Creative Commons : le copyright n’empêche pas l’exploitation pour la reconnaissance faciale

le 18 mars 2019
 0
Reco faciale

Après la naissance d'une polémique au sujet de l'utilisation de photos publiques par IBM pour ses algorithmes de reconnaissance faciale, l'association Creative Commons a réagi. Selon elle, le droit d'auteur ne protège ni les photographes, ni les modèles, contre ce type d'usage. L'organisation appelle les pouvoirs publics à agir dans ce domaine.

Il y a quelques jours, NBC a révélé qu'IBM avait recours à des millions de photos issues de collections publiques. Et ce, pour entraîner ses algorithmes d'intelligence artificielle, dédiés à la reconnaissance faciale. Une pratique qui a fait grincer des dents, mais qui n'enfreindrait aucune règle en matière de copyright.

Le copyright ne protège pas la vie privée


En effet, les photos exploitées sont protégées par une licence « Creative Commons ». De façon générale, ce dispositif a été créé pour permettre à des ayants droit de libérer leurs œuvres des contraintes associées à la propriété intellectuelle. On retrouve notamment ces licences sur de multiples photos présentes sur Wikipedia. Dans de nombreux cas, elles permettent de réutiliser ces images, en créditant leur auteur et en ajoutant un lien vers la licence.

Se posait donc la question de savoir si l'exploitation de ces millions de photos par IBM pouvait représenter une atteinte à ces règles. Mais ce n'est pas le cas, d'après Ryan Merkley, Directeur de l'association Creative Commons, qui régit ces licences. Selon lui, « le droit d'auteur n'est pas un bon outil pour protéger la vie privée des individus ». Il n'y a donc pas de violation des licences Creative Commons, dans la mesure où les questions soulevées ici appartiennent à une autre sphère.

Une question d'ordre politique


Merkley ajoute même que les règles éditées par son association ne dépendent aucunement de la technologie ou de la finalité de l'utilisation. La licence Creative Commons ne s'applique donc pas différemment pour de la reconnaissance faciale.

Par conséquent, cela laisse peu de recours à des personnes s'estimant lésées de voir leurs photos utilisées par IBM. Et cela concerne aussi bien les auteurs des clichés que les individus y apparaissant. À moins qu'une nouvelle loi concernant l'intelligence artificielle ne vienne limiter cet usage.

C'est justement ce qu'appelle Ryan Merkley de ses vœux, en estimant que « ces problématiques appartiennent au domaine de compétences des pouvoirs publics ». En attendant, IBM laisse tout de même la possibilité aux photographes qui le souhaitent de voir leurs œuvres supprimées des bases de données exploitées par l'entreprise.

Source : The Verge

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top