Le gouvernement américain met en garde la Silicon Valley contre les partenariats avec la Chine

Donald Trump

Le secrétaire d'État américain s'est exprimé hier devant des centaines d'entreprises de la tech, à San Francisco. En avançant des principes éthiques, il a exhorté la Silicon Valley à tourner sept fois son stylo dans sa poche avant de signer des accords avec des partenaires chinois.

« Défendre la liberté et la sécurité nationale n'est pas seulement l'affaire du gouvernement. C'est un travail qui revient à chaque citoyen ». C'est en ces termes que Mike Pompeo a interpellé les entreprises de la Silicon Valley, les invitant à la prudence dans leurs relations avec la Chine.

Ne pas mettre la technologie américaine au service de la répression chinoise

Hier, le secrétaire d'État des États-Unis, équivalent américain du ministre des Affaires étrangères, est intervenu devant le Silicon Valley Leadership Group, une organisation regroupant plus de 350 sociétés de la tech. Il en a profité pour exprimer de nouveau la défiance du gouvernement Trump envers Pékin.


Ainsi, le public californien a été sensibilisé aux risques associés à d'éventuels partenariats conclus avec un pays considéré comme concurrent. Et ce, notamment pour des questions morales : « Nous devons nous assurer que nos entreprises ne signent pas des contrats permettant de renforcer l'armée de notre rival ou favorisant sa répression dans certaines parties de ce pays ». Pompeo faisait alors certainement référence à la politique menée contre la minorité ouïghoure, dans la province du Xinjiang. Une vaste campagne de répression qui s'appuierait notamment sur la technologie, à des fins de surveillance.

Accord de « phase 1 » conclu demain

Néanmoins, le secrétaire d'État a insisté sur le fait qu'il ne demandait pas aux entreprises américaines de quitter le territoire chinois. « Au contraire, nous voulons que les sociétés américaines s'enrichissent en faisant des affaires là-bas », a-t-il déclaré. Mais il a encouragé les entrepreneurs à bien réfléchir aux conséquences avant de signer un partenariat, pour éviter que « la technologie américaine n'alimente un État de surveillance véritablement orwellien », en référence au roman 1984 de George Orwell.


Cette prise de parole intervenait à deux jours de la signature d'un accord commercial entre la Chine et les États-Unis. Cet accord de « phase 1 » viserait notamment à faire baisser les droits de douane sur les produits chinois et à augmenter les achats de marchandises américaines par le pays asiatique. Une façon pour le gouvernement de « faire notre part », selon les mots de Mike Pompeo. Charge désormais à la Silicon Valley de suivre, pour l'administration Trump.

Source : RFI
Modifié le 14/01/2020 à 16h01
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
22
11
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

FLoC, le descendant des cookies tiers de Google : c’est quoi en fait ?
House of the Dragon, le prequel de Game of Thrones, dévoile ses premières images
Cloudpunk annonce un premier DLC ambitieux, City of Ghosts, pour
Blue Origin lance une vente aux enchères pour devenir le premier touriste spatial à bord de New Shepard
Le Dernier Voyage : un trailer pour l'ambitieux film de SF français, attendu au cinéma le 19 mai
Stadia : les départs se multiplient parmi les responsables du service
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
L'écran PC Asus TUF Gaming passe sous la barre des 200€
BMW i Hydrogen Next : production prévue en 2022, mais pas de commercialisation à l'horizon
Le prix en France de la nouvelle Hyundai Ioniq 5 enfin dévoilé
Haut de page