Près de 100 000 chauffeurs new-yorkais attaquent Uber pour les avoir sous-payés

Uber

À New York, une nouvelle plainte collective vise Uber depuis hier. La plateforme de VTC est accusée par 96 000 chauffeurs d'avoir déduit de leur rémunération un montant correspondant à des taxes que l'entreprise est censée payer elle-même.

Depuis quelques mois, Uber est confrontée à des difficultés croissantes, en particulier à New York. Alors que la société a dû augmenter le salaire minimum de ses chauffeurs, entraînant une baisse de son activité dans la ville, elle fait désormais face à une plainte au sujet... de la rémunération de ses travailleurs.

Déduction de la « Black Car Fund »

L'action en justice est portée par la Taxi Workers Alliance de New York, qui regroupe aussi bien des chauffeurs de taxi que de VTC. Affirmant représenter plus de 96 000 conducteurs Uber, elle a déposé hier une plainte devant une Cour fédérale à Manhattan, dénonçant, une nouvelle fois, les conditions de travail de la plateforme.


D'après les plaignants, l'entreprise de Dara Khosrowshahi aurait indûment amputé une partie de la rémunération de ses chauffeurs entre 2013 et 2017. Cette déduction correspondrait en réalité à des taxes dont la société doit s'acquitter, en particulier la « Black Car Fund ». Celle-ci, créée en 1999, vise à couvrir les frais médicaux et les pertes de revenus des travailleurs, en cas d'accident ou de maladie. Concrètement, il s'agit d'une redevance de 2,5 % sur chaque course Uber, Lyft ou via d'autres services.

Remboursement exigé

De plus, la Taxi Workers Alliance conteste le système de prix de l'application. D'après elle, il permettrait à Uber de faire payer les utilisateurs davantage que le tarif communiqué aux chauffeurs.

En conséquence, les plaignants demandent réparation, notamment à travers le remboursement de tous les frais prélevés par la société sur leur rémunération. « Les patrons d'Uber empochent des millions, tandis que les chauffeurs peinent à nourrir leur famille », dénonce Bhairavi Desai, Directeur exécutif de la Taxi Workers Alliance de New York.


De son côté, la firme n'a pas souhaité commenter l'affaire. Elle se serait néanmoins sans doute passée de cette nouvelle polémique, après celle sur le statut d'employé accordé à ses travailleurs en Californie. Dans un tel contexte, pas sûr que le nouveau programme de fidélité « UberPro » suffise à calmer la grogne des chauffeurs.

Source : The Verge
Modifié le 07/11/2019 à 17h39
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

L'Apple iPhone XR disponible pour seulement 659€ chez Amazon
Le Moto G8, de Motorola, se montre dans une vidéo promo
À Milan, le chinois NIU dévoile ses nouveaux deux roues électriques
Le Black Friday est en avance avec le Xiaomi Mi 9T Pro à prix cassé chez Cdiscount
Facebook aurait fait pression sur certains partenaires pour leur vendre de la pub
AMD annonce officiellement ses nouveaux Threadrippers 3960X et 3970X à 24 et 32 cœurs
⚡ Prolongation de la vente privée sur l’électricité et le gaz : Plus que 3 jours pour faire 17% d'économies !
Huawei Mate 20 et P30 Pro à prix fou chez Amazon
Facebook : un selfie en guise d'identification ?
Forfait mobile : tout savoir de l'offre B&You 50 Go à 11,99€/mois
Haut de page