SalesForce rachète Slack pour 27,7 milliards de dollars

02 décembre 2020 à 09h10
31
salesforce+slack

Le spécialiste du CRM SalesForce finit l'année 2020 en beauté et annonce le rachat de Slack pour la modique somme de 27,7 milliards de dollars.

Alors que la société dispose déjà d'une panoplie d'outils à destination d'équipes commerciales, du marketing, ou d'analystes, SalesForce compte encore renforcer sa position en entreprise.

Avec le rachat de Slack, SalesForce vise la communication, un secteur clé, avec une messagerie unique déjà très populaire.

Slack : une occasion en or pour SalesForce

En cette période de crise sanitaire, de plus en plus de sociétés ont mis en place des dispositifs de télétravail. Et Slack fait souvent partie des indispensables outils de collaboration et de communication interne . Avec ce rachat, SalesForce s'invite donc dans le domaine de la communication d'entreprise.

En octobre 2019, le magazine américain ZDnet rapportait que Slack avait franchi le cap des 12 millions d'utilisateurs actifs par jour. À ce moment, et malgré le succès de l'application, Microsoft n'avait pas souhaité aligner 8 milliards de dollars pour se positionner sur la vente. La firme de Redmond préféraient se concentrer sur le développement de Skype , avant de proposer une alternative à Slack : Microsoft Teams .

Selon TechCrunch, depuis son entrée sur le cours du NASDAQ en juin 2019, Slack a perdu près de 40 % de sa valeur. La société affichait ainsi 147,6 millions de dollars de pertes au premier semestre 2020... L'occasion rêvée pour SalesForce de se manifester.

Slack et SalesForce, des outils complémentaires

Dans un communiqué, SalesForce rappelle que suite à la crise sanitaire, beaucoup d'entreprises ont mis en place des processus entièrement numérisés pour permettre à leurs employés de télétravailler. Pour SalesForce : « [Les entreprises] doivent offrir à leurs clients des expériences connectées pour chacun des points de contact et permettre à leurs employés de travailler de manière fluide où qu'ils se trouvent ».

Aujourd'hui, SalesForce se positionne comme l'un des principaux CRM permettant aux entreprises de vendre et de promouvoir des services depuis n'importe où. D'autre part, Slack permet de rassembler des équipes au travers de discussions, et permet également de partager des données et des outils de collaboration.

SalesForce explique que Slack sera intégré dans chacun des services proposés par SalesForce Cloud. L'acquéreur affirme ainsi : « Slack transformera la manière dont les gens communiquent, collaborent et gèrent les informations des clients au travers de SalesForce mais également les informations de toutes les autres applications professionnelles et de tous les systèmes afin d'être plus productifs ».

Pour SalesForce, l'intégration de Slack permettra de former ni plus ni moins que « le système d'exploitation pour une nouvelle manière de travailler ».

