L’IA et la reconnaissance faciale utilisés pour repérer des anomalies génétiques

Mathieu Grumiaux Contributeur
16 janvier 2019 à 20h37
0
Fotolia Reconnaissance faciale

Un dispositif de reconnaissance faciale permet de repérer différentes maladies génétiques selon les caractéristiques du visage du patient.

L'étude, publiée dans la revue spécialisée Nature Médecine le 7 janvier, offre de nouvelles perspectives dans l'usage de l'intelligence artificielle dans le domaine de la santé.

Un dispositif d'IA pour repérer les maladies génétiques plus rapidement

La société américaine FDNA a développé un outil logiciel appelé DeepGestalt qui combine apprentissage automatique et reconnaissance faciale. L'entreprise a collecté 17 000 photos différentes, couvrant 200 syndromes distincts afin d'exercer ses algorithmes à analyser et reconnaître différentes anomalies génétiques visibles par des caractéristiques du visage des patients.

Les deux premiers tests mis en place par l'entreprise ont consisté à rechercher des troubles spécifiques : le syndrome de Cornelia de Lange et le syndrome d'Angelman. Ces derniers affectent le développement intellectuel et la mobilité. Ils ont également des traits faciaux distincts, comme des sourcils arqués qui se rejoignent au milieu pour le syndrome de Cornelia de Lange, et une peau et des cheveux exceptionnellement clairs pour le syndrome d'Angelman.

Des algorithmes qui ne remplacent pas le diagnostic d'un médecin

DeepGestalt a obtenu une précision de 90%, supérieure à la détection de spécialistes estimée elle à 70%. Sur un test plus large, portant sur 92 syndromes différents, l'intelligence artificielle a identifié un problème génétique sur 90% des photos analysées. Toutefois, l'outil ne permet pas de donner un diagnostic précis, se contentant de signaler une liste de troubles possibles en fonction de son analyse biométrique.

Les experts en maladies génétiques sont dès lors très réservés quant à l'usage de cette technologie à une plus grande échelle. Le docteur Bruce Gelb, professeur à la faculté de médecine Icahn de New York, indique que les tests réalisés par FDNA portent sur des patients relativement jeunes, et dont les maladies sont plus facilement détectables par l'analyse de leur visage.

FDNA reste également très prudent vis-à-vis de son outil, mais le considère comme un outil de référence permettant de simplifier la tâche des professionnels de santé. Le but pour l'entreprise est de réduire le temps du diagnostic, mais pas de remplacer l'avis d'un vrai médecin.

Source : The Verge
1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
L’atterrisseur Vikram a été retrouvé détruit sur la surface lunaire

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top