Essai MG5 : on a testé le tout premier break 100% électrique du marché

05 mai 2022 à 12h12
13
MG5

MG continue de marquer sa singularité en proposant ni plus ni moins que le tout premier break 100% électrique du marché. Un modèle qui se caractérise aussi par son tarif accessible et un bon niveau d'équipement.

Petit à petit, MG étoffe ses gammes de voitures 100% électriques. Pour rappelle, la marque est tombée dans le giron du géant chinois SAIC en 2007, ce dernier revendiquant la 8e place des constructeurs mondiaux en volume, et s'imposant même comme le deuxième constructeur mondial de voitures électriques. Après les deux SUV MG Marvel R et MG ZS EV (ce dernier ayant récemment eu droit à un restylage réussi), le constructeur chinois s'attaque maintenant au segment C de la berline compacte… et plus particulièrement au break, avec la MG5 qui arrive dans les 130 points de vente de la marque. Une première sur le marché de la voiture électrique, alors que le SUV reste encore très largement majoritaire. Fidèle à son habitude, MG propose avec le MG5 un véhicule électrique bien équipé, commercialisé avec un positionnement prix agressif.

MG5
  • Le rapport équipement/prix
  • L'habitabilité
  • La qualité perçue
  • La puissance de recharge en courant continu
  • L'autonomie sur autoroute
  • Pas de planificateur

Un style passe-partout

La MG5 est donc un break compact qui affiche des dimensions de 4,60 m de long pour 1,82 m de large et 1,54 m de haut. Côté style, son allure plutôt quelconque qui vise avant tout l'efficience, ne l'empêche pas d'offrir quelques raffinements modernes. C'est notamment le cas de la signature lumineuse 100% LED et des projecteurs LED. La trappe de recharge est située en plein milieu de la face avant, qui est coupée en deux par la calandre arborant un élégant jonc chromé. Ce dernier se prolonge jusque dans les phares, de sorte à élargir visuellement la voiture. Ajoutez à cela une ligne de toit avec pavillon flottant, un effet de vague sur la ligne latérale ou encore les vitres arrière surteintées de série et les jantes de 16 ou 17 pouces en fonction de la version choisie.

MG5

Dans l’habitacle, la MG5 suit la même tendance que la MG ZS EV avec une qualité perçue élevée. Certes, en y regardant de plus près, on note des plastiques durs en abondance, dont certains avec un effet aluminium. Ceci étant, l'assemblage est soigné et certains détails visent juste, comme l'habillage de la planche de bord et des poignées de porte avec un tissu qui renvoie aux renforts latéraux des sièges en similicuir.

Les sièges, justement, profitent d'une nouvelle mousse baptisée Zero Gravity de 20 mm qui est censée offrir une meilleure répartition du poids afin d'éviter les points de compression. Ceci étant, dans la pratique ces cinq couches de matériaux différents n'apportent rien de bien notable. Seul le siège conducteur peut être réglé électriquement, le passager devant se contenter de commandes manuelles.

MG5

L'habitabilité est le gros point fort de la MG5. Les places arrière profitent d'un bel espace pour les jambes, et la place centrale est vraiment exploitable en l'absence de tunnel de transmission. Toutefois, le dossier qui dissimule deux porte-gobelets, est un peu ferme pour les longs trajets.

Le coffre affiche un volume de 479 litres, et même 1 367 litres en rabattant les sièges arrière 40/60. Cela semble peu mais rappelons qu'il s'agit d'un break compact. Mais encore et surtout, la MG5 dispose d'un espace généreux au deuxième rang. Le double plancher, qui dissimule un petit espace pour ranger les câbles de recharge, est modulable pour profiter d'une surface de chargement pratiquement plate. Toutefois, le seuil de chargement reste encore élevé. Précision utile pour ceux qui ont besoin d'encore plus de stockage : le MG5 a une capacité de remorquage de 500 kg, et est équipé de barres de toit qui supportent une charge utile de 75 kg.

