Hadopi : Aurélie Filippetti critique, l’autorité répond

14 septembre 2012 à 18h25
0
La ministre de la Culture vient une nouvelle fois de critiquer les moyens investis en matière de lutte contre le téléchargement illégal. Alors qu'un premier internaute a été condamné par la justice suite à la transmission de son dossier par la Hadopi, Aurélie Filippetti estime qu'il y a une disproportion entre les moyens de la haute autorité « et le résultat concret ». De son côté, la Hadopi évoque son rôle dans le développement de l'offre légale.

00FA000005392197-photo-culture-acte-2-fr.jpg
Aurélie Filippetti s'est à nouveau livrée à une critique de la Hadopi. Elle estime ainsi qu'il existe une « disproportion entre les moyens énormes de l'Hadopi et le résultat concret. Ce que je constate, c'est que la décision qui a été prise hier à Belfort, c'est 150 euros de condamnation, et c'est une première, et qu'il y a à peine 30 dossiers transmis au juge ».

Réagissant à la condamnation d'un internaute au paiement d'une amende de 150 euros pour avoir mis à disposition quelques chansons après qu'il soit arrivé au bout de la procédure Hadopi, la ministre renouvelle ses reproches à la haute autorité. Elle avait en effet déjà expliqué le 1er aout dernier qu'au plan financier, le budget de la haute autorité était élevé (12 millions d'euros par an) et précisait que dans le cadre d'efforts budgétaires elle allait « demander que les crédits de fonctionnement de l'Hadopi soient largement réduits pour l'année 2012. Je préfère réduire le financement de choses dont l'utilité n'est pas avérée ».

Face à cette attaque en règle, la Hadopi a tenu à répondre par communiqué que son action ne pouvait être évaluée « qu'au regard des missions et outils qui lui ont été confiés par le législateur. En matière d'encouragement de l'offre légale, ces outils sont particulièrement rigides et limités. La Haute Autorité n'en porte aucunement la responsabilité et ne peut en être rendue comptable ».

Hadopi met donc en avant le label PUR (Promotion des usages responsables) attribué à 62 plateformes de musique en ligne « représentant la diversité des secteurs culturels et des modèles économiques (payant, gratuit, abonnement, achat à l'acte, DRM, sans DRM) ». Elle salue en outre le rôle de la mission Lescure qui devra mener une réflexion sur les contenus numériques et la politique culturelle à l'ère du numérique. Une planche de salut visiblement commune à l'ensemble du secteur.

Olivier Robillart

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de rempli...

Lire d'autres articles

Mêler informatique, politique et journalisme tu essaieras ! Voilà ce que m'a demandé un jour un monsieur ridé tout vert qui traînait dans un square en bas de mon immeuble. J'essaie désormais de remplir cette mission en tant que rédacteur pour Clubic. Je traite principalement de politique numérique tout comme de sécurité informatique et d’e-Business. Passionné de Star Wars, de Monster Hunter, d’Heroic Fantasy et de loisirs numériques, je collabore régulièrement à de multiples projets vidéo de la rédaction. J’ai également pris la fâcheuse habitude de distribuer aux lecteurs leur dose hebdomadaire de troll via la Clubic Week.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page