Directive Copyright : les membres de l'UE ne parviennent pas à trouver d'accord

22 janvier 2019 à 15h20
1
drapeau union européenne.jpg

Au moment d'entrer dans la phase finale des négociations, les institutions européennes n'ont pas pu trouver d'accord, lundi. La très contestée réforme européenne du droit d'auteur reste en stand-by.

Ce lundi 21 janvier 2019 pouvait être synonyme d'une formulation définitive de la directive européenne sur les droits d'auteur. La Commission européenne, le Parlement et le conseil des États membres de l'UE avaient prévu d'en discuter lors d'une réunion exceptionnelle. Mais le « trilogue » a été purement et simplement annulé, sans qu'aucune autre date ne soit pour l'instant annoncée, alors que la directive avait initialement été adoptée le 12 septembre dernier. Les négociations pour moderniser le droit d'auteur à l'ère numérique sont au point mort.

Une bataille de lobbyistes

Les négociations devraient encore durer plusieurs mois et il s'agit de l'option optimiste, car les lobbyistes n'ont pas l'intention de renoncer, d'un côté comme de l'autre. Voilà qui devrait en tout cas sonner comme une victoire pour les partisans et organisations de défense des libertés numériques, et les géants du numérique comme YouTube. Et comme une défaite pour les médias et les créateurs, qui espèrent toujours être mieux rémunérés.

L'Allemagne, la Belgique, la Finlande, les Pays-Bas et la Slovénie, qui étaient déjà opposés à la directive, ont été rejoints à l'occasion du « trilogue » par l'Italie, le Portugal, la Suède, la Pologne, la Croatie et le Luxembourg. La bataille fait rage et les désaccords proviennent de deux des points essentiels du texte, les fameux articles 11 et 13.

La directive fait débat plus que jamais, alors que les élections européennes approchent

L'article 11 est destiné à contraindre les grandes plateformes du numérique à mieux payer les médias lorsqu'elles diffusent des extraits d'articles ou de vidéos sur leurs services, comme Google Actualités par exemple, principal agrégateur de news ciblé.

L'article 13, lui, entend inciter les grandes plateformes comme YouTube, Facebook ou Google à négocier des accords avec les titulaires de droits d'auteur et les obliger à supprimer les contenus qui ne feraient pas l'objet d'un accord de licence entre le créateur du contenu et la plateforme.

Les élections européennes, qui auront lieu en mai, pourraient perturber encore un peu plus les négociations entre les pays membres. Le temps presse.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
0
PierreKaiL
Bonne nouvelle, de toute façon le mot copyright et le mot culture dans la même phrase , il y a comme un contresens.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

⚡️ Bon plan : Smartphone 4G Vivo NEX 128 Go à 495,60€ au lieu de 530,60€
DxO va désormais tester et noter les caméras frontales des smartphones
Honor View 20 : suivez la conférence en direct
Elon Musk propose de construire le tunnel du nouvel accélérateur de particules du CERN
L'UE lance l'ordonnance électronique, utilisable dans un autre pays de la zone
⚡️ Bon plan : Aspirateur robot connecté iRobot ROOMBA 891 à 329,99€ au lieu de 599€
Project Stream : la phase de test est terminée, les joueurs attendent un hypothétique cadeau
Firefox Focus 9.0 intégrera un bloqueur de pubs en plus de l’anti-tracking
Microsoft lance un programme de bug bounty sur Azure DevOps, des prix jusqu'à 20 000 $
Ducati aussi va se lancer dans la moto électrique
Haut de page