Tout ça pour ça ? Huawei pourrait finalement ne plus être banni du territoire américain

24 mai 2019 à 16h04
0
Huawei

Le 23 mai, Donald Trump a évoqué pour la première fois un litige avec le géant des télécommunications Huawei, qu'il considère comme « une menace pour la sécurité américaine ».

« Huawei est quelque chose de très dangereux », a déclaré Trump à la presse américaine. « Vous regardez ce qu'ils ont fait du point de vue de la sécurité, du point de vue militaire. Très dangereux ».

Une affaire floue

Malgré cela, Trump a déclaré qu'il y avait une « bonne possibilité » que Washington parvienne à un accord avec Beijing pour mettre fin au conflit commercial qui s'aggrave, et qu'il « était possible que Huawei soit inclus dans un accord commercial ». Les deux parties ont en effet durci leurs positions : les Etats-Unis ont mis sur liste noire les smartphones de la société de télécommunications, par inquiétude que la Chine les utilisent comme outil d'espionnage, tandis que Pékin accusait Washington de « brutaliser » l'entreprise.

Les commentaires de Trump contredisent directement les paroles du secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui déclarait quelques heures auparavant que « Huawei et la question du commerce n'étaient pas liés ».

Dans une interview à CNBC, Pompeo a souligné qu'il existait deux éléments distincts : « le composant de sécurité nationale » et les efforts « visant à créer une relation commerciale équitable, réciproque et équilibrée entre les deux pays ». Il a ajouté : « J'espère que nous pourrons garder ces problèmes à leur place. Nous devons impérativement protéger la sécurité nationale des États-Unis. Nous devons également veiller à bien respecter ces règles commerciales ». Mike Pompeo a, en outre, rejeté les déclarations de Huawei concernant ses relations avec le gouvernement chinois, et a déclaré que toutes les données saisies par la société risquaient de tomber entre de mauvaises mains. « Dire qu'ils ne travaillent pas avec le gouvernement chinois est une fausse déclaration » a-t-il affirmé. Huawei « est profondément attaché non seulement à la Chine mais également au parti communiste chinois ».

De son côté, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a averti mercredi que Beijing était prête à « se battre jusqu'au bout » dans sa guerre commerciale avec Washington. « L'utilisation par les Etats-Unis du pouvoir étatique pour exercer de manière arbitraire des pressions sur une société chinoise privée telle que Huawei constitue un harcèlement économique typique », a ainsi déclaré Wang.

Une « urgence nationale »

Les législateurs américains semblent quant à eux se rallier à la position de Washington avec une proposition bipartite, visant à aider les réseaux de télécommunication à éliminer Huawei lors de la mise à niveau des systèmes 5G. Selon le sénateur démocrate Mark Warner, le projet de loi vise ainsi à empêcher « les entreprises soumises aux instructions extra-judiciaires d'un adversaire étranger d'infiltrer les réseaux de communication du pays ». Les entreprises du monde entier s'efforçant de se conformer à la liste noire des États-Unis, arrêteraient de fournir des composants technologiques ou des logiciels américains à Huawei.

Panasonic a été le dernier à annoncer qu'il suspendrait les transactions avec Huawei. La société, également japonaise, Toshiba a pour sa part annoncé avoir repris l'expédition de produits à Huawei, quelques heures seulement après avoir annoncé un arrêt temporaire, afin de vérifier si des pièces fabriquées aux États-Unis étaient impliquées. Les principaux opérateurs mobiles japonais et britanniques ont annoncé cette semaine qu'ils retarderaient la sortie des nouveaux smartphones Huawei, à la suite des sanctions imposées par les États-Unis.

Donald Trump

Aux États-Unis, les fabricants d'équipement Inphi Corp, Qorvo, Neophotonics et Rogers Corp. ont tous déclaré qu'ils verraient leurs ventes baisser en raison des sanctions imposées via Huawei. La semaine dernière, Trump a déclaré une « urgence nationale » interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication étranger, considéré comme un risque pour la sécurité nationale - une opération considérée comme visant Huawei. Le département du Commerce américain a également annoncé l'interdiction faite aux entreprises américaines de vendre, ou de transférer, de la technologie à Huawei... bien qu'il ait ensuite accordé un sursis de 90 jours. Google a déclaré qu'il couperait les appareils Huawei de certains services sur le système d'exploitation Android.

Huawei a depuis indiqué qu'il pourrait déployer son propre système d'exploitation mobile, cette année en Chine, et à l'international l'année prochaine.

Source : Space Daily
17 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top