Facebook : l'exemption de règles pour les politiciens ? Manœuvre de préservation pour l'entreprise

01 octobre 2019 à 15h48
0
Facebook
© Tony Webster

L'ancien responsable des standards de publication de Facebook dénonce la récente position du réseau social qui vise à ne pas modérer les contenus rédigés par les politiciens et parle de « lâcheté » vis-à-vis de son ancien employeur.

La récente décision de Facebook de ne plus intervenir sur les publications des femmes et des hommes politiques postées sur sa plateforme a fait des vagues. Le réseau social ne souhaite pas « arbitrer les débats politiques » et chaque élu pourra dire tout et n'importe quoi sans être fact-checké, comme l'est bon nombre des informations aujourd'hui publiées sur Facebook.

Une décision « stupide et erronée » pour l'ancien responsable de publication de Facebook

Cette position surprenante a ulcéré Dave Willner, ancien responsable des standards de publication de Facebook, qui a pris la plume sur sa propre page Facebook pour dénoncer le comportement de son ancien employeur. Et il ne mâche pas ses mots, qualifiant cette initiative de « stupide, erronée et une trahison significative des idéaux démocratiques originaux de Facebook ».

Désormais chargé des règles de contenu chez AirBnb, Dave Willner poursuit sa diatribe en indiquant que laisser des individus, et des politiciens de surcroît, partager un discours haineux ou offensant sans contrôle peut créer un climat dangereux qui s'étend bien plus loin que le simple réseau social.


Un exemple de transparence nécessaire pour l'exercice démocratique selon le réseau social

Son message, partagé dans un cadre privé, a été abondamment commenté et notamment par des responsables toujours en poste chez Facebook. Andrew « Boz » Bosworth, Vice-président de Facebook en charge des projets autour de la réalité virtuelle, a répondu à son ancien collègue en précisant que la décision prise par Facebook est un équilibre entre maintien des règles et la nécessité que les électeurs sachent précisément ce que pensent leurs élus.

Pour Dave Willner, permettre à une certaine classe de citoyens de s'exprimer totalement librement n'est qu'une forme de « lâcheté » de la part du réseau social. « Restreindre le discours des trolls idiots de 14 ans tout en permettant au Président de dire la même chose n'est pas de la vertu », ajoute-t-il sèchement dans sa publication.


Facebook pour sa défense met en avant le concept de « valeur médiatique », soit l'importance pour le débat démocratique d'un propos politique, quelque soit sa teneur. C'est sur cette même base que Jack Dorsey n'a pas modéré les propos islamophobes de Donald Trump lors de sa campagne présidentielle, ou ses saillies régulières depuis son élection à la Maison Blanche.

Reste un point que Facebook n'a pas encore explicité clairement : qu'est-ce qu'un politicien aux yeux du réseau social ? Un conseiller municipal aura-t-il les mêmes passe-droits qu'un député ou qu'un ministre ? Quelle est la limite et comment les règles sont-elles fixées ? Vaste sujet.

Source : Wired
Modifié le 01/10/2019 à 16h25
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Volvo va brider toutes ses nouvelles voitures à 180 km/h pour lutter contre l'insécurité routière
La NASA vous explique pourquoi la montée des eaux est difficilement perceptible
StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
Les constructeurs tentent l'aventure de la voiture électrique depuis près de 50 ans
À Singapour, une peine de mort prononcée... par ZOOM
Windows 10 : la mise à jour de mai arriverait dans la semaine, mais pas en automatique
Tesla va augmenter le prix de son AutoPilot, Elon Musk explique pourquoi
scroll top