Qwant - Tristan Nitot (ex-Mozilla) nommé directeur général : ses impressions

19 septembre 2019 à 08h02
0
tristan-nitot-qwant.png
Tristan Nitot (© Crédits photo : Qwant)

Jusque-là vice-président Advocacy de Qwant, Tristan Nitot devient le numéro deux du moteur de recherche respectueux de la vie privée, en prenant le poste de directeur général. Il répond aux questions de Clubic.

Quinze mois après son arrivée chez Qwant comme VP Advocacy, Tristan Nitot prend déjà du galon et est nommé, ce 19 septembre, directeur général du moteur de recherche français, devenant le numéro deux dans la hiérarchie derrière son co-fondateur et président Éric Léandri. Désireux de faire passer l'entreprise « à l'étage supérieur », celui qui a fondé l'association Mozilla Europe en 2003, passé par Cozy, veut très vite s'atteler à deux chantiers majeurs : le produit Qwant et l'ingénierie. Il s'est confié à Clubic en marge de sa nomination.

Tristan Nitot va occuper un rôle plus opérationnel

« En quinze mois, j'ai pris beaucoup de notes », nous livre en riant Tristan Nitot. Bosseur et méthodique, le désormais directeur général de Qwant a profité de l'année et demi écoulée pour faire du relationnel, discuter avec les communautés du logiciel libre et participer à des conférences. À présent, il retrouve un rôle beaucoup plus opérationnel, avec « une réserve d'idées à appliquer pour faire passer Qwant à l'étage supérieur. »

« Faire en sorte que les collaborateurs de la société puissent travailler plus efficacement »


En posant un pied devant l'autre, Qwant avance doucement, se construit une réputation, et réalise un important travail de fond en développant, en interne, différents services. Tristan Nitot, lui, a l'intention de mener « un focus sur le produit et l'organisation de l'ingénierie, pour optimiser le fonctionnement de l'équipe. »


« Ensuite, il faut réfléchir à ce que l'on veut mettre dans la culture d'entreprise. Je vais faire en sorte que les collaborateurs de la société puissent travailler plus efficacement, et que cela se ressente sur leur bien-être », nous précise-t-il.

Développer Qwant à l'international

Bilingue en anglais, Tristan Nitot disposera également de la liberté nécessaire pour développer Qwant sur le plan international. « C'est aussi pour cela que j'ai été choisi. Je vais avoir l'occasion de mettre encore plus à profit l'expérience et les relations construites en partie durant l'époque Mozilla. » L'internationalisation, c'était l'une des priorités du prédécesseur de Tristan Nitot, François Messager, qui ne sera donc resté chez Qwant qu'un an et demi.

Corner Qwant - VivaTech 2019
(© Crédits photo : Alexandre Boero pour Clubic.com)

« Voir à plus grande échelle et renforcer notre base de clients »


Qwant travaille actuellement sur une nouvelle version de son moteur de recherche. Une tâche délicate, qui prend du temps. Mais cette dernière devrait être dévoilée aux utilisateurs en 2020. Pour le directeur général, « ce n'est jamais facile de sortir un produit, surtout dans un cas comme le nôtre où vous avez une base installée et où il ne faut pas perturber l'utilisateur. »


L'exemple du moteur de recherche vaut aussi pour la régie publicitaire maison, Qwant Ads, dont les premiers tests ont été concluants, comme nous le confiait Éric Léandri récemment. « Cette régie publicitaire est très importante pour nous », ajoute Tristan Nitot. « Nous disposons déjà d'une première version, que nous avons pu tester à petite échelle, comme vous le savez. Maintenant, il faut là aussi voir à plus grande échelle et renforcer notre base de clients. »

Tristan Nitot réagit à l'actu' :

Sur l'indice Next40 ? « Qwant n'en fait pas partie. Cela s'est joué à peu de choses. Mais globalement, je trouve que c'est une bonne idée. C'est même très important. Nous avons, en France, un écosystème de financement qui n'est pas suffisamment large. Beaucoup d'entreprises européennes finissent par migrer aux États-Unis, ce qui est dommage, car nous sommes sur un marché avec des consommateurs solvables, et l'une des puissances les plus riches du monde. Les Anglais, Allemands et Français ont toujours été les marchés favoris des Américains. Nous n'arrivons pas à passer à la vitesse supérieure dans le pays. J'espère que ça aidera. »

Concernant les multiples enquêtes sur les GAFA aux États-Unis ? « C'est également une bonne nouvelle. Leur pouvoir est presque régalien. Les gens ne s'en rendent pas bien compte, mais la liberté de l'internaute peut grandement être menacée. Admettons qu'on vous écarte de Facebook, vous ainsi que vos contenus. Vous ne pourrez rien y faire et perdrez tout. Je pense que nous n'avons encore rien vu de ce que les GAFA sont capables de faire dans des tas de domaines insoupçonnés. »
Modifié le 19/09/2019 à 09h10
6
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
scroll top