Après l'Europe, c'est au tour de l'Inde de soupçonner Google d'abus de position dominante

le 13 mai 2019 à 13h48
0
Google.jpg

La position ultra-monopolistique de la firme de Moutain View pose problème du côté des autorités indiennes, qui ont lancé une enquête sur de possibles abus.

La Competition Commission of India (CCI), équivalent indien de l'Autorité de la concurrence française, a annoncé avoir ouvert, l'année dernière, une enquête antitrust à l'encontre de Google, semblable à celle infligée par l'Union européenne au géant américain. En juillet 2018, la firme de Moutain View a écopé d'une amende de 4,34 milliards d'euros pour abus de position dominante de son système d'exploitation pour smartphones, Android.

95% des mobiles indiens tournent sous Android


Si elle ne délivre pas de détails profonds des faits reprochés, la CCI a fait savoir, au terme de son enquête préliminaire, qu'elle soutient que Google abuse de la position dominante de son OS Android, qui équipe plus de 95% des smartphones indiens, et se sert de cette position monopolistique pour nuire à ses rivaux. C'est dans le courant du mois d'avril que l'autorité a décidé que les accusations contenues dans la plainte étaient fondées, et qu'il y avait matière à enquêter.

L'investigation, elle, devrait prendre fin d'ici l'année prochaine. Avant cela, les dirigeants de Google devraient être convoqués par les membres de l'autorité indienne, pour entendre leur argumentation et juger des efforts entrepris. Efforts auxquels la société américaine consent, comme l'indique un porte-parole de la société : « Android a permis à des millions d'Indiens de se connecter à Internet en rendant les appareils mobiles plus accessibles, plus abordables. Nous sommes impatients de travailler avec la Commission pour démontrer comment Android à conduit à davantage de concurrence et d'innovation ».

Google risque une amende de plusieurs centaines de millions


En Europe, l'enquête de l'UE avait abouti au fait que Google forçait les fabricants à installer la boutique Google Play, Google Search et le navigateur web Chrome sur leurs appareils, bénéficiant ainsi d'un avantage de poids (et déterminant) à la commercialisation.

L'autorité indienne pourrait, selon la tournure de l'enquête et le retour opéré par Google sur la question, infliger une amende colossale pouvant atteindre 10% du chiffre d'affaires local, ou 300% de ses bénéfices nets. Sur les 100 milliards de dollars générés par Google en 2018, 1,4 milliard est issu du Sous-Continent.

Source : TechCrunch.

Mots-clés : Google
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top