MG5

Un système d'infodivertissement complet et efficace

La MG5 adopte le même système d'infodivertissement que celui qui équipe la MG ZS EV 2022. Un excellent choix, tant ce dernier se montre efficace au quotidien. L'écran tactile affiche une diagonale de 10,25" avec une luminosité élevée et une belle définition. L'interface est claire, réactive et parfaitement intuitive, malgré quelques petites erreurs de traduction. Un bandeau vertical est affiché en permanence sur la gauche de l'écran qui affiche les principales rubriques. Il est également possible d'y accéder via les boutons physiques qui sont judicieusement intégrés sur l'écran tactile.

MG5

Mention spéciale pour la navigation (qui n'est pas sans rappeler Google Maps), précise et vraiment très pratique. Quelques regrets tout de même. D'abord, l'absence de planificateur qui permet au conducteur de ne pas se poser de questions sur la recharge de la MG5 lors des longs parcours. Au lieu de cela, il faudra se contenter d'un affichage de la portée du véhicule sur la carte, ou mieux d'utiliser une application telle que ABRP (A better Route Planner), qui intègre désormais la MG5 dans sa base de données afin d'affiner les informations de parcours. Par ailleurs, au quotidien, c'est l'absence d'un système de rappel du GPS qui se montre vraiment gênant. On aurait aimé en disposer sur l'écran d'instrumentation, surtout lorsque l'on change d'affichage, par exemple pour régler la climatisation.

Dernier grief : alors que la MG5 propose des caméras avant et arrière et une vue à 360°, la définition des images est beaucoup trop faible et celles-ci s'apparentent parfois à une bouillie de pixels.

MG5

L'instrumentation de 7" qui prend place derrière le volant, est également très complète. Outre le compteur de vitesse sur la gauche et le compteur de puissance sur la droit, l'affichage central peut être modifié à loisir via les commandes au volant, mais comme on l'a vu plus haut, on aurait aimé disposer d'un rappel des indications de navigation.

Bon point : Android Auto et Apple CarPlay sont disponibles, mais via une connexion filaire uniquement. Pour ce faire, la MG5 dispose de deux ports USB à l'avant, sous la console centrale. Ils sont uniquement de type A et seul le port sur la gauche permet de profiter de la réplication du mobile sur l'écran d'infodivertissement. Notez que la voiture ne dispose pas d'un système de recharge sans fil. Deux ports USB supplémentaires sont disponibles à l'arrière, dont un type C.

MG5

Enfin, la MG5 s'accompagne d'une application mobile gratuite MG iSmart. Elle offre toutes les fonctionnalités habituelles avec la localisation du véhicule que l'on pourra retrouver en le faisant klaxonner et en activant les phares, mais aussi à l'aide d'un itinéraire à pied que l'on suit sur l'écran du smartphone.

Les plus étourdis pourront verrouiller la MG5 à distance, mais tandis que les rétroviseurs se rabattent automatiquement, les fenêtres qui n'ont pas été fermées resteront ouvertes. Autre fonctionnalité pratique : il est possible de régler la climatisation ou le chauffage avant de prendre le volant, et même de programmer la recharge pour profiter des heures creuses ou en définissant des seuils.

MG5

Deux versions de la MG5

Au lancement, la MG5 est disponible avec une batterie de 61,1 kWh de capacité brute. Ce modèle Autonomie Étendue est censé offrir une autonomie WLTP jusqu’à 400 km. Les roues avant sont animées par un moteur électrique qui produit 115 kW (156 ch) et 280 Nm de couple. Le constructeur annonce une consommation comprise entre 17,5 et 17,9 kWh/100 km en fonction de la finition.

