OSIRIS-REx : la sonde va atteindre l'astéroïde Bennu ce soir à 18h

Matthieu Legouge Contributeur
03 décembre 2018 à 17h25
0
Bennu
© NASA/Goddard/University of Arizona

Fin d'année chargée et haute en émotion pour la NASA ! Après InSight lundi dernier, c'est au tour de OSIRIS-REx de rejoindre sa destination. La sonde spatiale doit en effet atteindre son hôte - un astéroïde du nom de Bénou - ce lundi 3 décembre à 18h.

Partie de notre bonne vieille planète le 9 septembre 2016 avec l'aide d'une fusée Atlas V 411, OSIRIS-REx a effectué un bien long périple avant de parvenir jusqu'à sa destination.

La mythologie égyptienne à l'honneur


L'astéroïde Bennu (francisé en Bénou), qui tire son nom d'une divinité de la mythologie égyptienne possiblement à l'origine du Phoenix, n'est en effet pas si simple à atteindre. OSIRIS-REx n'a ainsi pas pu suivre une trajectoire directe, mais a déjà dû boucler une orbite complète autour du Soleil afin de gagner en vitesse.

Tirant elle aussi son nom de la mythologie égyptienne, OSIRIS-REx est un acronyme qui signifie Origins-Spectral Interpretation-Resource Identification-Security-Regolith Explorer. L'objectif de la mission est d'étudier et d'analyser Bennu durant un an et demi afin de trouver un site d'échantillonnage, puis de ramener quelques fragments de son sol sur Terre.

Pourquoi étudier cet astéroïde ?


Bennu est un gros rocher. Il mesure quelque 492 mètres de diamètre et décrit une orbite de 1,2 an autour du Soleil. Il est ce qu'on appelle un géocroiseur Apollo : son périhélie est inférieur à une unité astronomique (distance Terre - Soleil) et coupe donc l'orbite de la Terre. A ce titre, et même si le risque d'impact est infime, Bennu représente un danger potentiel pour notre planète : en se rapprochant à moins de 300 000 km de la Terre tous les six ans, il n'est pas improbable qu'il nous percute dans plusieurs centaines d'années, notamment en raison de l'effet Yarkovsky qui peut changer le demi-grand axe d'un astéroïde ainsi que sa rotation.

Mais les objectifs scientifiques de la mission ne s'arrêtent pas à la seule compréhension de l'effet Yarsovsky. Le but premier de cette mission est d'ailleurs de ramener sur Terre un échantillon de régolithe de l'astéroïde afin de l'étudier en profondeur. Ces analyses pourraient permettre de répondre à certaines questions et apporter une meilleure compréhension à propos de la formation du système solaire.

Une mission de l'agence spatiale japonaise (JAXA) reprend également ces objectifs. Hayabusa 2 se trouve en effet à 20 km de l'astéroïde Ryugu depuis le 27 juin 2018. Elle est parvenue à larguer 2 rovers sur le sol de l'astéroïde, ainsi que l'atterrisseur franco-allemand MASCOT qui est parvenu à atteindre sa surface le 3 octobre 2018.

Un autre rover devrait être déployé sur Ryugu en 2019 avant que Hayabusa 2 ne s'approche de l'objet pour en récupérer plusieurs échantillons grâce à son système de prélèvement.

En direct sur le stream de la NASA à partir de 17h45


Pour suivre l'événement, rien de plus simple puisque la NASA le diffuse depuis plusieurs plateformes : Facebook Live, Ustream, YouTube, ainsi que son site web officiel. Vous pouvez aussi le retrouver directement ci-dessous !

Modifié le 04/12/2018 à 14h08
1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top