Rappelons que l'année dernière SalesForce avait racheté l'éditeur Tableau Software spécialisé dans l'analyse et la manipulation de données, pour 15,7 milliards de dollars. Slack devient désormais sa plus grosse acquisition.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
31
19
playAnth95
27,7 milliards non mais sérieux ?
Keorl
Donc si j’ai bien suivi : l’an dernier, Slack demandait 8 milliards pour un rachat par Microsoft, ce dernier a refusé. Cette année, après que Slack ait perdu 40% de valeur en bourse et 147 millions de pertes financières, un rachat est bouclé … pour plus du triple (27.7 milliards).<br /> Il doit manquer un petit bout d’explication quelque part …
backsec
Tu oublies le contexte : le monde marche sur la tête
Proutie66
Juste pour info, la capitalisation boursière de peugeot est de 14.5 milliards (en gros 2 fois moins).<br /> Voilà, on parle de Slack.<br /> C’est bien Slack. Mais dans mon univers impitoyable, ça vaut pas 2 fois un constructeur de bagnole.
trollkien
Et oui, au 21eme siècle, n’importe quel jeune youtubeur écervelé mais "dans le vent"peut gagner en un mois plus qu’un ouvrier ne gagne en un an en fin de carrière.<br /> J’espère que tout ca va s’écrouler, d’une facon ou d’une autre, car comme tu dis, il n’y a plus de bon sens de logique ni de réelles valeurs dans ce monde…
os2
lol incroyable pour une messagerie…
ybrasseleur
Pendant que des gens crèvent de faim d’autres dépensent des milliards pour acquérir une messagerie.
raiden
whouawhoua, les gars vous etes idiots ou quoi !<br /> Oubliez pas que derriere ils achetent aussi, des brevets + infrastructure et des employés qualifiés !<br /> Ok surement que pour toi peugeot ne vaut pas 2 fois plus !<br /> Mais peugeot c’est quoi c’est des ouvriers payés pour assembler de la tôle !<br /> La ou slack c’est surement des ingenieurs !<br /> Ne comparez pas n’importe quoi
Element_n90
Les 2 n’ont rien à voir !<br /> Avant que Salesforces dépense ses milliards, les gens ne mourraient pas moins de faim !
Vanilla
Si tu avais fait une toute petite recherche tu aurais trouvé que le deal a 8 milliards était en 2016 et non 2019<br /> Citation:<br /> Microsoft itself looked into buying Slack for $8 billion back in 2016, but the deal never materialized. Instead, the Redmond, Washington tech giant launched Teams a year later and began aggressively promoting its growth.
Element_n90
La valeur en bourse de Slack étant de 25B$, il n’est pas abérrant qu’il soit racheté ce prix.
Element_n90
Avec des 10aines et des 10aines de millions de clients partout sur terre. Fait en autant et on en reparlera. A ce que je vois, au jour d’aujourd’hui, aucun français n’a été capable de faire la même chose…
Vanilla
Sauf que tu inverses les choses… slack vaut aujourd’hui 25 milliards en bourse, parce qu’il y a eu cette annonce de rachat qui a fait sauter la valeur du titre.<br /> Le 24 novembre dernier, l’action SLACK valait 30 dollars, aujourd’hui elle en vaut 43.<br /> Le deal a fuité le 25 novembre, et l’action a grimpé depuis ce jour la… avec une hausse de presque +50% tout de même !<br /> Cela reste une très bonne affaire pour Salesforce, puisqu’il aurait été bon de rappeler que L IPO de slack a eut lieu en juin 2019 seulement, a un tarif de 26 usd par action, et que le premier jour de cotation elle est directement monté à 38 usd. Avant de retomber jusque 15 usd puis de doubler son cours entre début 2020 et novembre 2020 passant de 15 dollars à 30.
karmenclubic
Ou as tu vu que ça a perdu 40% ?<br /> Tu parles d’un rachat en 2016 par Microsoft… 4ans c’est y a longtemps !
karmenclubic
La COVID a accéléré l’adoption des messageries professionnelles pour tous les employés.<br /> Slack est en face de Microsoft Teams et de Google Meet/Chat, ce n’est pas étonnant ce prix.
playAnth95
C est surtout la collecte des données personnelles qui ont du bien peser dans la balance… une messagerie ca rapporte pas.
haliway
Slack n est pas gratuit…
karmenclubic
Il y a une version gratuite que beaucoup de monde/entreprises utilisent.
karmenclubic
C’est ce qui rapporte le plus actuellement en data, les chats.<br /> La messagerie instantanée, c’est LE lieu, où nous parlons le plus.<br /> Et c’est là où la captation de data est la plus utile et la plus riche pour de la future publicité.<br /> Dans le cas de Slack, c’est stratégique comme rachat parce qu’il y a beaucoup de développeurs qui sont dessus, mais pas que… des DA, des graphistes, des CPs, des gestionnaires etc… «&nbsp;La gang du dev&nbsp;».<br /> Personnellement, tous les meetups et les communautés de dev dont je fais partie sont sur Slack.<br /> J’espère que le rachat apportera plus de gratuité à l’offre actuelle.<br /> NB : Je me demande qui mettra l’argent sur la table pour absorber Atlassian un jour ?
