La French Tech démarre fort en 2019... mais est-ce réellement positif ?

Alexandre Boero Contributeur
07 mai 2019 à 13h43
0
Logo_French_Tech.png

Grâce à ses start-ups, le label affiche d'excellents résultats pour le premier trimestre 2019, avec 1,2 milliard de dollars levés entre janvier et mars.

En 2018, la French Tech, qui constitue l'écosystème des start-ups françaises innovantes, a levé un montant record, avec 3,5 milliards de dollars. On pourrait se dire qu'il sera difficile, voire impossible, d'atteindre ce niveau en 2019, alors que le pays traverse une crise sociétale importante sur fond de mouvements sociaux. Mais l'année a très bien démarré pour les start-ups tricolores.

Vers une année record pour les start-ups françaises ?


Entre janvier et mars 2019, les jeunes pousses ont levé 1,2 milliard de dollars (soit 1,07 milliard d'euros), selon le cabinet CB Insights, relayé par Les Echos. Il s'agit du deuxième plus fort trimestre depuis la création du label en 2014, après le second trimestre 2017. Si les investissements se poursuivent en ce sens, la French Tech pourrait se rapprocher de la barre des 5 milliards de dollars levés en une année.

Concernant le nombre de deals, il est en légère baisse : 178 sur les trois premiers mois de l'année, contre 187 au dernier trimestre 2018. Les concurrents britannique et allemand, eux, notent une tendance à la hausse du nombre de tours de table. En moyenne, un deal atteint les 6,5 millions de dollars, juste derrière nos voisins d'outre-Rhin (6,8 millions de dollars) mais loin derrière le Royaume-Uni (15,4 millions de dollars).

Si les start-ups les plus imposantes comme Doctolib (170 millions de dollars) captent au maximum l'attention des investisseurs, la plupart des levées de fonds sont réalisées par des start-ups dites en "série A", c'est-à-dire celles encore placées en phase d'amorçage et qui restent en recherche de financement. Et c'est cet apport des capital-risqueurs, qui avancent parfois masqués, qui pose question.

Le boom des technologies numériques ne fait pas bondir la productivité globale


Bernard Guilhon, professeur universitaire d'économie, tient à rappeler que la croissance de la productivité globale a été divisée par deux en passant de 2,8% à 1,3% entre 1995 et 2015, et ce malgré le boom des technologies numériques. L'entrée sur le marché est de plus en plus difficile, et beaucoup d'entreprises ne survivent pas bien longtemps après l'étape post-levée.

Les 350 millions de dollars levés par PayByTouch (2002-2007), qui offrait la possibilité de régler ses achats avec son empreinte digitale, n'auront servi à rien ; tout comme les 40 millions de dollars levés par le service de nettoyage à la demande (2010-2015), Homejoy, qui avait tout pour devenir le "Uber du ménage."

Le deuxième trimestre a en tout cas bien commencé pour la French Tech, comme en témoigne la levée de 110 millions d'euros réalisée par la marketplace de bricolage ManoMano, qui veut s'étendre en Allemagne et au Royaume-Uni et atteindre le milliard d'euros de volume d'affaires l'an prochain. Mais la morale retiendra que l'argent n'est pas systématiquement symbole de réussite, encore plus de nos jours.

3 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo
La Russie met Google sous pression quant à l'annonce de manifestations

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top