Marie-Laure Denis (ex-CSA et Arcep) nommée présidente de la CNIL

01 février 2019 à 13h31
9
M-L_DENIS-ARCEP.jpg
Arcep

Haute-fonctionnaire bien connue des autorités administratives indépendantes françaises, Marie-Laure Denis a pris la tête de la CNIL.

Marie-Laure Denis a été choisie, jeudi 31 janvier 2019, par les parlementaires membres des commissions des lois de l'Assemblée nationale et du Sénat, pour devenir la nouvelle présidente de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). Elle prend la succession d'Isabelle Falque-Pierrotin, qui aura tenu les rênes du gendarme des données pendant plus de sept ans, et devient la deuxième femme à prendre la tête de l'autorité.

Un bagage impressionnant

En devenant présidente de la CNIL, Marie-Laure Denis va occuper le poste le plus important de sa carrière, déjà bien remplie. Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris en 1988, elle est passée par l'ENA, puis par le Conseil d'État avant de devenir la directrice adjointe du cabinet du maire de Paris à la culture, jeunesse et sports de 1995 à 1995, sous le mandat de Jean Tiberi. Elle a ensuite été nommée directrice du cabinet du ministre délégué à la famille et adjointe du cabinet du ministre de la Santé de 2002 à 2004, sous la présidence de Jacques Chirac.

C'est plus tard que Marie-Laure Denis a fait son entrée dans ce que l'on appelle les « autorités administratives indépendantes ». D'abord, en étant membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de 2004 à 2010, puis en étant membre du collège de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) de 2011 à décembre 2016.

La CNIL, une importance accrue dans le monde numérique

En prenant la tête de la CNIL, la dirigeante va occuper un poste à l'importance capitale. La Commission, fondée en 1978, voit son rôle évoluer en fonction des progrès technologiques. Aujourd'hui, ses services sont composés de près de 200 agents, et assure des missions de protection des données personnelles, d'accompagnement de l'innovation et de préservation des libertés individuelles.

Le dernier acte salvateur de la CNIL, qui dispose de pouvoirs de contrôle et de sanctions, fut l'amende de 50 millions d'euros infligée en ce mois de janvier 2019 au géant du numérique, Google, pour ne pas avoir respecté les dispositions du Règlement général sur la protection des données (RGPD), dont la CNIL veille à la bonne application.

Modifié le 21/12/2020 à 17h58
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Microsoft réalise sa plus belle année pour sa division jeux-vidéo
Les Émirats arabes unis ont exploité une faille d'iMessage pour pirater des iPhone
La Nintendo Switch déjà hackée quelques heures après la mise à jour 7.0.0
Pendant 1 an, Free offre Youboox One a ses abonnés : mais qu'est-ce que c'est ?
⚡️ Bon Plan : Trottinette électrique pliable Ninebot Segway ES1 à 288,51€ au lieu de 441,96€
⚡️ Bon Plan : lampe TaoTronics de bureau LED, 4 modes, 5 niveaux d'intensité à 24,74€ au lieu de 32,99€
Le Pocophone F1 est aussi doué en photo que l'iPhone 8 d'après DxOMark
Alibaba : des chiffres impressionnants sur 2018, mais la croissance ralentit
Le Intel Xeon W-3175X à 28 cœurs est disponible pour la bagatelle de 3000$
Google aussi payait des utilisateurs pour récupérer leurs données
Haut de page