La Chine serait responsable du piratage du Parlement australien

Benoît Théry Contributeur
18 septembre 2019 à 22h28
0
Parlement Australie Canberra
© Ted Hennicke

L'agence de cybersécurité australienne (Australian Signals Directorate, ASD) a rapporté ses conclusions à Reuters. D'après elle, c'est le ministère chinois à la Sécurité d'État qui serait à l'origine de l'attaque subie en février par le Parlement australien et trois des plus grands partis politiques du pays.

À l'origine de la révélation, Reuters mentionne cinq sources qui ont tenu à rester anonymes.

Uniquement des rumeurs, selon la Chine

D'après ces sources, un rapport tenu secret précise que ces conclusions datent en réalité du mois de mars, soit un mois après le piratage. Le document aurait recommandé de les garder secrètes dans le but de conserver de bonnes relations commerciales avec Pékin. Ainsi, si l'étendue du piratage est connue depuis longtemps, son commanditaire présumé n'est révélé que maintenant.

Reuters a contacté le bureau du Premier ministre australien, Scott Morrison. Celui-ci a refusé de commenter le piratage, les conclusions du rapport ou si l'Australie a évoqué le piratage en privé avec la Chine. L'ASD s'est également refusée aux commentaires.


Côté chinois, le ministère des Affaires étrangères a nié toute implication du pays dans la tentative de piratage, affirmant qu'Internet est plein de ces théories difficilement vérifiables. Dans un communiqué envoyé à Reuters, le ministère a déclaré : « Quand on enquête et que l'on détermine la nature d'incidents survenus en ligne, il doit y avoir des preuves, sinon, il ne s'agit que de rumeurs et de diffamation, collant des étiquettes sur des personnes sans raison. Nous voudrions souligner que la Chine aussi est victime d'attaques en ligne ».

Un partenaire commercial important

Le piratage de février, qui a touché des parlementaires et des responsables de grands partis, est survenu quelques mois seulement avant les élections fédérales, en mai. Ces élections ont amené les Australiens à élire la totalité de leurs 151 parlementaires et la majeure partie de leurs sénateurs.

Pourtant, les autorités australiennes semblent peu enclines à évoquer publiquement ce sujet. L'une des sources évoquées par Reuters a estimé qu'une accusation publique de la Chine « pourrait très probablement nuire à l'économie australienne ». En effet, le pays est l'un des partenaires principaux de l'Australie dans l'échange de charbon, de minerai de fer et de biens agricoles.


La Chine est également acheteuse de plus d'un tiers des exportations australiennes, et plus d'un million de touristes et étudiants se rendent chaque année en Australie. Le ministère chinois des Affaires étrangères a ajouté dans son communiqué : « La Chine espère que l'Australie et la Chine pourront s'entendre, et en feront plus pour une confiance mutuelle et une coopération entre les deux pays ».

Source : Reuters
10 réponses
8 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Vers des batteries lithium-CO2 rechargeables ?
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top