Une enquête découvre de nouveaux problèmes avec la capsule Starliner de Boeing

1
starliner-boeing
La capsule CST-100 Starliner atterrit avec ses airbags

Le vol de test raté de la capsule Starliner, du 20 au 22 décembre dernier, aurait pu se terminer en véritable catastrophe : la commission d'enquête révèle de nouveaux problèmes logiciels et de gros soucis de validation.

Un ennui de plus

« Il n'est pas dans nos habitudes de faire une conférence de presse sur les résultats d'une enquête alors que la commission n'a pas terminé son travail », prévenait le 7 février Jim Bridenstine, l'administrateur de la NASA. Néanmoins, depuis la veille, la polémique ne faisait qu'enfler et la NASA, avec son partenaire Boeing, a dû prendre la communication en main pour éviter un effet boule de neige.

De fait, les nouvelles informations sont accablantes. On savait déjà qu'une erreur d'horloge interne avait provoqué de mauvaises manœuvres, rendant impossible le rendez-vous prévu avec la station spatiale internationale. Mais la mission raccourcie aurait bien pu se terminer en un incroyable fiasco : une erreur de logiciel a en effet été découverte juste à temps et corrigée deux heures avant la rentrée atmosphérique de la capsule.


Starliner dans le viseur

Si la solution n'avait pu être mise en place, il y a une forte probabilité que la capsule aurait été heurtée par son propre module de service juste après son éjection. Or une collision en orbite peut être fatale. Comme le résume Jim Chilton, responsable Boeing : « Rien de bon ne peut arriver lorsque deux véhicules spatiaux se rentrent dedans ».

Si l'enquête suit son cours, elle fait donc déjà état de deux erreurs majeures, en plus de problèmes de communication avec le sol qui ont plusieurs fois empêché les équipes de contacter Starliner. La NASA et Boeing, particulièrement embarrassés par ces révélations, promettent une mise à plat de tout le logiciel de la capsule, de la transparence, et un changement de leur procédure de validation.

Problèmes de contrôle

Au fond, ces problèmes révèlent que ni Boeing ni la NASA n'ont mis en place les garde-fous nécessaires pour s'assurer que ces situations ne pourraient arriver en orbite. Tout cela aurait dû être détecté bien plus tôt, simulé, contrôlé et, au besoin, rejeté par l'agence, confirme Doug Loverro, responsable des opérations spatiales pour la NASA. « Nos contrôles étaient insuffisants, il faut le reconnaître. C'est une bonne leçon ».

L'agence n'a pas encore officiellement pris sa décision quant à un second vol d'essai de la capsule Starliner, mais Boeing va dans tous les cas rester plusieurs mois dans le collimateur de la NASA. Il est même possible que ces révélations aient des conséquences sur le prochain vol habité de la capsule Crew Dragon de SpaceX, si de nouveaux tests et procédures sont mises en place.

Source : Space Flight Now
Modifié le 07/04/2020 à 17h28
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

BMW dévoile ses roues aérodynamiques, pour réduire la consommation de 2%
HP Pavillon Gaming PC portable avec souris gamer à seulement 649,99€ au lieu de 930,99€
Space Channel 5, le classique de la Dreamcast, fera son retour en VR sur PS4 et PC
France : quels ont été les véhicules électriques et hybrides les plus plébiscités en janvier ?
Faites 129€ d'économies grâce à Cdiscount sur l'ordinateur portable Ultrabook Asus
Coronavirus : la Gigafactory 3 de Tesla (Shanghai) autorisée à relancer sa production
Les Etats-Unis activeront leur
Steam et CS:GO ont encore pulvérisé leurs records d'utilisateurs en ligne
À New York, tous les véhicules municipaux épouseront l'électrique d'ici 2040
Le menu Démarrer de Windows 10 suggère aux utilisateurs de Firefox de passer au nouveau Edge
Haut de page