Bibifokencalecon
Slack n’est pas «&nbsp;rentable&nbsp;» ? C’est vrai. Mais 140 millions de dollars de pertes, cela n’est rien dans le rapport financier annuel de Salesforce (SFDC).<br /> Mais elle est leader dans son secteur, très présente, surtout dans les TPE et PME. Un peu moins dans les très grandes entreprises car Microsoft offre une suite complète (intégrant Teams) avec un environnement quasiment tout-en-un (cela va de l’architecture TI jusqu’aux environnements logiciels).<br /> Salesforce est un mastodonte aussi, extrêmement présent dans les grandes entreprises avec ces produits SaaS (orientés Sales et Marketing) mais qui est un peu dispendieux pour les TPE et PME.<br /> Salesforce va utiliser Slack comme un «&nbsp;cheval de troie&nbsp;» pour rentrer dans ce potentiel de bassin client, et se faire une place avec les systèmes dits «&nbsp;DevOps&nbsp;» (Azure DevOps et O365, Atlassian et sa suite de produits, etc.). Salesforce veut se placer comme le SaaS incontournable intégré à ces 2 autres plateformes.<br /> Par contre, est-ce que Slack vaut vraiment 27.7 milliards de dollars ? On va dire que c’est «&nbsp;noui&nbsp;».<br /> Slack n’a pas vraiment de «&nbsp;super brevets&nbsp;», son savoir-faire est reproductible (ex : Teams), ses employés ne seront pas forcément fidèles à Salesforce, son modèle économique n’est pas suffisamment rentable, et ses clients changeront de plateformes si celle-ci est moins innovante/tendance que ses concurrents.<br /> Mais la bulle informatique ne s’est jamais vraiment arrêtée depuis le dernier crash (en 2010). Et ici, c’est bien le bassin de clients potentiels (actuels et futurs) qui a été évalué à cette somme pour leur propres outils et services. Salesforce, c’est comme Microsoft. Une fois qu’on a commencé à migrer la majorité de ses systèmes et outils, en sortir devient bien trop difficile et coûteux.<br /> 8 milliards de dollars étaient un prix honnête de rachat pour Microsoft car le but pour eux était de ne pas avoir à financer une évolution forcée et majeure de Teams (en un temps record), et parce que le pool de clients de Slack ne les intéressaient pas autant. L’idée, c’était de «&nbsp;tuer un concurrent&nbsp;» en l’absorbant.
karmenclubic
J’aime beaucoup ton «&nbsp;noui&nbsp;». Cela résume bien le move.<br /> Pour Salesforce c’est dispendieux comme achat, mais pas tant finalement… c’est un investissement.<br /> Ils n’avaient rien à proposer en face de Microsoft, Google etc…<br /> Maintenant ils sont positionnés.
mrassol
OUi voila, c’est un rachat stratégique.
Proutie66
Tu es amusant…<br /> LEs employés sont pas des esclaves, ils partent quand ils veulent. On achète pas des employés.<br /> (et surtout pas à ce prix ;o).<br /> Slack a des brevets ? Je serais curieux de voir lesquels…<br /> On fait des «&nbsp;slacklike&nbsp;» en développement «&nbsp;pour apprendre&nbsp;», en quelques heures. Bien sur, pas aussi puissant, mais quand même…<br /> La seule valeur de slack réside dans ses utilisateurs/sociétés…<br /> En 2020, Slack a(va) généré 1 Milliard de dollars de revenu, si on regarde les publications des résultats des derniers trimestres.<br /> Ils ont été racheté 25 milliards.<br /> Je rappelle que c’est 1 milliard de CA (donc chiffre, pas du bénéf.)<br /> SalesForce voit loin, très loin pour espérer le rentabiliser un jour. Slack doit faire une croissance folle pour y arriver
Keorl
Pas la peine de prendre les gens de haut, quand il s’agit seulement de parler de ce qui est écrit dans l’article !!<br /> Mon commentaire commence par «&nbsp;si j’ai bien suivi&nbsp;» et se termine par «&nbsp;il doit manquer un bout d’explication&nbsp;» : je point que l’article, tel qu’il est là, est incomplet.<br /> Par ailleurs, sur le point précis sur lequel tu voudrais que je fasse «&nbsp;une toute petite recherche&nbsp;», l’info est présente ici, pourquoi ferais-je une recherche ? Si la tienne est vraie, alors celle de Clubic est fausse.<br /> Citation (as tu lu avant d’aller dans les commentaires ?) :<br /> En octobre 2019, le magazine américain ZDnet rapportait que Slack avait franchi le cap des 12 millions d’utilisateurs actifs par jour. À ce moment, et malgré le succès de l’application, Microsoft n’avait pas souhaité aligner 8 milliards de dollars pour se positionner sur la vente…
