Hadopi : Aurélie Filippetti critique, l’autorité répond

01 juin 2018 à 15h36
0
La ministre de la Culture vient une nouvelle fois de critiquer les moyens investis en matière de lutte contre le téléchargement illégal. Alors qu'un premier internaute a été condamné par la justice suite à la transmission de son dossier par la Hadopi, Aurélie Filippetti estime qu'il y a une disproportion entre les moyens de la haute autorité « et le résultat concret ». De son côté, la Hadopi évoque son rôle dans le développement de l'offre légale.

00FA000005392197-photo-culture-acte-2-fr.jpg
Aurélie Filippetti s'est à nouveau livrée à une critique de la Hadopi. Elle estime ainsi qu'il existe une « disproportion entre les moyens énormes de l'Hadopi et le résultat concret. Ce que je constate, c'est que la décision qui a été prise hier à Belfort, c'est 150 euros de condamnation, et c'est une première, et qu'il y a à peine 30 dossiers transmis au juge ».

Réagissant à la condamnation d'un internaute au paiement d'une amende de 150 euros pour avoir mis à disposition quelques chansons après qu'il soit arrivé au bout de la procédure Hadopi, la ministre renouvelle ses reproches à la haute autorité. Elle avait en effet déjà expliqué le 1er aout dernier qu'au plan financier, le budget de la haute autorité était élevé (12 millions d'euros par an) et précisait que dans le cadre d'efforts budgétaires elle allait « demander que les crédits de fonctionnement de l'Hadopi soient largement réduits pour l'année 2012. Je préfère réduire le financement de choses dont l'utilité n'est pas avérée ».

Face à cette attaque en règle, la Hadopi a tenu à répondre par communiqué que son action ne pouvait être évaluée « qu'au regard des missions et outils qui lui ont été confiés par le législateur. En matière d'encouragement de l'offre légale, ces outils sont particulièrement rigides et limités. La Haute Autorité n'en porte aucunement la responsabilité et ne peut en être rendue comptable ».

Hadopi met donc en avant le label PUR (Promotion des usages responsables) attribué à 62 plateformes de musique en ligne « représentant la diversité des secteurs culturels et des modèles économiques (payant, gratuit, abonnement, achat à l'acte, DRM, sans DRM) ». Elle salue en outre le rôle de la mission Lescure qui devra mener une réflexion sur les contenus numériques et la politique culturelle à l'ère du numérique. Une planche de salut visiblement commune à l'ensemble du secteur.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

IDF 2012 : Intel Spring Meadow pour améliorer l'autonomie Wi-Fi
IDF 2012 : Intel Wireless Charging, votre Ultrabook comme chargeur sans fil
Clubic Week 2.0 : l'obsolescence guette l'iPhone 5
Revue de Web : et l'histoire du jeu vidéo devient... coquine ?
Live Japon : Piégés par leur curiosité mal placée
Microsoft ouvre un nouveau studio de développement pour les tablettes Windows 8
IDF 2012 : AMD overclocke Vishera à 5 GHz
Huawei et ZTE : nous ne sommes pas des espions chinois
Megaupload : la récupération des données pas les utilisateurs toujours figée
HP : nous reviendrons sur le marché du smartphone
Haut de page