Hayabusa-2 pourrait devenir la 2e sonde à rapporter de la poussière d'astéroïde sur Terre

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
17 janvier 2019 à 10h54
0
Hayabusa 2 survole Ryugu
Vue d'artiste sur Hayabusa-2 survolant Ryugu © Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR)

Lancée en 2014, la sonde spatiale japonaise Hayabusa-2 doit collecter, dans les semaines qui viennent, des échantillons de l'astéroïde Ryugu. Si cette mission est une réussite, ce sera seulement la deuxième fois que de la poussière d'astéroïdes prendra le chemin de la Terre afin d'y être étudiée.

À l'instar de la Chine et du CNSA, l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA) possède elle aussi de sérieuses ambitions notamment en ce qui concerne l'étude d'astéroïdes.

Une mission cruciale pour la JAXA

Après sa première mission de retour d'échantillons collectés sur l'astéroïde Itokawa (Hayabusa 1re du nom, lancée en 2003 et revenu sur Terre en 2010), qui a permis d'étudier pour la première fois des échantillons de sol d'un astéroïde, la JAXA s'apprête à réitérer cet exploit avec Hayabusa-2.

La sonde spatiale, entrée en orbite autour de Ryugu en juin 2018 et qui a déposé ses petits rovers à la surface de l'objet courant septembre, s'apprête en effet à tenter sa première collecte d'échantillons grâce à un système de prélèvement repensé et censé être bien plus performant que celui de la première mission Hayabusa. Cette dernière avait en effet permis de rapporter ses prélèvements sur Terre, mais dans une quantité extrêmement limitée puisque pas plus de 1 500 grains d'une taille inférieure à 10 micromètres ont pu être récupérés par les chercheurs.

Ce nouveau système de collecte en forme de cône comprend désormais trois chambres de collecte au lieu de deux, mais l'amélioration la plus frappante est celle de l'impacteur. Le petit impacteur SCI - Small Carry-on Impactor - est muni d'une charge d'explosifs qui viendra frapper le sol de l'astéroïde à plus de 2km/s et ainsi créer un cratère de 2 mètres de diamètre et soulever une grande quantité de matériaux qui pourront ainsi être récupérés par la sonde.

Un premier essai en février ?

À l'occasion d'une conférence de presse le 8 janvier, Takashi Kubota, l'un des responsables du projet, a déclaré : « Le moment est enfin venu [...]. Nous allons mener à bien notre mission avec audace ».

Entre le 18 et le 23 février, Hayabusa-2 devrait en effet débuter sa série de trois touchers sur le sol de l'astéroïde, comme le suggère le tweet de la JAXA ci-dessous.


Initialement prévu pour octobre, le prélèvement d'échantillons s'était finalement vu repoussé en raison de contraintes liées à la nature du sol de Ryugu, l'astéroïde qui parcourt l'Univers depuis près de 4,6 milliards d'années. L'analyse des échantillons collectés pourrait aider à mieux comprendre les origines du système solaire et même, pourquoi pas, les conditions de l'apparition de la vie sur Terre - s'ils contiennent des éléments organiques ou des traces d'eau. Le retour sur Terre d'Hayabusa-2 est prévu en décembre 2020.

Ryugu
Image capturé par Hayabusa-2 lors du largage des deux rovers MINERVA © JAXA, University of Tokyo & collaborators

Dans la même optique, OSIRIS-REx, la sonde spatiale de la NASA, pourrait bien rapporter des échantillons de l'astéroïde Bennu avec un retour sur Terre planifié en 2023.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Microsoft présentera Hololens 2 au Mobile World Congress 2019
Apple discute avec les assurances santé US pour faire rembourser l'Apple Watch
Nvidia préparerait une GTX 1660 Ti sous Turing, mais sans Ray Tracing
The Division 2 : la beta démarre le 7 février et les inscriptions sont ouvertes
🔥 Soldes 2019 : Aspirateur Dyson Big Ball Multi Floor 2 à 229,99€ au lieu de 429,99€
Au concours de piratage Pw2Own, la Tesla Model 3 offre des récompenses alléchantes
Les cyberattaques coûtent en moyenne 52% de plus aux entreprises par rapport à 2017
YouTube teste de nouvelles « bulles de recommandations »
Le Futur Collisionneur Circulaire (FCC) post-LHC se dévoile un peu plus
Un processeur alimenté par des fréquences radio pour des appareils connectés sans batterie
Haut de page