Directive Copyright : la loi sur le droit d’auteur massivement adoptée par l’UE

Johan Gautreau
Expert objets connectés
13 septembre 2018 à 10h06
3
europe

Après un rejet en juillet, le projet de loi sur les droits d'auteurs pour le numérique a été finalement votée par le Parlement Européen. On fait le point sur les - légers - changements apportés à la loi et ses conséquences pour les utilisateurs du Web.

Rappelez-vous : en juin 2018, nous vous parlions des prémices de la nouvelle loi sur les droits d'auteurs, alors en cours de rédaction. Son objectif : mieux encadrer le copyright afin que les auteurs de contenus ne voient pas leurs œuvres pillées sur le Web. Une intention louable en soit, mais dont la mise en forme laissait alors à désirer.

Le texte prévoyait en particulier la mise en place de plateformes de filtrage automatisées du même genre que celle utilisée par Google sur son site YouTube. En gros, les robots décident de ce qui peut être publié ou pas sur Internet.

Une levée de boucliers contre le projet de loi

Fin juin, nous vous invitions à agir auprès des parlementaires afin que cette loi et son article 13 liberticide soit révisée. Les eurodéputés avaient alors rejeté le projet, demandant sa modification. Il a bien été revu et vient d'être adopté massivement à 438 voix contre 226. Les changements apportés restent cependant minimes et risquent de pénaliser les utilisateurs...

Un texte qui privilégie les négociations plutôt que les sanctions

Sans grande surprise, le texte vise avant tout à faire plier les GAFA, qui au travers de leurs plateformes sociales, partagent largement - et gratuitement - des contenus protégés par les droits d'auteurs comme de la musique, des textes ou des vidéos.

Les deux articles les plus polémiques, les 11 et 13, ont été revus pour plus de souplesse. L'article 13, qui faisait la part belle au filtrage massif, prévoit maintenant des exceptions pour les plateformes communautaires comme Wikipédia ou GitHub. Les petites structures ne seront pas non plus inquiétées, ceci « afin de préserver l'innovation ».

L'article 11 quant à lui n'a presque pas été touché. Il prévoit la création d'un « droit voisin » du droit d'auteur. Sa mise en place donnera le droit aux éditeurs de médias de réclamer des contreparties financières aux plateformes numériques pour la publication et l'indexation de leurs contenus.

Les détracteurs de cet article n'ont pas manqué de faire remarquer que de telles mesures avaient été prises en Espagne contre Google Actualités, sans aucune efficacité. Le géant américain avait alors refusé de payer des taxes et avait tout simplement cessé de référencer les médias souhaitant une rémunération...

Malgré tout, les députés européens souhaitent que ce texte révisé mène à des « négociations plutôt que des sanctions ». Maintenant que la directive a été adoptée massivement par le Parlement, il faut encore qu'elle soit négociée par le trilogue afin de parvenir à un texte final. Espérons juste que ce combat entre l'Europe et les GAFA ne fasse pas qu'une seule victime : l'utilisateur.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
0
kgp
Google devrait arrêter de servir l’europe pour voir…
_Troll
Ils ont rétabls la peine de mort pour les pirates ? Le pirate est la pire espèce, violent, voleur, et pédophile.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Civilization VI : une version Nintendo Switch le 16 novembre
Le forfait Free mobile 30 Go à 0,99 euros par mois pendant un an
Droit à l’oubli : Google refuse de généraliser la réglementation européenne
La France investit dans les satellites et prépare une stratégie spatiale de défense
L'Europe débloque 74,5 millions d'euros pour déployer le très-haut débit en Bretagne
NRJ Mobile lance sa box 4G illimitée (mais pas totalement) à 29,99 € par mois
Le casque Bluetooth a réduction de bruit active TaoTronics à 42 euros
Amazon remplit ses pages de résultats de recherche avec des publicités
Streaming personnel : Plex Cloud fermera ses portes le 30 novembre
FinTech : la néo-banque Hush ne répond plus
Haut de page