Taxe GAFA : pour les géants du numérique, Bruno Le Maire fait fausse route

Alexandre Boero Contributeur
06 mars 2019 à 07h34
0
Bruno Le Maire 4 vérités.png

Les professionnels du secteur ont contré plusieurs arguments et éléments avancés par le ministre de l'Économie pour justifier sa taxe des géants du numérique.

Ce week-end, Bruno Le Maire a accordé une interview au Parisien dans laquelle il s'est un peu plus justifié sur la nécessité d'une taxe Gafa en donnant de nouveaux éléments sur celle-ci alors que le projet de loi doit être déposé et discuté ce mercredi en conseil des ministres. Mais le ministre de l'Économie est contredit sur plusieurs points par l'Association des services Internet communautaires (Asic), qui regroupe les grands noms du numérique comme Google, Facebook, Microsoft, Netflix, Airbnb, Yahoo!, Deezer, Twitter, eBay, Rakuten ou encore Dailymotion.

Des recettes fiscales bien moins importantes qu'annoncées


Giuseppe de Martino, président de l'association, a d'abord contesté le montant avancé par Bruno Le Maire sur ce qu'une taxation de 3 % du chiffre d'affaires, pour les entreprises qui génèrent chacune un CA annuel mondial de 750 millions d'euros (dont 25 millions d'euros en France), rapporterait. Pour le ministre, elle ferait rapidement rentrer 500 millions d'euros par an de recettes fiscales dans les caisses de l'État.

Mais selon de Martino, « c'est un montant à la louche ». Le président de l'Asic rapporte que « les entreprises du secteur indiquent que cette taxe sur les activités numériques ne rapporterait pas davantage que 300 millions d'euros ». Le dirigeant de l'association reproche au ministre « d'avoir parlé sur un sujet pour dire qu'il agit ».

Les consommateurs et la French Tech devraient bien être impactés


Dans son interview, Bruno Le Maire a affirmé que les consommateurs ne subiraient aucun impact de la taxation des mastodontes du numérique. Encore une fois, cet argument est réfuté par Giuseppe de Martino : « On ne peut pas affirmer que le consommateur ne sera pas touché », explique-t-il, en se basant sur ce qu'une taxation similaire a pu coûter aux contribuables espagnols, « entre 450 et 600 millions d'euros par an », soutient-il.

Enfin, le président de l'association estime, contrairement à Bruno Le Maire, que cette taxe nationale enverrait un message assez négatif aux potentiels acquéreurs de start-up de la French Tech : « Concrètement, on dit aux entreprises françaises : ''vous êtes des nains et si vous grandissez, vous serez taxés'' », indique de Martino.

L'Asic a en tout cas prévu de saisir la CNIL afin de savoir quelles données seront collectées par l'État français pour définir l'assiette d'imposition. La Bpifrance (une Banque publique d'investissement) a elle aussi fait part de ses craintes sur cette imposition.

Que pensez-vous de cette taxe, qui sera bientôt discutée dans nos assemblées parlementaires ?

42 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top