Jouets connectés : la CNIL livre ses recommandations pour les sécuriser

17 décembre 2019 à 08h25
0
BB8-jouet.jpg
© Pixabay

De nombreux parents succombent à la tentation d'offrir des jouets connectés à leurs enfants. Sauf que ces objets collectent souvent de nombreuses données, un détail auquel on ne pense pas forcément.

Alors que Noël approche et que le Père Noël s'active avec son armée de lutin, quelque part au Pôle Nord, la CNIL a décidé d'offrir un coup de main à la section « jouets connectés » en sensibilisant les parents sur les données collectées auprès des enfants, et en les guidant pour les sécuriser. Car bien qu'ils prennent une forme souvent anodine (console, robot, poupée, montre connectée...), les jouets connectés collectent des informations et les font transiter vers Internet grâce aux ondes radio comme le Wi-Fi ou le Bluetooth.


Le jouet connecté, un objet de tentation pour les cybercriminels

Méconnaître le jouet connecté ou mal l'utiliser, surtout lorsqu'il n'est pas sécurisé, peut conduire l'enfant et ses parents à subir des conséquences pouvant être fâcheuses. Les données collectées via l'objet peuvent en effet être utilisées à des fins commerciales, pour notamment procéder à du ciblage publicitaire. Bien plus grave, elles peuvent aussi être détournées par une personne malveillante, qui cherche à escroquer, harceler ou usurper l'identité d'un membre du foyer.


Le jouet connecté peut aussi s'avérer problématique au sein même de son propre lieu de vie. Certains jouets permettent aux parents « d'écouter » les interactions de leurs enfants avec ces derniers, grâce à des applications par exemple. Certes, cela permet de davantage protéger les jeunes utilisateurs et de contrôler les données stockées en ligne. Mais la pratique peut aussi nuire à la vie privée de l'enfant, qui voit, sans forcément le savoir, son jardin secret disparaître.


La CNIL mise sur la prudence, avant et après l'achat

Sur un plan purement sécuritaire, la CNIL propose, avant de donner le jouet connecté à l'enfant, de vérifier que celui-ci ne permette pas à n'importe qui de s'y connecter. Si le jouet dispose d'un mot de passe ou de tout autre moyen d'identification, mieux vaut le changer immédiatement après l'achat ou avant la première utilisation. Avant l'achat toujours, il est aussi très utile de se renseigner sur les caractéristiques du produit et ses interactions avec les autres appareils électroniques.

Les actions antérieures à l'utilisation sont primordiales, vous l'aurez compris. Si tant est que vous deviez procéder à une inscription en ligne pour utiliser le jouet ou bénéficier de certaines fonctionnalités, mieux vaut créer une adresse mail dédiée, avec un mot de passe sécurisé, que vous contrôlerez en utilisant des pseudonymes, plutôt que les prénom(s) et nom(s) de l'enfant.


Lorsque l'enfant n'utilise pas le jouet, il est préférable de l'éteindre afin de limiter les risques de collecte de données sauvage. Il est important aussi d'avoir accès aux données et de pouvoir les supprimer. Le partage automatique sur les réseaux sociaux doit enfin être désactivé.

Il est conseillé de s'informer avant même d'acheter le jouet connecté, en se méfiant par exemple des objets à trop bas coût, ou en jugeant de la transparence du fabricant (qui y est théoriquement obligé par la loi) sur les données collectées et leur hébergement.



Source : Communiqué de presse
Modifié le 17/12/2019 à 09h24
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top