Une nouvelle théorie autour de la formation de Oumuamua

15 avril 2020 à 17h10
0
Oumuamua
© ESO/M. Kornmesser

Selon une nouvelle étude publiée le 13 avril dernier, le corps interstellaire Oumuamua pourrait être un fragment de planète issue d'un système lointain.

En 2017, Oumuamua devenait le tout premier objet interstellaire identifié dans notre système solaire. Ses spécificités hors du commun ont interpellé la communauté scientifique à tel point que le SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) s'est penché sur son cas.

Le fragment d'une planète

Parue dans la revue Nature Astronomy et réalisée par les astronomes Yun Zhang et Douglas N. C. Lin, cette étude pourrait enfin apporter une réponse à certaines questions concernant cet étrange visiteur extrasolaire. En effectuant des simulations sur ordinateurs, les chercheurs ont en effet conclu qu'Oumuamua pouvait être le fragment d'une planète - soit un planétisimal (un corps céleste dans un disque protoplanétaire), soit une super-Terre - ayant orbité trop proche de son étoile, de faible masse ou une naine blanche.

Les forces, semblables à celles des marées sur Terre, auraient alors déchiré l'astre, éjectant l'un de ses fragments en-dehors du système. Les auteurs de l'étude comparent d'ailleurs ce phénomène avec le tragique destin de la comète Shoemaker-Levy 9, qui s'est disloquée en passant trop près de Jupiter en 1994. Ce scénario permet par ailleurs d'expliquer plusieurs des caractéristiques d'Oumuamua.


Tout colle

S'il a un temps été considéré comme une comète, le corps interstellaire Oumuamua présentait des anomalies non-négligeables. De forme allongée, il effectue des culbutes en avançant et subit des changements de vitesse qui ne sont pas liés à des forces gravitationnelles. Son activité est en outre restée la même lorsqu'il s'est approché du Soleil, tandis qu'aucun coma n'a été détecté dans ses environs.

« La forme allongée est plus convaincante si l'on considère la variation de la résistance du matériau lors de la rencontre stellaire », souligne Yun Zhang. D'après les simulations des chercheurs, le fragment renfermait de la glace d'eau sous sa surface, eau qui s'est évaporée lors de son entrée dans le Système solaire, un dégazage qui pourrait expliquer la trajectoire et les pointes de vitesse d'Oumuamua.

On ne pourra jamais analyser plus en profondeur cet astre, mais les astronomes sont très enthousiastes : si cette théorie se confirme, alors de nombreux corps similaires se promènent actuellement dans l'espace et nous aurons probablement l'opportunité d'en étudier d'autres.

Source : Science Daily
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les Pays-Bas envisagent l'Hyperloop pour un Paris-Amsterdam en 90 minutes
ChromeOS commence à abandonner les applications natives Android au profit de Progressive Web App
Covid-19 : aux États-Unis, la FDA autorise un dispositif de dépistage salivaire
Apple lance l'iPhone SE : disponible le 24 avril à partir de 489€
OnePlus 8 et 8 Pro : où dénicher au meilleur prix le dernier smartphone OnePlus ?
Coronavirus : fracture numérique, retard européen, StopCovid, le Sénat demande à auditionner Cédric O
Honor 30, 30 Pro et 30+ Pro : des clones du Huawei P40 aux tarifs plus abordables
Sony met 10 millions sur la table pour aider les studios indépendants durant la pandémie
Les ventes de PC en baisse de 12,3% au premier trimestre, le pire depuis 2013
Valorant : le système anti-triche a accès au Kernel de votre PC, faut-il s'en inquiéter ?
Haut de page