Vos données peuvent être utilisées par l'IA de Meta, voici comment les protéger

06 juin 2024 à 14h58
5
Meta à nouveau dans la controverse avec l'utilisation des données des utilisateurs - © Koshiro K / Shutterstock.com
Meta à nouveau dans la controverse avec l'utilisation des données des utilisateurs - © Koshiro K / Shutterstock.com

Meta veut exploiter toutes vos données personnelles pour alimenter sa future IA. L'association noyb a déposé des plaintes, tandis qu'un instagrameur partage un tuto pour vous opposer à cette utilisation. Protégez vos contenus privés avant le 26 juin !

Le géant des réseaux sociaux Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp...) prévoit de changer sa politique de confidentialité le 26 juin 2024.

Ce changement permettrait à l'entreprise d'utiliser toutes les données personnelles non publiques de ses 4 milliards d'utilisateurs pour développer ses futures « technologies d'intelligence artificielle ». Cela comprend les messages, photos, vidéos, données de suivi en ligne, etc., collectés depuis 2007 y compris sur les comptes « dormants ».

Meta justifie cette démarche par un « intérêt légitime » qui primerait sur les droits des utilisateurs, une argumentation déjà rejetée par la justice européenne. Un changement controversé qui a vu naître deux initiatives pour protéger la vie privée des utilisateurs.

Cybersécurité : comment garder le contrôle de vos données ?
A découvrir
Cybersécurité : comment garder le contrôle de vos données ?
7 mai 2024 à 12:19
Contenu sponsorisé

L'association noyb exige des autorités un arrêt immédiat

L'association militante noyb (None Of Your Business) a déposé des plaintes auprès de 11 autorités européennes de protection des données. Elle leur demande de lancer d'urgence une procédure pour bloquer le changement de politique de confidentialité de Meta avant son entrée en vigueur le 26 juin 2024.

Selon Max Schrems, le fondateur de noyb, « Meta dit en fait qu'il peut utiliser "n'importe quelle donnée provenant de n'importe quelle source pour n'importe quel usage et la mettre à la disposition de n'importe qui dans le monde", à condition que ce soit par le biais d'une "technologie d'intelligence artificielle". Cela va clairement à l'encontre de la conformité au RGPD ».

L'association estime que Meta viole au moins une dizaine d'articles du règlement général sur la protection des données (RGPD) européen, notamment les principes de transparence, de limitation des finalités et de minimisation des données. Le manque d'information sur les objectifs précis de cette « technologie d'IA » pose particulièrement problème.

Autre point critiqué : l'entreprise s'appuie sur un prétendu « intérêt légitime » pour ingérer ces données massives sans consentement explicite des utilisateurs. Or la Cour de Justice européenne a déjà rejeté cet argument de Meta dans un cas similaire lié à la publicité ciblée.

Plutôt que de demander l'autorisation, Meta se contente d'un système d'opposition (« opt-out ») complexe que les utilisateurs doivent suivre s'ils refusent. « Reporter la responsabilité sur l'utilisateur est absurde. La loi exige que Meta obtienne le consentement », tacle Max Schrems.

Enfin, noyb souligne l'implication douteuse du régulateur irlandais qui a précédemment avalisé des pratiques litigieuses de Meta. L'association réclame donc des mesures d'urgence pour protéger les 400 millions d'utilisateurs européens concernés.

Le tuto de l'instagrameur « lecollegefoufoufou » pour s'opposer à l'utilisation de vos données

Face à ce changement controversé, l’instagrameur français « lecollegefoufoufou » aux 52 000 abonnés a partagé un tutoriel pour s'opposer à l'utilisation de ses données par l'IA de Meta. Dans une publication Instagram, dont le lien est disponible au pied de cet article ou en cliquant sur les captures d'écran ci-dessous, il explique la seule méthode qui, selon lui, fonctionnerait vraiment. En faisant défiler les images du carrousel vers la droite, chaque utilisateur va pouvoir comprendre comment, selon le créateur de contenu, Meta frise la correctionnelle avec nos données personnelles et explique la marche à suivre, simple pour demander à l'entreprise de ne pas les utiliser.

Cliquez pour suivre les instructions - Capture d'écran © Mélina Loupia pour Clubic
Cliquez pour suivre les instructions - Capture d'écran © Mélina Loupia pour Clubic
Cliquez pour suivre les instructions - Capture d'écran © Mélina Loupia pour Clubic
Cliquez pour suivre les instructions - Capture d'écran © Mélina Loupia pour Clubic
Cliquez pour suivre les instructions - Capture d'écran © Mélina Loupia pour Clubic
Cliquez pour suivre les instructions - Capture d'écran © Mélina Loupia pour Clubic

« Quand tu arriveras à l'étape 6/7, tu devras faire défiler la page où un mini formulaire t'attend : un pour ton email, un pour le texte que tu vas écrire », décrit-il.

