demandé l'assistance de la NASA et de ses experts pour l'enquête.


Encore les parachutes !

Malheureusement pour SpaceX, une seconde anomalie est venue troubler le calme du programme Crew Dragon cette semaine. Pour qualifier les parachutes de la capsule Crew Dragon, cette dernière est emmenée sous élingue par un hélicoptère jusqu'à une altitude donnée, puis larguée. Ces tests ont déjà eu lieu à plus d'une dizaine de reprises.

Mais lors d'un des trois derniers essais, l'hélicoptère a visiblement rencontré des conditions particulières. L'article de test simulant la capsule Crew Dragon est devenu instable, et le pilote de l'hélicoptère n'a eu d'autre choix que de larguer son chargement pour protéger sa machine et son équipage en évitant un drame. Or le système de parachute n'était pas en position « armé » et n'a pu être activé à trop basse altitude, l'article de test s'est donc crashé dans le désert.

Là encore, une enquête a été ouverte, et si le système de parachute (lourdement mis en cause l'année dernière dans une version précédente) n'est pas visé, SpaceX et les inspecteurs du programme Commercial Crew tenteront de comprendre pourquoi l'hélicoptère s'est retrouvé dans une situation si délicate. Les procédures de test, par exemple, pourraient tout à fait remettre en question le rôle de l'industriel.


Prudence, et prudence encore

S'il est probable que SpaceX ne soit pas mise en cause dans ces deux investigations à cause des conditions particulières de ces échecs (l'usure de l'étage réutilisé dans le premier cas, des conditions de vol imprévisibles dans le second). La firme de Hawthorne et la NASA seront prudents et attentifs aux moindres détails. L'agence en particulier, est déjà sous le feu des projecteurs pour avoir été trop laxiste avec le concurrent Boeing et le test de la capsule Starliner en décembre dernier. Au moment où il est question de la sécurité des astronautes, pas question de compromis.

Source : Space Flight Now, Space News
Modifié le 03/04/2020 à 14h27
4
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
L'Union européenne rappelle à l'ordre les constructeurs automobiles sur les émissions de CO2
scroll top