MG5

Une autre version Autonomie Standard sera proposée en entrée de gamme dans le courant de l'année. Celle-ci sera équipé d'une batterie LFP de 50,3 kWh pour une autonomie WLTP jusqu’à 320 km. Outre sa capacité à être rechargée jusqu'à 100% sans dommages, elle profite d'un moteur électrique plus puissant qui délivre 130 kW (177 ch) et 280 Nm là encore. Côté consommation, comptez entre 17,9 et 18,4 kWh/100 km selon la finition choisie. Pour le reste, les deux modèles affichent les mêmes performances avec un 0 à 100 km/h en 8,3 secondes, une vitesse de pointe de 185 km/h

MG5

Quid de la recharge ? Contrairement à Renault qui va jouer avec les nerfs de ses clients au moment de choisir la très attendue Mégane électrique, la MG5 joue la carte de la simplicité. Quelle que soit la batterie, la voiture peut être rechargée sur une borne en courant alternatif (AC) de 11 kW. Pour les longs trajets, la MG5 Autonomie Étendue est forcément la plus intéressante car outre sa batterie plus généreuse, elle accepte la recharge en courant continu (DC) avec un pic à 87 kW. La MG5 Autonomie Standard devra non seulement s'arrêter plus souvent mais aussi plus longtemps avec un pic en DC de 70 kW.

Les temps de recharge annoncés sont les suivants :

MG5

Enfin, le break électrique propose une fonctionnalité encore rare sur le segment avec la V2L (Vehicle-to-Load) de série, qui équipe aussi les autres modèles électriques de MG. Il s'agit tout simplement d’utiliser la batterie de la voiture pour alimenter des appareils externes, comme un barbecue électrique pendant une pause, un aspirateur, ou même une autre voiture électrique qui aurait besoin d'un peu de courant pour rejoindre la borne la plus proche.

Le système V2L peut délivrer jusqu’à 2 500 W en l'activant via l'écran d'infodivertissement. Il est bien entendu possible de définir un niveau minimum de batterie en-deçà duquel la charge est automatiquement stoppée. Notez que contrairement à Hyundai qui propose un simple adaptateur pour utiliser le V2L avec la Ioniq 5, MG commercialise un câble en option avec une prise multiple trois ports au prix de 400 € tout de même. Et pour finir sur les câbles, si le modèle Type 2 Mode 3 32A destiné à la charge sur les Wallbox monophasée ou triphasée est livré de série, MG suit la tendance actuelle, notamment chez Tesla, en facturant le câble Type 2 Mode 2 pour la recharge sur une prise domestique (comptez 268 €).

MG5

Au volant de la MG5

La MG5 profite d'un avantage certain pour une voiture électrique : son poids. Avec 1 562 kg à vide, elle affiche un comportement plutôt dynamique, toutes proportions gardées. Bien entendu, ce n'est pas une sportive, mais force est de constater que le break compact offre un bon équilibre en courbe, sans roulis excessif. Le filtrage des suspensions participe au confort général et les bruits aérodynamiques se font seulement entendre au niveau des montants A lorsque l'on roule à haute vitesse sur autoroute.

La MG5 dispose de trois modes de conduite que l'on règle directement à l'aide du bouton dédié sur la console centrale. Ils impactent la réaction à la pédale de l'accélérateur, la direction et les réglages de climatisation pour le mode Eco. Ce dernier est celui qui bride le plus les performances, qui restent néanmoins honorables et largement suffisantes pour une conduite en milieu urbain. Le mode Comfort offre le meilleur compromis avec de belles accélérations. Les « papas pressés » préfèreront le mode Sport, qui libère toute la puissance du moteur électrique.

MG5

Juste à côté du sélecteur de modes se trouve la commande KERS, qui agit sur le freinage régénératif. Là encore, trois niveaux sont proposés. Le niveau 3 est le plus puissant, mais il n'est pas question de conduite à une pédale car la MG5 ne va pas jusqu'à l'arrêt complet. À l'opposé, le niveau 1 applique toujours un léger freinage, de sorte qu'il est nécessaire de garder le pied sur l'accélérateur en descente plutôt que de profiter de l'effet roue libre. Ceci étant, lors de notre essai, nous avons pu récupérer de l'énergie en descente de cols en appuyant doucement sur l'accélérateur.

