La NSA recommande d’abandonner la surveillance téléphonique généralisée aux États-Unis

29 avril 2019 à 13h39
0
Le lanceur d'alerte Edward Snowden lors d'une vidéoconférence avec des officiels européens, le 24 juin 2014

Pour la NSA elle-même, le programme de surveillance des conversations téléphoniques ne vaudrait plus le coup.

Voilà déjà six ans qu'Edward Snowden révélait le programme de surveillance titanesque que l'agence de renseignements américaine a mis en place depuis 2001. C'est en effet suite aux attaques du 11 septembre 2001 que la Patriot Act a été voté et a permis de mettre sur écoute des millions d'Américains sans leur consentement. Mais résultat des courses, ce programme ne serait aujourd'hui qu'un « fardeau juridique et logistique » mis à l'arrêt depuis six mois, selon Engadget.

La NSA ne croit plus à ce programme décrié

« Le jeu n'en vaut pas la chandelle », selon une source proche de la NSA interrogée par le Wall Steet Journal. Entre les casse-têtes techniques et juridiques qu'implique ce programme d'écoute sur des millions d'Américains, la NSA a demandé à la Maison Blanche de mettre un terme à ce dispositif.

Un dispositif qui, en plus d'être onéreux et décrié pour son ingérence dans la vie privée, n'a pas permis de répondre aux simples objectifs qu'il s'était fixés : empêcher les attaques terroristes. Frustrée et étouffée par ce programme de surveillance, la NSA l'aurait en réalité déjà mis à l'arrêt depuis plus de six mois.

Du terrorisme à la cybercriminalité : le nouvel objectif de la NSA ?

Que la NSA elle-même propose de mettre un terme à ce dispositif représente un pas de géant, mais seule la Maison-Blanche aura le dernier mot. Peu de doutes cependant à ce que Trump rejette la proposition de la NSA au vu des nouveaux objectifs stratégiques des services de renseignements américains. Et pour cause, comme l'explique le Wall Street Journal, les enjeux de cybersécurité et d'espionnage prendraient aujourd'hui le pas sur la lutte contre le terrorisme. Préoccupée avant tout par la Russie et la Chine, la Maison-Blanche s'inquiète davantage des risques de vols de données et d'espionnage, comme le montrent les efforts déployés par la NSA, le FBI et la CIA pour incriminer les technologies de Huawei, accusées de servir le Parti communiste.

Si la NSA souhaite abandonner son programme d'écoute téléphonique, rien ne dit qu'elle ne s'aventurera pas dans un autre dispositif de surveillance plus adapté, en gardant notamment une oreille et un œil bien plus attentifs à la cybercriminalité.

2
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top