Keorl
J’ai simplement lu l’article avant d’aller dans les commentaires !!<br /> «&nbsp;Ou as tu vu que ça a perdu 40% ?&nbsp;» : dans l’article.<br /> «&nbsp;Tu parles d’un rachat en 2016 par Microsoft&nbsp;» : l’article dit 2019.<br /> Si Clubic se trompe, je n’y peux rien. D’ailleurs mon commentaire laisse clairement entendre que je trouve les informations rapportées dans l’article bizarres et donc à minima incomplètes.
karmenclubic
J’avais lu l’article autre part avant…<br /> My bad, je devrais relire l’article de Clubic avant de poster dans les commentaires, tu as raison <br /> Les différentes propositions de Google, Microsoft, Amazon, ont commencé en 2016, et elles étaient dans les 7/8 milliards comme tu le dis.<br /> Les 40% ne veulent pas dire grand chose. Une compagnie peut chuter durant trois jours à cause de [mettez ce que vous voulez ici] et se vendre la semaine d’après au double de sa valeur initiale. C’est la confiance que les gens y mettent qui fait le prix final.
Urleur
ah ouais, faut les sortir ces sous du chapeau magique.
g-m1n1
«&nbsp;Personnellement, tous les meetups et les communautés de dev dont je fais partie sont sur Slack.&nbsp;»<br /> J’allais justement demander si qqn ici avait déjà utilisé Slack. Perso je connais personne chez nous au Lux, j’ai l’impression qu’on est tous sur Teams.
karmenclubic
Me semble que Skype c’était Luxembourgeois avant d’être racheté par Microsoft…
remy9991
bienvenue dans la bull de l’IT qui va faire très mal aux retraités américains quand elle va exploser
Space_Boy
bien dit. On ne vit pas sur la même planète. Pour ces milliards, on aurait pu aider la recherche médical, ou je ne sais pas quoi. Non, on dépense dans une connerie qui ne sera plus là dans 10 ans. Le cancer, lui, sera toujours là. Triste.
g-m1n1
Exact, leur bureaux étaient ici, mtn c’est des bureaux Microsoft Luxembourg tout court.
playAnth95
J’utilisais la version gratuite au taf, avant de passer à cette m3rde de Teams.
haliway
C´est vrai mais cette version est tellement limitée que je n y pensais meme plus.
haliway
La bulle n eclatera jamais enfin si avant de regrossir… du fait que le digital est le nouveau monde qu on se le dise (a tort ou a raison).
Bibifokencalecon
Justement, c’est un cycle normale du capitalisme où une «&nbsp;correction&nbsp;» est nécessaire pour réaligner la réalité économique avec les projets de développement et croissance.<br /> Les startups continuent d’apparaître à travers fonds privés et publics. Les investisseurs parient sur certaines d’entre elles sur deux potentiels : la valeur de revente si succès, les dividendes sur long terme. Cela est «&nbsp;normal&nbsp;» dans la logique d’investissement néolibéral.<br /> dans le lot des startups, il est normal et inévitable que ceux dont le modèle économique n’est pas trouvé disparaissent, et cela même si l’idée est géniale ou pertinente.<br /> mais ce qui truque le système est que de nombreuses startups ont pour stratégie non pas de croire en leur produit, mais de vouloir être racheté. Et pour cela, certains n’hésiteront pas à utiliser leurs fonds de financement pour… faire un lobbying encore plus intense afin d’obtenir davantage de financement public et privé (sur donc des promesses et projections creuses).<br /> Et ces derniers temps, avec les mots clés comme «&nbsp;Big Data&nbsp;», «&nbsp;Intelligence artificielle&nbsp;», «&nbsp;Énergie renouvelable&nbsp;», on en finance des entreprises creuses. Le retour à la réalité aura lieu.<br /> En général, tous les 10-15 ans pour le monde du numérique, ou de plus, tout s’accélère sans cesse (donc prise de décision rapide sans avoir connaissance de toute la situation). La correction sera plus forte si une majorité des investisseurs paniquent à leur tour.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La solution antivirus Avira Prime déjà à moitié prix avant le Black Friday
Game Pass : Microsoft nous gâte avec 17 nouveaux jeux à venir en décembre
Apple publie son classement des meilleurs jeux et applications de 2020
Seconde baisse de prix sur le SSD PNY XLR8 500 Go sur Amazon
realme Race : un premier smartphone sous Snapdragon 888 se montre en image
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Mini critique Truth Seekers (S01)
Mini critique The Mandalorian (S02E01)
Mini critique Moonbase 8 (S01E01)
Les meilleures séries d'anthologie
Haut de page