Nous avons relevé une consommation de 14,3 kWh/100 km lors de la première journée d'essai, en sillonnant la région d'Avignon sur un parcours d'un peu plus de 100 km. De quoi approcher les 400 km d'autonomie. Au terme de la deuxième demi-journée d'essai sur un terrain beaucoup plus vallonné, le compteur de la MG5 affichait une consommation de 16,3 kWh/100 km après 230 km parcourus. Sans égaler l'efficience d'une Tesla Model 3 qui ne boxe pas dans la même catégorie, surtout depuis l'augmentation de son prix, la consommation du break électrique est donc proche des valeurs annoncées, et l'autonomie comparable à la concurrence à ce niveau de prix.

MG5

Un mot enfin sur les aides à la conduite de la MG5, qui sont nombreuses et surtout de série dès l'entrée de gamme. Le régulateur adaptatif est commandé par un commodo situé sur la gauche derrière le volant, qui active également l'aide au maintien de voie. La MG5 offre ainsi une conduite autonome de niveau 2 sans effet de ping-pong entre le marquage au sol. Le régulateur de vitesse adaptatif fonctionne jusqu'à l'arrêt dans les embouteillages, mais il faudra appuyer sur le bouton ou sur la pédale d'accélérateur pour redémarrer. Et si la MG5 profite d'un système de reconnaissance des panneaux de signalisation, elle n'est pas en mesure d'adapter automatiquement sa vitesse. Pour être tout à fait complet, d'autres aides à la conduite sont disponibles comme le freinage automatique d'urgence, l'avertisseur de collision frontale ou encore la gestion intelligente des feux de route. Pas mal, pour un véhicule affiché à un tel niveau de prix.

MG5

MG5 : prix et équipements

Comme pour le SUV MG ZS EV, le break MG5 est proposé dans deux niveaux de finition Comfort et Luxury pour chacune des deux autonomies. L'entrée de gamme bénéficie d'un niveau d'équipement rare pour un véhicule commercialisé à partir de 32 490 € avant bonus écologique.

La finition Luxury apporte notamment la caméra à 360°, la climatisation automatique, les jantes bi-ton de 17 pouces, la sellerie similicuir ou encore le siège conducteur réglable. Quelques rares options sont également au catalogue comme la peinture métallisée noire, argent ou rouge (650 €) ou les sièges en cuir gris de notre modèle d'essai (1 000 €). Bon point, toutes les versions de la MG5, même avec toutes les options, sont éligibles au bonus maximum de 6 000 €, auquel peut s'ajouter la prime à la conversion et les différentes aides locales. Difficile de faire mieux avec un tel niveau d'équipement. Enfin, comme tous les modèles de la marque, la MG5 est garantie 7 ans ou 150 000 km, batterie comprise.

MG5

7

Comme le MG ZS EV, le MG5 est une proposition particulièrement attrayante avec un équipement très complet et un prix très agressif. Qui plus est, c'est actuellement le seul break électrique sur le marché. Reste à choisir la version qui est la mieux adaptée à vos besoins, l'Autonomie Standard imposant par exemple plusieurs contraintes. Et si certaines fonctionnalités lui font encore défaut (un planificateur d'itinéraire, une plus grande puissance de recharge pour ne citer qu'elles), difficile de faire la fine bouche face à un tel rapport prestations/prix.

Les plus

  • Le rapport équipement/prix
  • L'habitabilité
  • La qualité perçue

Les moins

  • La puissance de recharge en courant continu
  • L'autonomie sur autoroute
  • Pas de planificateur

Rapport prix / prestation 8

Confort 7

Performances 6

Autonomie 6

Technos embarquées 6

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
10
fredolabecane
Et encore un de plus… quand est-ce que ca s’arrêtera ??
philouze
Un de plus ? c’est le premier break full électrique ?
SlashDot2k19
Jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de constructeurs européens, tous remplacés par les chinois…
fredolabecane
Tout fout le camps… toutes les marques mythiques qui on disparues deviennent chinoise, et ce, dans tous les domaines, voitures, motos, électro. Vive le marketing. Affligeant.
jcc137
Les marques chinoises prennent le dessus sur les françaises parce que le prix du marché et de la main d’oeuvre sont moins chers, mais là-dessus je n’apprends rien à personne, mais surtout parce que les constructeurs français ne supportent pas de s’aligner un tant soit peu, et de ne plus se gaver comme ils le faisaient avant.<br /> Pour l’exemple, fidèle à une marque française qui commence par un R, j’ai eu une mésaventure avec le vendeur de la concession qui me grattait jusqu’au prix de la nouvelle carte grise en 2B sur une 4 CV; je ne rentrerai pas dans les détails, trop long… mais c’était de l’ordre de 300 FF soit 45 euros.<br /> Bref, je me suis tourné vers une équivalence-prix Opel, et je me suis rendu compte que les prestations étaient bien supérieures. C’est ce jour-là (il y a 35 ans) que j’ai compris le marché français de l’automobile.<br /> Alors, si les chinois font de la bonne bagnole pas cher, je n’ai aucun scrupule patriote pour en acquérir une.
Popoulo
De toute façon, après avoir délocalisé à l’autre bout de la planète, ils vous feront payer le prix « français ».
fredolabecane
Heureusement que l’on ne peut pas généraliser les déboires que l’on peux avoir avec une concession (ou des fois un employé) avec l’ensemble d’une marque. Mais je comprends, ça fout les boules et ça terni fortement l’image de marque. Après tu est allé chez Peugeopel, car comme tu le sait Stellantis est passé par là…
zeebix
Il parle d’une expérience vécue il y a 35 ans, Opel était loin d’appartenir à Stellantis ou même PSA avant lui.
SlashDot2k19
Cela appartenait à General Motors…
jcc137
Si j’étais un cas isolé… Chez R c’est une compétition de l’arnaque <br /> Mais pour finir mon histoire, après 2 Opel, je me suis abonné chez ford chez qui j’ai acheté depuis 6 véhicules. Mon dernier est un C-max ghia de 2005 qui tourne encore comme une horloge. Je la changerai pour une ford électrique dans le meilleur des cas, ou une chinoise
supersebastigor
@fredolabecane<br /> Si des marques, même mythiques disparaissent c’est peut être parce qu’elles font n’importe quoi.
Urleur
Dommage pour l’autonomie et recharge surtout pour un break synonyme de charge et vacances, mieux vaut garder son vieux break pour faire avec un seul plein le trajet sans l’épée de Damoclès de tomber en panne de batterie.
MartOnTheRocks
Le prix est attractif, la voiture aussi. Mais bon, en cas de panne, ça peut devenir une galère.<br /> Combien de concessions MG en France ?<br /> Côté financier, évidemment que les constructeurs européens ne peuvent pas s’aligner :<br /> coût de la main d’oeuvre, charges sociales, etc, on ne peut pas comparer.<br /> Malheureusement, difficile de lutter contre le dumping social.<br /> Ceci dit, les voitures actuelles sont hors de prix
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Un chercheur en cybersécurité montre comment pirater une Tesla via une faille Bluetooth
Renault Scénic Vision : le Scénic renaît
Pénurie de composants : jusqu'à deux ans d'attente pour recevoir sa Tesla Model X
La Poste accélère sur l'électrique, même chez ses prestataires privés
On connaît la date de la seconde édition de l'événement Tesla AI Day !
Renault va mettre un navigateur dans sa Mégane E-Tech, mais pas celui que vous pensez
Tesla règne toujours en maître sur l’électrique aux États-Unis
Aux États-Unis, les Superchargeurs Tesla se font régulièrement vandaliser (et personne ne comprend pourquoi)
Renault veut monter un pôle consacré à l'électrique en France
La Cadillac Lyriq dévoile ses premières spécifications... et son prix
Haut de page