Cyberattaques : des parlementaires australiens touchés à l'approche des élections

le 24 février 2019
 0
Vote

La cyberattaque dont a été victime l'Australie aurait été commanditée par un gouvernement étranger. Des experts pensent à la Chine et à la Russie.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a confirmé lundi 18 février que le Parlement et plusieurs partis politiques du pays ont été visés par une cyberattaque d'une ampleur inédite. Si le piratage remonte au 8 février, les informations autour de celui-ci sont peu nombreuses, et on ignore tout des conséquences de l'attaque.

Une attaque qui intervient à l'approche d'élections capitales


En Australie, la cyberattaque a fait la Une des journaux, et à juste titre. De plus, nul ne sait quelles informations ont pu être atteintes ou consultées. Le Premier ministre Scott Morrison précise que l'attaque informatique a été détectée très rapidement, et que grâce à la réaction des autorités compétentes, les ordinateurs des députés et des ministres australiens n'ont pas subi de dommages, tout comme les messageries électroniques.

« Que l'on soit bien clair : il n'y a aucune preuve d'ingérence dans les élections. Nous avons mis en place une série de mesures pour assurer l'intégrité de notre système », tient à rassurer Morrison, qui fait évidemment référence aux prochaines élections fédérales australiennes, qui auront lieu au mois de mai et qui contribueront au renouvellement intégral de la Chambre des représentants et partiel du Sénat, ainsi qu'à la nomination du prochain Premier ministre.

La Chine et la Russie soupçonnées par les experts australiens


Les cibles de l'attaque sont toutefois connues. Il s'agirait des députés du Parti libéral et du Parti national, qui gouvernement et des députés du Parti travailliste, qui figurent dans l'opposition. Les toucher pourrait entacher la confiance des Australiens en leurs institutions et les pousser à choisir un autre camp lors du scrutin.

Selon les experts australiens, seule une poignée de pays sont en capacité de lancer une attaque aussi sophistiquée. Ces derniers ciblent en premier lieu Pékin, et dans une moindre mesure, Moscou. Mais aucune preuve ne filtre. En 2011, le pays avait déjà été touché par une cyberattaque. Des pirates avaient consulté les courriers électroniques de députés australiens pendant des mois. La Chine était déjà soupçonnée à l'époque.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
scroll top