Données personnelles : en cas de Brexit, le Royaume-Uni devra offrir des garanties

Alexandre Boero Contributeur
25 janvier 2019 à 10h09
0
brexit pixabay.jpg
Pixabay

Les conséquences de la circulation des données à caractère personnel pourraient être catastrophiques en cas d'un Brexit « No Deal ».

Alors que Londres et Bruxelles avaient fini par trouver un accord, l'Europe se retrouve piégée après le refus catégorique de ce dernier par la Chambre des communes britannique. Et si les conséquences d'un Brexit « No Deal » seraient problématiques pour de nombreux secteurs (finance, transports...), le transfert des données à caractère personnel depuis et vers le Royaume-Uni en serait tout aussi perturbé.

Le Royaume-Uni considéré comme un « pays tiers » ?


Si l'hypothèse d'un Brexit sans accord se confirme d'ici le 30 mars 2019, le Royaume-Uni quitterait l'Union européenne et l'Espace économique européen (EEE). Or, comme le prévoit la législation de l'UE sur la protection des données, tout pays situé en dehors de l'Espace est considéré comme un pays « tiers » aux yeux des nations de l'UE.

Et la législation de l'Union européenne prévoit en conséquence que les transferts de données à caractère personnel à des destinataires situés en dehors de l'EEE doivent être soumis à des dispositions particulières et à la mise en place de « garanties supplémentaires », comme l'indique le cabinet d'avocats irlandais ByrneWallace.

Si certains pays hors EEE disposent d'un aménagement qui les exempte de garanties supplémentaires comme l'Argentine, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, l'Uruguay, Israël ou le Japon, au titre de l'article 54 du Règlement général sur la protection des données (RGPD), aucun régime dérogatoire de protection des données du Royaume-Uni ne sera mis ne place d'ici la fin du mois de mars.

Les entreprises invitées à prendre les devants dès maintenant


Alors, que peuvent faire les entreprises et les organisations qui voudraient passer par le Royaume-Uni pour se préparer aux conséquences sur le traitement des données d'un Brexit « No Deal » ? Le cabinet ByrneWallace indique que par exemple, « une société irlandaise qui sous-traite actuellement sa masse salariale à un processeur britannique ou utilise un fournisseur de cloud basé au Royaume-Uni, devra disposer de garanties juridiques appropriées ».

Le Commissaire à la protection des données conseille aux entreprises de l'UE qui transfère des données à caractère personnel au Royaume-Uni de cartographier les données personnelles qu'ils transfèrent actuellement, de déterminer si ces transferts devront se poursuivre après le 30 mars 2019, et si cela était le cas, d'évaluer les divers mécanismes de transfert de façon à décider lequel conviendrait le mieux.

Modifié le 25/01/2019 à 11h38
10 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top