Pour éviter l'espionnage chinois, les États-Unis limitent l'export de leur IA

06 janvier 2020 à 12h30
0
intelligence_artificielle1600

Les États-Unis ont annoncé vendredi 3 janvier une nouvelle mesure visant à restreindre l'export de ses logiciels basés sur l'intelligence artificielle. Après la guerre commerciale qui a touché le Chinois Huawei, et l'annonce de la Chine du retrait des logiciels étrangers de son administration, cette mesure constitue un nouveau signe des tensions qui existent entre les deux pays.

L'objectif de la mesure, qui vise les systèmes d'imagerie géospatiale, est d'éviter que la Chine puisse utiliser ces logiciels pour améliorer ses systèmes d'armement ou exploiter des vulnérabilités.

Pas d'IA pour la Chine

L'administration du Président Donald Trump craint effectivement que ces logiciels basés sur l'intelligence artificielle ne puissent être utilisés dans des appareils tels que des drones ou des satellites. James Lewis, expert en technologie au Center for Strategic and International Studies de Washington, a déclaré à Reuters que « (le gouvernement) veut empêcher les entreprises américaines d'aider les Chinois à fabriquer des IA susceptibles d'aider leurs forces armées ».


Selon l'expert, cette mesure devrait être globalement bien accueillie par l'industrie, qui aurait pu craindre des restrictions touchant d'autres secteurs que l'imagerie géospatiale. La mise sur liste noire du géant chinois Huawei en 2019 a déjà montré l'impact des tensions entre la Chine et les USA sur l'économie du pays, le groupe ayant par la suite annoncé 600 licenciements aux États-Unis.

Première mesure

Désormais, les sociétés proposant les logiciels concernés devront disposer d'une licence spécifique pour pouvoir les commercialiser à l'étranger, exception faite du Canada. Il s'agit là de la première mesure prise en vertu d'une loi instaurée en 2018. Celle-ci prévoit de renforcer la surveillance de l'exportation de technologies sensibles, aussi bien pour des raisons économiques que sécuritaires.


D'après Reuters, elle doit d'abord entrer en mesure aux États-Unis uniquement. Le communiqué présentant la mesure précise : « Alors que le gouvernement estime qu'il est dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis de mettre immédiatement en œuvre ces contrôles, il souhaite également donner au public la possibilité de commenter le contrôle des nouveaux articles ». Mais le pays pourrait plus tard la suggérer à des organismes internationaux.

Source : Engadget
4
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
scroll top