Glenn Greenwald, le journaliste qui a aidé Snowden, accusé de cybercrime par l'État brésilien

Edward Snowden

Les autorités brésiliennes ont annoncé avoir engagé des poursuites judiciaires à l'encontre de Glenn Greenwald. Le journaliste, connu pour avoir publié les informations révélées par Edward Snowden, est accusé d'avoir aidé des hackers à pirater les téléphones de hauts fonctionnaires du pays.

Découvrez notre dossier complet sur la protection des données personnelles


Glenn Greenwald est un journaliste américain d'investigation, spécialiste des sujets politiques. Il est particulièrement célèbre pour avoir publié, en 2013, les révélations du lanceur d'alerte Edward Snowden, quant aux pratiques de surveillance de masse mises en œuvre par la NSA, l'agence de renseignement américaine. Depuis, le journaliste s'est attiré les foudres de plusieurs membres du Congrès des États-Unis.

Une enquête mettant en cause le ministre de la Justice

Dernièrement, la justice brésilienne, pays dans lequel il est installé depuis 2004, s'est ajoutée à la liste de ses détracteurs. En effet, elle a requis l'inculpation de Greenwald, ainsi que de six hackers présumés, pour avoir publié des informations compromettantes au sujet de plusieurs hauts fonctionnaires. Celles-ci auraient été obtenues en piratant les téléphones des officiels, un délit que le journaliste aurait « aidé, guidé et encouragé ». Le parquet l'accuse également d'avoir entravé l'enquête, en incitant les hackers à effacer certains messages.


Cette décision intervient après la mise en ligne d'une série d'articles, en juin 2019, sur le site de Glenn Greenwald, The Intercept. On y découvrait les conversations entre les procureurs responsables de l'enquête anticorruption « Lava Jato » (« Lavage Express ») et Sergio Moro, alors juge chargé de l'affaire. Ces échanges mettaient ainsi en doute l'intégrité de ce dernier, qui a depuis été nommé ministre de la Justice par le Président Bolsonaro.

« Réduire au silence les journalistes »

Greenwald a vivement réagi à cette annonce, rejetant les accusations de cybercrime et qualifiant la décision « d'atteinte à la liberté de la presse et à la démocratie brésilienne » et de « tentative tyrannique de réduire au silence les journalistes ». « Je travaille en ce moment sur de nouveaux reportages et je continuerai à le faire », a-t-il ajouté.


Pour l'heure, il ne s'agit toutefois que d'une demande d'inculpation formulée par les procureurs publics. Il faudra ensuite qu'un juge l'ordonne, pour que celle-ci devienne effective. Cela n'a cependant pas empêché Eduardo Bolsonaro, fils du président et député de la ville de São Paulo, d'ironiser sur Twitter : « Glenn Greenwald a toujours dit qu'il aimait le Brésil et qu'il voulait connaître le pays en profondeur. Peut-être en fera-t-il la connaissance en prison... ».

Source : BBC News
Modifié le 31/03/2020 à 11h22
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

FLoC, de Google, le traçage sans cookies : cohortes et protection des utilisateurs, nos explications
Détruire un satellite : l'art de la dissuasion militaire en orbite
Test Xgimi Horizon Pro : un vidéoprojecteur 4K polyvalent offrant une belle image
Airbnb et néo-nomadisme : 24% des réservations sont maintenant de plus de 4 semaines
Android 12 : la nouvelle interface se dévoile avant la Google I/O
Ethereum : tour d'horizon et chiffres clés sur l'écosystème de la deuxième cryptomonnaie mondiale
L'Italie condamne Google à une amende de 102 millions d'euros pour abus de position dominante
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : quelles sont les nouveautés de la SVoD en mai 2021 ?
Chute de prix sur les Apple AirPods Pro chez Amazon 🔥
La Nuit des temps : le mythe du traducteur universel automatique
Haut de page