La reconnaissance faciale, testée dans des lycées de Nice et Marseille, désapprouvée par la CNIL

29 octobre 2019 à 15h12
0
Reconnaissance faciale
© Shutterstock.com

L'avis de la commission a provoqué la colère du président de la région PACA, Renaud Muselier, qui dénonce une « décision qui a un siècle de retard ».

Le retour de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sur l'expérimentation de contrôle d'accès virtuel par reconnaissance faciale dans deux lycées de la région Sud était attendu. Saisie par la collectivité, comme cela était prévu, le gendarme des données a rendu un avis défavorable mardi 29 octobre, avis qui fait pester en haut lieu au conseil régional.

Un dispositif que la commission trouve « disproportionné »

Durant plusieurs mois, les élèves ayant donné leur accord de deux lycées de la région PACA, le lycée les Eucalyptus à Nice et le lycée Ampère à Marseille, testaient un portique virtuel faisant appel à la reconnaissance faciale, pour pouvoir accéder à leur établissement. Le portique était censé assister les agents chargés du contrôle d'accès aux lycées, de façon à éviter les intrusions et autres usurpations d'identité.


La CNIL, qui a reçu le rapport d'impact de la région et des deux établissements fin juillet 2019, a procédé à l'examen de ce dernier et n'a pas rendu un avis favorable. En effet, la commission considère que le dispositif est « contraire aux grands principes de proportionnalité et de minimisation des données posés par le RGPD », et le juge « disproportionné  ».

L'autorité administrative indépendante estime qu'il existe d'autres moyens d'atteindre les objectifs de sécurisation recherchés, qui sont par ailleurs moins intrusifs « en termes de vie privée et de libertés individuelles ». La CNIL soumet par exemple l'idée d'un contrôle par badge.

La région « ne comprend pas » le blocage de la CNIL

La France semble toujours avoir du mal avec la reconnaissance faciale, qui est vue comme une technologie créant un sentiment de surveillance permanente. « Ces risques se trouvent accrus lorsque les dispositifs de reconnaissance faciale sont appliqués à des mineurs, qui font l'objet d'une protection particulière dans les textes nationaux et européens », rappelle la commission.


Le Président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, regrette la décision prise par la CNIL. « Cette décision a un siècle de retard ! Dans un monde où la reconnaissance faciale fait le quotidien de centaines de millions d'usagers de smartphones, il est incompréhensible de refuser des dossiers aussi simples et ambitieux que le nôtre. L'État nous encourage à mener ce type d'expérimentation, et considère qu'il s'agit d'une priorité nationale : nous ne comprenons pas ce blocage qui va à l'opposé de la dynamique actuelle », déplore-t-il.

La région a prévu de déposer un nouveau dossier rapidement sur la table de la CNIL.

Source : Communiqués de presse
Modifié le 29/10/2019 à 17h12
12
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes
SFR augmente le prix de ses forfaits internet fixe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top