La Chine va retirer les PC et logiciels étrangers de son administration d'ici trois ans

09 décembre 2019 à 14h40
16
Chine surveillance Internet.jpg

Nouvel épisode dans la série des tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Pékin a en effet annoncé vouloir retirer tous les logiciels et ordinateurs étrangers de son administration. La décision doit être appliquée sur trois ans, par étapes, et remplacer progressivement les appareils et logiciels ciblés par des équivalents chinois.

Cela pourrait avoir un impact conséquent sur les grands concepteurs internationaux en général, et américains en particulier, bien que les grands noms de l'informatique aient déjà commencé à délocaliser leurs productions et services hors de Chine.

Directive « 3-5-2 »

Selon les Echos, une directive a été émise par la Chine au printemps dernier, mais son existence n'a été révélée que récemment. Celle-ci vise à supprimer l'ensemble du matériel étranger utilisé par l'administration du pays d'ici 2022. Elle aurait d'ailleurs été nommée « directive 3-5-2 » en référence à ses trois étapes : 30 % du parc informatique doit être remplacé par des ordinateurs et logiciels chinois en 2020, puis 50 % en 2021. Les 20 % restants devront être remplacés en 2022.

Si la Chine avait déjà banni le système d'exploitation Windows 8 en mai 2014, cette extension là est davantage le résultat de tensions économiques plus récentes. La mise sur liste noire de l'entreprise chinoise Huawei en reste l'exemple le plus marquant cette année. D'autant plus que les Etats-Unis ont étendu cette liste noire à huit autres sociétés en octobre.

Une protection face aux tensions

La question se pose : quels seront les remplaçants, qui doivent impérativement être d'origine chinoise ? Le pays pourrait d'abord compter sur Lenovo, qui fournit déjà une grande partie du matériel utilisé par l'administration chinoise, aux côtés de Dell et d'HP. Ces ordinateurs sont cependant équipés de logiciels Windows ou Linux.

La Chine devra donc trouver des alternatives, et notamment développer son propre système d'exploitation. Huawei, qui a dévoilé plus tôt cette année son OS Harmony pourrait avoir un rôle à jouer dans cette entreprise. Le constructeur pourrait alors adapter son système d'exploitation aux usages de l'administration.

Pour Neil Campling, responsable de recherche au sein de la société Mirabaud Securities, ce mouvement amorcé par la Chine vise à s'assurer que les actions de son gouvernement « seront protégées de l'escalade des tensions avec les Etats-Unis ». D'après les Echos, la Chine aurait déjà étudié, au moment de l'élaboration de la directive « 3-5-2 », la possibilité de remplacer Windows sur l'ensemble des ordinateurs utilisés pour sa défense.

Il pourrait également s'agir pour la Chine de gagner en indépendance technologique vis-à-vis des Etats-Unis : la plupart des ordinateurs Lenovo sont en effet équipés de processeurs Intel.

