Sans Soyouz, l'Europe spatiale devrait-elle se tourner vers SpaceX ?

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
22 mars 2022 à 16h10
9
SpaceX Falcon 9 Vandenberg 1 © SpaceX
Falcon 9 décollant de Vandenberg (Californie). Le rythme actuel d'un tir par semaine fait des envieux, et génère des options. Crédits : SpaceX

Les sanctions et contre-sanctions suite à l'invasion de l'Ukraine mettent plusieurs lancements de satellites européens dans l'impasse. L'opérateur OneWeb s'est déjà tourné vers SpaceX, tandis que les agences de l'UE et l'ESA tentent de modifier leur planification. Car Ariane 6 se fait encore attendre…

L'industriel allemand OHB a visiblement déjà pris position.

Une seule fusée vous manque…

Depuis presque un mois, le débat agite les institutions, les industriels, les opérateurs comme les assureurs : comment remplacer Soyouz ? En réponse aux sanctions européennes, la Russie a retiré ses équipes du Centre spatial guyanais , tandis que les vols opérés pour le compte de OneWeb sur les cosmodromes russes ont aussi été abruptement stoppés. Pour les clients privés, l'alternative est simple : se tourner vers un autre partenaire commercial fiable, de préférence qui disposerait de créneaux de lancements orbitaux en 2022. Pas si facile à trouver…

Le Japon n'a pas cette souplesse dans les vols, l'Inde est en pleine réorganisation de son secteur et évolue lentement, et l'Europe est en pleine transition vers ses futurs lanceurs. Restent les États-Unis, qui accueillent ces prospects à bras ouverts… Même lorsque ce sont leurs concurrents. Ainsi OneWeb a annoncé hier transférer les lancements pour compléter sa constellation de connectivité internet de Soyouz à SpaceX ! Inimaginable il y a plus d'un mois.

Cherche lanceur européen désespérément

Le cas le plus épineux est en réalité celui des lancements institutionnels publics au profit des États européens, de l'Union européenne et de l'ESA. Deux paires de satellites Galileo devaient décoller avec Soyouz cette année, sans oublier les satellites EarthCare (ESA) et le télescope spatial Euclid début 2023, ou le satellite de la défense française CSO-3. Si ce dernier patientera visiblement jusqu'à l'arrivée d'Ariane 6, cela représente un nombre important de satellites qui ne pourront probablement décoller en 2022… À moins d'acheter les services d'un opérateur étranger.

L'agence européenne rendra son rapport en avril avec des recommandations, mais d'ores et déjà les industriels poussent dans différentes directions. Les Échos rapportent notamment le cas d'OHB (Allemagne), industriel de référence des satellites Galileo actuels, qui pousserait pour que les quatre unités les plus urgentes soient envoyées grâce à SpaceX, puis les suivantes sur son propre lanceur en développement avec sa filiale-start-up de référence, RFA (Rocket Factory Augsburg). La crise actuelle pourrait représenter une aubaine pour les acteurs du NewSpace… mais pour la majorité d'entre eux, leurs lanceurs sont encore loin de leur premier décollage.

Ariane 6 au décollage © Airbus
Le dossier le plus urgent du spatial européen... Crédits : ArianeGroup/CNES

L'épineux problème du report des vols

L'autre option est évidemment d'attendre l'entrée en service d'Ariane 6. Le grand lanceur européen est en retard, ce qui n'est pas une exception dans l'industrie spatiale (ses équivalents autour du monde le sont aussi), mais tombe au mauvais moment face à l'invasion de l'Ukraine.

En effet, alors que le premier vol « glisse » officieusement vers le premier trimestre 2023 avec un calendrier déjà très contraint pour sa première année en fonction, il est peu probable d'y reporter tous les vols prévus en 2022 avec Soyouz, sauf à accepter de les mettre sous cloche, pour certains jusqu'à là mi (ou la fin) 2024.

Et inutile de penser à Ariane 5 : tous ses derniers vols sont réservés, tandis que le petit lanceur Vega et son successeur Vega C ont leurs propres problèmes d'approvisionnements et de futur à moyen terme.

Source : Challenges

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
9
spip74
On a pas fini de voir la Falcon 9 décoller.
Lepered
Avec des raisonnements aussi épidermiques, il n’y aurait jamais eu de HPC, d’avions, de fusées, missiles en Europe. Nous parlons d’une période de quelques trimestres, pas d’une impossibilité pour les cinq prochaines années.
mcbenny
C’est sur que la France toute seule ferait tellement mieux !<br /> Raisonnement « épidermique » comme dit précédemment et complètement illogique.
luck61
Encore un signe du déclin
kroman
Planifier Ariane 6 et la nouvelle version de Vega C la même année, des fins stratèges🙃
Belgarath
C’est ça, de mettre tous ses œufs dans le même panier.
ebottlaender
A la base, ce n’était pas planifié la même année. Ca arrive parce que Vega a eu deux échecs en deux ans en 2019 et 2020, ce qui a considérablement reporté la mise en service de Vega C…
Oyra-Oyra
Aidez la Russie à changer de gouvernement. L’équipe de lancement est prête à accomplir toutes les tâches depuis Kourou. Trois missiles sont disponibles. Ils sont sur l’ELS
pecore
Encore un secteur où l’on s’est trop reposé sur certains pays au lieu de développer ou de moderniser nos propres solutions, un de plus parmi tant d’autres. Et comme pour les autres domaines la solution est d’investir pour redevenir indépendants des pays hors de l’U.E, afin que si l’on décide de faire appel à ces pays, ce soit par choix et non par obligation.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le télescope James Webb va étudier 55 Cancri e, une exoplanète couverte de lave
Des astronautes vers la ceinture d'astéroïdes dès 2073 ?
La capsule Starliner rentre sur Terre cette nuit, et la NASA tient à lui assurer un avenir
La sonde Psyche voit son décollage retardé en septembre à cause d'un problème logiciel
Ça y est, Starlink est officiellement disponible pour un usage semi-nomade
Le télescope James Webb est presque prêt et s'entraîne à suivre des objets
La capsule Starliner de Boeing s'amarre enfin à la station internationale
La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Haut de page