Des volcans actifs sur Vénus ? Il y en avait plusieurs... dans les années 90 !

Eric Bottlaender
Par Eric Bottlaender, Spécialiste espace.
Publié le 01 juin 2024 à 14h32
Le volcan Sif Mons est finalement plus actif que prévu... en tout cas, il l'était il y a 30 ans © NASA / JPL-Caltech
Le volcan Sif Mons est finalement plus actif que prévu... en tout cas, il l'était il y a 30 ans © NASA / JPL-Caltech

Les relevés radars de la sonde Magellan, qui avait pourtant décollé en 1989, n'en finissent plus de révéler des trésors ! Après une autre découverte en 2023, une équipe italienne a révélé l'existence de deux nouveaux volcans sur Vénus. De quoi généraliser l'activité volcanique de notre voisine la plus chaude ?

En octobre de cette année, la NASA fêtera les 30 ans de la fin de la mission vénusienne de la sonde Magellan. Grâce à ses relevés radars d'une précision inédite pour l'époque, elle avait permis de lever le voile sur la géographie de la « planète-enfer », puisqu'à cause de ses multiples couches de nuages denses, on ne peut pas utiliser les capteurs optiques traditionnels.

Les données ont depuis été stockées et numérisées, mais elles font toujours référence. Et après la découverte d'une activité volcanique lors d'une étude en 2023, une équipe italienne a publié à son tour un article dans Nature Astronomy en ce mois de mai pour montrer ses résultats, prouvant l'existence de deux volcans actifs supplémentaires, Sif Mons et Eistla Regio. Ces sites étaient déjà identifiés comme disposant de coulées de lave, mais l'équipe a démontré qu'ils ont changé entre 1990 et 1992, entre les prises de données, apportant de nouvelles preuves.

Des éruptions peu discrètes quand même

Cette découverte est due à des croisements entre les résultats « bruts » du radar de Magellan et les relevés altimétriques, qui montrent des variations faibles (de l'ordre d'une dizaine de mètres d'épaisseur tout de même) compte tenu des résolutions des instruments, mais amples à nos échelles habituelles !

L'éruption sur Eistla Regio aurait recouvert une surface de 45 kilomètres carrés, avec un volume de roches suffisant pour remplir 54 000 piscines olympiques ! « Notre étude montre que Vénus pourrait être beaucoup plus volcanique que ce qui était imaginé jusqu'ici », explique l'auteur principal, le chercheur Davide Sulcanese. « En analysant les coulées de lave observées sur deux sites différents, nous avons découvert que l'activité volcanique sur Vénus pourrait être comparable à celle de la Terre. »

Les relevés radars de Magellan avaient permis d'établir les cartes les plus précises de la surface de Vénus © NASA / JPL-Caltech
Les relevés radars de Magellan avaient permis d'établir les cartes les plus précises de la surface de Vénus © NASA / JPL-Caltech

Qui veut plus de données ?

Tout cela rend Vénus encore plus attractive pour de futures missions, tandis que les agences ont pour le moment orienté leurs efforts vers la Lune, et Mars en tâche de fond. Certaines équipes sont sans doute penchées sur les données collectées par Magellan, pendant que plusieurs autres travaillent à préparer les missions à venir.

En effet, les techniques, en particulier pour les radars à synthèse d'ouverture (SAR), ont beaucoup progressé. Les projets EnVision de l'ESA, mais aussi VERITAS de la NASA envisagent tous deux l'utilisation de radars à différentes bandes de fréquences pour mieux cartographier et découvrir la surface de Vénus. Jusqu'à ce qu'un jour, peut-être, on envoie un robot sur les pentes d'un volcan vénusien ?

A découvrir
Venus, notre proche cousine à la météo brûlante

13 avril 2021 à 17h03

Décryptage

Source : NASA

Par Eric Bottlaender
Spécialiste espace

Je suis un "space writer" ! Ingénieur et spécialisé espace, j'écris et je partage ma passion de l'exploration spatiale depuis 2014 (articles, presse papier, CNES, bouquins). N'hésitez pas à me poser vos questions !

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (4)
gothax

Merci Éric
Pour les curieux le doi deu nature en question
https://doi.org/10.1038/s41550-024-02272-1

C’est pas open access désolé

Martin_Penwald

Jusqu’à ce qu’un jour, peut-être, on envoie un robot sur les pentes d’un volcan vénusien ?

Un avion qui voterait à basse altitude, ça serait parfait. Mais vu la température, la pression et la corrosivité de l’atmosphère, ça risque d’être compliqué.

gothax

@martin penwald : tu penses trop aux élections :rofl::rofl::rofl::rofl: (Un avion qui voterait)

MattS32

Mais vu le côté raz des pâquerettes de certains candidats, la notion de vote à basse altitude est une belle image :rofl: