Glenn Greenwald, le journaliste qui a aidé Snowden, accusé de cybercrime par l'État brésilien

31 mars 2020 à 11h22
1
Edward Snowden

Les autorités brésiliennes ont annoncé avoir engagé des poursuites judiciaires à l'encontre de Glenn Greenwald. Le journaliste, connu pour avoir publié les informations révélées par Edward Snowden, est accusé d'avoir aidé des hackers à pirater les téléphones de hauts fonctionnaires du pays.

Découvrez notre dossier complet sur la protection des données personnelles


Glenn Greenwald est un journaliste américain d'investigation, spécialiste des sujets politiques. Il est particulièrement célèbre pour avoir publié, en 2013, les révélations du lanceur d'alerte Edward Snowden, quant aux pratiques de surveillance de masse mises en œuvre par la NSA, l'agence de renseignement américaine. Depuis, le journaliste s'est attiré les foudres de plusieurs membres du Congrès des États-Unis.

Une enquête mettant en cause le ministre de la Justice

Dernièrement, la justice brésilienne, pays dans lequel il est installé depuis 2004, s'est ajoutée à la liste de ses détracteurs. En effet, elle a requis l'inculpation de Greenwald, ainsi que de six hackers présumés, pour avoir publié des informations compromettantes au sujet de plusieurs hauts fonctionnaires. Celles-ci auraient été obtenues en piratant les téléphones des officiels, un délit que le journaliste aurait « aidé, guidé et encouragé ». Le parquet l'accuse également d'avoir entravé l'enquête, en incitant les hackers à effacer certains messages.


Cette décision intervient après la mise en ligne d'une série d'articles, en juin 2019, sur le site de Glenn Greenwald, The Intercept. On y découvrait les conversations entre les procureurs responsables de l'enquête anticorruption « Lava Jato » (« Lavage Express ») et Sergio Moro, alors juge chargé de l'affaire. Ces échanges mettaient ainsi en doute l'intégrité de ce dernier, qui a depuis été nommé ministre de la Justice par le Président Bolsonaro.

« Réduire au silence les journalistes »

Greenwald a vivement réagi à cette annonce, rejetant les accusations de cybercrime et qualifiant la décision « d'atteinte à la liberté de la presse et à la démocratie brésilienne » et de « tentative tyrannique de réduire au silence les journalistes ». « Je travaille en ce moment sur de nouveaux reportages et je continuerai à le faire », a-t-il ajouté.


Pour l'heure, il ne s'agit toutefois que d'une demande d'inculpation formulée par les procureurs publics. Il faudra ensuite qu'un juge l'ordonne, pour que celle-ci devienne effective. Cela n'a cependant pas empêché Eduardo Bolsonaro, fils du président et député de la ville de São Paulo, d'ironiser sur Twitter : « Glenn Greenwald a toujours dit qu'il aimait le Brésil et qu'il voulait connaître le pays en profondeur. Peut-être en fera-t-il la connaissance en prison... ».

Source : BBC News
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
leulapin
Parfois des choses sont illégales et il faut les faire.<br /> Parfois des choses sont légales et il ne faut pas les faire.<br /> Il faut espérer pour lui que les USA le protègent de l’administration corrompue du Brésil.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Caméra de surveillance connecté et vision nocturne Dome à -60% grâce aux soldes amazon !
La technologie de double ouverture des modules photo Samsung va être abandonnée
Soldes Cdiscount : PC Portable Gamer Omen 15.6
Découverte en Australie du cratère le plus ancien connu à ce jour
Spotify va laisser les influenceurs poster des stories pour présenter leurs playlists
Soldes Rakuten : Pack de démarrage Philips Hue vendu par Boulanger en promo à 139,99€ au lieu de 209€
General Motors dévoile des navettes autonomes, mais elles ne sont pas pour tout de suite
Selon Bloomberg, il y aura bien un iPhone plus petit et moins cher annoncé en mars
Sonos : certains produits vont arrêter de recevoir des mises à jour en mai prochain
Tous les Half-Life jouables gratuitement jusqu'à la sortie de Half-Life: Alyx
Haut de page