Source : Les Echos
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
14
carbaba
Ce serait marrant qu’on fasse pareil en France, on se retrouverait avec du papier Clairefontaine et des Bic !
Trentreznor
Pour la partie logicielle c’est largement faisable en utilisant du Linux ou dérivé qui par définition est librement accessible et modifiable et non lié à un pays. Pour le matériel par contre je ne sais pas si ce sera aussi facile, beaucoup de composants sont liés de prêt ou de loin à des techno américaines.
ariakas
C’est marrant ces gens qui pensent que l’on vit à l’age de pierre en France et que nous n’avons absolument aucune entreprise
ariakas
L’intérêt est justement de le lier directement à un pays.<br /> Linux ou dérivé, j’entend, mais c’est connoté US et j’imagine que niveau sécurité, ça ne sera pas assez fiable pour un pays en guerre avec les US.<br /> Evidemment que Windows ou Google sont des logiciels sous influence US.<br /> Ils ont raison de créer leur propre systeme, leur propre OS, mais que n’ont ils attendu tout ce temps.<br /> Et inversement, que font les US à ne pas d’avantage forcer la main à des Apple et autres à revenir au bercail.<br /> C’est trop facile de dire que les entreprises n’ont pas de pays quand ça arrange et que l’on se souvienne d’eux quand le plaisir s’en fait sentir.<br /> Quand la France taxe les GAFA, Trump et les US se souviennent que ce sont des entreprises US avec financement US, par contre, quand les GE rachètent Alstom, tout va bien, c’est pas les US, c’est GE.<br /> Faut pas déconner.
BetaGamma
Ou alors on lancerait une production de PC en quelques mois. Ce qui est largement faisable.<br /> D’abord en promouvant l’intégration locale<br /> Ensuite en produisant localement au fur et a mesure.
fredolabecane
Avec un processeur Sapetoku et une CM Bigmama?
carbaba
Des ordinateurs du terroir, vendus sur les marchés en circuit court par de petits producteurs, quel beau projet !<br /> On pourrait même utiliser le réseau existant des AMAP: panier courgette,poireaux,chou-fleur et PC de gamer !
nikon561
autant on est surement capable en france de faire les cartes etc… mais les semi-conducteurs (cpu / gpu / ram) et le stockage…ben pas vraiment
merotic
Il me semble que la France pourrait compter sur un fondeur STMicroelectronics : https://fr.wikipedia.org/wiki/STMicroelectronics<br /> Et en se basant sur ARM, on pourrait fabriquer des CPU et monter en puissance donc aussi gagner des marchés si vraiment une solution de replis industriel se faisait au grand jour.<br /> Et pourquoi pas piller les brevets chinois en cas de guerre économique?<br /> Pour les OS, Linux est configurable à souhait et Thalès possède une grosse expérience en sécurité informatique :<br /> thalesesecurity.com<br /> Thales eSecurity: Cloud and Data Security | Encryption | Key Management |...<br /> Thales provides your organization with security and trust in data wherever data is created, shared or stored without impacting business agility.<br /> Les boîtes capables en cas de « pas d’autre choix » de prendre le relais sont en fait nombreuses en France.<br /> On sait faire, mais pour les actionnaires on a délocalisé pour garantir des marges, ce qui n’empêche pas que la recherche est toujours présente en France.
merotic
Kiko lool --&gt;vous : https://fr.wikipedia.org/wiki/STMicroelectronics<br /> « Je préfère ne rien dire de plus, mais je n’en pense pas moins. »
ZeBigBoss
Est-ce que la Chine en a la volonté : OUI<br /> Est-ce que la Chine en a les moyens : OUI<br /> Pas en 3 ans, mais c’est un effet d’annonce. Harmony est en cours depuis quelques temps et va finir par être opérationnel. Et à ce moment là tout le marché des smartphones chinois disparaitra de Google.<br /> Pour les PC c’est pareil. Et qui vous dit qu’ils vont reprendre les processeurs x86? Du ARM made in China, avec un dérivé de Linux ou du genre et dans 3 ans, c’est bon. On parle de l’administration, pas des PC Gamers, pas besoin d’une puissance de fou.
benben99
Si Huawei a récemment commencé la production d’un téléphone sans composants US, je vois pas pourquoi ils seraient pas capable de faire un PC sans composants US…<br /> Par contre en France, tout ce qu’on serait capable de produire serait une boîte de carton.
dredre
Ben forcément qu’ils en sont capable depuis des années la chine devient l’atelier mondiale… (« Made in China »).<br /> Par contre quand je vois toutes ces réponses « La France, La France, La France… », il serait temps de dire l’Europe. On est quoi nous petit pays Européen divisé face à la Chine et les US ?
Betiktik
La plupart des commentateurs qui s’imaginent que la Chine peut facilement se passer du reste du monde s’installent étonnament dans un univers figé alors que l’univers de l’informatique/électronique est celui qui évolue le plus rapidement. Il n’est pas difficile de constater que, si la Chine est passée maître en matière de production les grands progrès technologiques viennent de l’étranger et je ne pense pas que cela s’arrête de sitôt. Autrement dit la Chine va s’isoler du contexte international et en même temps faire la courte-échelle à ses concurrents, Vietnam, Inde etc… qui ne sont pas peuplés que de crétins, loin de là.<br /> Dit autrement, le repli sur leur seules ressources intellectuelles et industrielles, aussi puissantes soit-elles c’est le début de la décadence. Comme les dirigeants chinois ne sont pas des idiots, il est probable que ce n’est qu’un jeu de posture. Voire une farce.<br /> En terme de progrès dans les tuyaux, il suffit de regarder vers l’ordinateur quantique en cours développement et je ne pense pas qu’il suffise d’installer Linux, d’ailleurs d’origine européenne pour régler tous les problèmes logiciels.<br /> On voit bien comment Huawei rame pour tenter de se passer d’Android.<br /> Par ailleurs, il est inquiétant de constater que la Chine tente de profiter de sa récente puissance pour déjà faire chanter le reste de la planète. Le jour où nous seront réellement dépendants les chinois n’hésiteront pas à nous serrer le kiki et nous pourrons pleurer.<br /> Si cette décision chinoise est sérieuse, elle est peut-être à long terme un bien pour le reste du monde.
ares-team
Le temps que la France nous sort un vrai Processeur, de bonne mémoire DDR4 et surtout de puissante cartes graphique on sera déjà en 2045.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Corruption : Ericsson accepte de payer plus d'un milliard de dollars pour se sortir du bourbier
Google Maps va vous indiquer les rues bien éclairées pour vos balades nocturnes
Tesla : son service connectivité premium devient payant, ce qui change vraiment
Idée cadeau de Noël : Pack Huawei Watch GT Active + écouteurs FreeLace à 179,99€
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Black Friday Amazon : Microsoft Surface Pro 7 à 799€ au lieu de 1069€
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
Haut de page