Il conseille d'écrire ce message type : « Bonjour, je ne veux pas que mon compte et tous les contenus associés (textes, photos, vidéos) soient utilisés pour votre programme AI. Merci d'en prendre note. Bonne journée. ».

Après validation, un e-mail de confirmation devrait être reçu sous 2 à 5 heures pour activer ce droit d'opposition. « C'est la seule méthode qui fonctionne. Les copier-coller de message en story : 0 impact », assure l'influenceur, faisant allusion aux chaînes à partager sur Facebook que l'on voit régulièrement qui demandent aux utilisateurs de « faire tourner » pour éviter que le réseau social ne devienne payant.

Pour lui, cette nouveauté de Meta représente un risque particulier pour les créateurs de contenus, photographes, peintres et autres activités avec une « plus-value ». « Si tu ne prends que des photos de kebabs ou de cailloux, admettons. Mais si tu es créateur de contenu (...) cela peut te poser soucis (car 0 contrepartie financière notamment) », craint-il.

Cette storie-tuto diffusée à sa communauté vise donc à protéger les œuvres personnelles des créateurs avant le 26 juin. Une initiative populaire quand on connaît les dérives possibles des intelligences artificielles alimentées avec des données privées sans consentement.

L’instagrameur conclut avec philosophie : « Apprécions toutefois au passage le délai accordé pour accepter ou non les nouvelles conditions ». Un ton qui tranche avec l'indignation de noyb sur ce dossier sensible touchant à la vie privée en ligne.

Facebook

  • Connectivité globale sur le web
  • Accès à l'Information et aux contenus

Instagram

  • Des interactions faciles par de nombreux canaux (publications, Stories, messagerie, etc.)
  • Un réseau social adapté aux préférences des utilisateurs dans la gestion de leur compte
  • De nombreux types de contenus à créer, à partager et à consulter

WhatsApp

  • Les fonctions de messagerie
  • Les options de personnalisation
  • Gratuit

Mélina LOUPIA

Modératrice, contributrice et community manager pour le regretté OVNI Le Post, puis journaliste société spécialisée dans la parentalité et la psychologie notamment sur Le HuffPost, l'univers du Web, d...

Lire d'autres articles

Modératrice, contributrice et community manager pour le regretté OVNI Le Post, puis journaliste société spécialisée dans la parentalité et la psychologie notamment sur Le HuffPost, l'univers du Web, des réseaux, des machines connectées et de tout ce qui s'écrit sur Internet s'inscrit dans le champ de mes sujets préférés.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (5)

themancool87_1_1
ou écrire simplement<br /> https://www.cnil.fr/fr<br /> ce que j’ai fait deux fois (email insta et email fb), et voici le message reçu quasiement 5 minutes après:<br /> Bonjour,<br /> Nous avons examiné votre demande et nous allons respecter votre opposition. Cela signifie que votre demande sera appliquée à l’avenir.<br /> Si vous souhaitez en savoir plus sur l’IA générative et sur notre travail en matière de confidentialité dans ce nouvel espace, veuillez consulter les informations disponibles dans le Centre de confidentialité :<br /> privacycenter.instagram.com<br /> How Meta uses information for generative AI models<br /> Learn how Meta uses information for generative artificial intelligence, generative AI models.<br /> Cette boîte de réception ne peut pas accepter les messages entrants. Si vous nous envoyez une réponse, nous ne la recevrons pas.<br /> Cordialement,<br /> L’équipe Privacy Operations
norwy
Ceux ont fait confiance en Facebook et accepter leur politique de pillage de leurs données personnelles vont rapidement pouvoir constater si ils ont eu raison ou tort…<br /> Wait &amp; See
Squeak
Je pense qu’ile ne se sont pas embêtés à lire les centaines de milliers de formulaires envoyés, à mon avis ils n’ont pas vraiment le choix d’accepter pour se plier aux règles de l’UE.<br /> Pour la Belgique j’ai mis ceci :<br /> autoriteprotectiondonnees.be<br /> Page d'accueil citoyen<br /> | Autorité de protection des données<br /> Site Web élastique<br />
wax78
Moi j ai mis RGPD. Ça avait l air de passer
Belgarath
Moi, je suis tranquille, je n’ai ni face de bouc, ni insta.
juju251
Donc en plus de demander d’utiliser un formulaire abscons, caché dans des recoins quasi-impossibles à atteindre sans avoir la marche à suivre sous les yeux, FB se la joue «&nbsp;ça marche pas&nbsp;» …<br /> Déjà que de base le RGPD n’est PAS respecté, autant te dire que là, on atteint des sommets de malhonnêteté. <br /> Edit : Etonnament pour Insta, pas de soucis …
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet